Pays-Bas, Amsterdam: “GrowCongo”, un forum sur l’agriculture en République du Congo, mardi 25 février 2020.

Un forum sur l’agriculture en République du Congo que des responsables congolais et ceux des Pays-Bas ont intitulé en anglais “Grow Congo invest in agriculture”; aura lieu le 25 février 2020. C’est dans l’enceinte de l’Institut Royal des Tropiques (adresse :Mauritskade 63, 1092 AD Amsterdam, Pays-Bas) que le premier ministre de la République du Congo Clément Mouamba va lancer ce forum.

A l’heure de l’écologie contre le réchauffement climatique.

Institut Royal des Tropiques, à Amsterdam.

Selon des informations parvenues au MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO, ce forum sera axé sur les financements, les investissements, la mécanisation et l’intensification de l’agriculture dans le domaine privé et public au Congo-Brazzaville. A l’heure où l’écologie et la protection de la nature sont tellement médiatisées, ces valeurs sont à tenir compte dans ce qui sera matérialisé après ce forum.

Dans la diaspora africaine et chez des peuples européens, des masses de gens ne savent pas que la République du Congo possède 10 millions d’hectares de terres arables. Beaucoup de produits de consommation (alimentation, restauration, tourisme) sont importés par ce pays pétrolier où règne encore l’esprit des bureaucrates hérité de la colonisation française. Ainsi seulement 2% de ces terres arables sont exploitées. Il est impératif d’investir dans un changement de mentalité car l’Etat, ses services et ses fonctionnaires ne sont pas producteurs des richesses. Seules des entreprises sont productrices des richesses.

Les terres congolaises de l’Est à l’Ouest, du Nord au Sud sont un don béni de la nature. Des journalistes Kamite en Europe qui parlent de ces terres arables congolaises nourries par des différents cours d’eau et des pluies; disent que “ces terres du Kongo ya bankoko sont un don de Dieu, un don du NGO (Léopard comme icône de Dieu)”.

“Congo moke,Congo monene”: “mosala ya bilanga minene”, “GrowCongo” dans l’agriculture.

Ce que l’on peut constater est qu’il y a des vastes étendues de richesses, beaucoup de millions d’hectares de terres agricoles fertiles disponibles pour les structures des professionnels de l’agriculture.

Et les progrès dans l’agriculture sont l’oeuvre endogène. Même si l’expertise, des centres scientifiques et des finances peuvent venir d’ailleurs “Mabele ya ekolo Congo-Brazzaville etonda bonkita. Mpe esengeli ebeba te na maye babengi na lompoto “produits chimiques industriels…pesticides…”.

Quid de la diaspora congolaise en Europe!

Vu que le RICE (Réseau International des Congolais de l’Extérieur) n’est plus visible et opérationnel dans nos radars médiatiques du MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO, est-ce que les intelligences de la diaspora congolaise seront très actives concrètement dans la participation de ce forum?

“Bampanzi nsango ya Magazine Ngambo Na Ngambo awa na mpoto, bakobuaka liso epai ya milulu maye matali mosala ya bilanga mpo na kolia ya batu ndenge ekosalama na engumba ya Amsterdam”.

Lilo Miango/Rédaction de Paris.

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite

Madame Acacia Bandubola, la charismatique ministre de l’Economie nationale: interviewée par RFI(Paris).

« Mama mokonzi ya bonkita ya ekolo République Démocratique du Congo(RDC), Acacia Bandubola apesaki maloba na ye ya mosala epai ya RFI ya mbula matari ya France. Lisakoli wana etali ntalo ya bilei. Etali mpe ntina nini biloko ya kolia yango, ntalo emati. Mpe na kati ya maloba na ye mama mokonzi ya bonkita ya ekolo Kongo, ACACIA BANDUBOLA MBONGO atalisi mibeko mpe banzela lisanga likonzi ya bonkita nde balandi mpe nde bazali kosala »(1). Ce samedi 1er février 2020, une radio de l’Etat français RFI (Radio France Internationale) était partie faire une interview de la ministre de l’Economie nationale de la RDC, madame Acacia Bandubola Mbongo. Un média congolais de Kinshasa vient d’écrire que madame Acacia Bandubola est “plébiscitée meilleure ministre” au Congo (voir illustration).

En ce début de l’année 2020, c’est sa toute première interview avec RFI diffusée le dimanche 2 janvier 2020. Dans la diaspora, on a réagi car malgré les guerres d’agressions contre la RDC; sur le plan international où vit cette diaspora de la RDC ; le monde économique à l’occidental n’attend pas les combats politiques, légaux, libérateurs et légitimes des Congolaises et Congolais en résidence dans des pays européens, aux USA,au Japon,au Canada et en Australie. En 2019, c’est cette diaspora de la RDC qui est la deuxième diaspora africaine qui a envoyé le plus des fonds financiers en Afrique pour les achats des biens de consommations, diverses dépenses et des variétés dans des investissements (cfr: rapport de l’ONU dont l’auteur est Dilip Ratha/année 2019).

Et dans cette diaspora, il y a des jeunes qui ont suivi cet entretien “en live” sur RFI. Et quelle est leur identité ? Elle est Kongolaise «ya Kongo ya bankoko na biso (c’est à dire l’héritage venant des ancêtres, anciens et générations futures du Kongo na biso)». Ce sont des jeunes congolais ou originaires de la RDC dans quelques pays européens; à l’exemple d’un jeune congolais responsable, né à Paris, un prince royal de la dynastie royal “Ndonga Nkenge” (17 ème siècle/Nord-Ouest de l’actuelle RDC). Ces jeunes ont des idées en faveur du travail et des idées de madame Acacia Bandubola Mbongo, la ministre de l’Economie nationale de la RDC.

En plein entretien radiophonique.

Des jeunes ont écouté, sur internet, sur WhatsApp et sur les ondes de RFI, cette interview de madame la ministre de l’Economie nationale Acacia Bandubola.

Une valeur congolaise dans la problématique de l’économie avec une dynamique nationale et dans la diaspora de la RDC.

Mme Acacia Bandubola Mbongo, universitaire avec un Bac +5 en économie et finances, est une ministre charismatique de l’Economie nationale qui travaille beaucoup à propos des préoccupations quotidiennes, à court terme et à long terme. « C’est pour la population dans laquelle la diaspora fait partie. Et le peuple de la RDC la voit aussi souvent sur le terrain », explique une jeune juriste installée en Scandinavie. Et évidemment, des journalistes congolais dans la diaspora savent que c’est depuis plus de 20 ans que l’économie du Congo subit les affres des guerres d’agressions. «Kasi losako epai na ye Tika ye mama mokonzi Acacia Bandubola asala. Mpo azali kosala na bonkita ya ekolo Kongo»(1), a dit un jeune de la diaspora RDC, à Lausanne, en Suisse.

A Genève et Paris, les rédactions du MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO, 1er média en Europe pour la dynamique de la création des Etats Unis d’Afrique; ont eu en exclusivité des photos prises pendant cette interview qui vient d’avoir lieu dans la capitale de la RDC.
“Mpo na masolo matali bonkita ya ekolo Kongo ya bankoko ; mama mokonzi Acacia Bandubola Mbongo ayanolaki na mituna ya RFI, yango lolaka ya ekolo France. Mama mokonzi ya bonkita ya RDC, Acacia Bandubola mosali monene ya Kongo”(1).

La ministre de l’Economie nationale de la RDC , Mme Acacia Bandubola Mbongo.

Lilo Miango/Rédaction de Paris et Albert Lupungu/Rédaction de Genève.

Photos : à Kinshasa, le samedi 1 février 2020. Ministre Acacia Bandubola en interview RFI.
(1) En langue internationale Lingala.

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite

FRANCE/La réforme des retraites: violence et tensions comme une solution à la “française”, ce jeudi 9 janvier 2020.

Ces photos de la manifestation nationale de ce jeudi 9 janvier 2020, sont des CAPTURES sur des télévisions françaises des informations en continu BFM (Photo 1) et C NEWS (Photo 2) MONTRENT à la fois L’IMAGE SALIE et le MESSAGE ESSENTIEL MAIS SALI RETENUS PAR DES AFRICAINS EN AFRIQUE ET dans des DIASPORAS AFRICAINES qui vivent dans des pays occidentaux (continent Amérique et l’Europe).

LA FRANCE avec cette réforme des retraites de ce jeudi-là, c’est de la VIOLENCE et des CASSES des bureaux et des boutiques, et aussi des BLESSES par des barres de fer, des bouteilles ou des pierres pendant la manifestation dans les quartiers de Saint-Augustin et Saint Lazare. Des échos en provenance de la province qui sont médiatisés par des journalistes ne sont pas bons pour ce pays qui joue souvent le rôle de médiateur dans des conflits armés dans des pays africains. Aux yeux des Kamite, c’est une France incapable de résoudre un problème de réforme des retraites, au moment où des valises de la FrançAfrique ne circulent plus librement comme jadis.

Un miroir de la France.

Paris, ce grand miroir de la France a été un champ de violence de rue et des tensions, des tristes scènes, des insultes haineuses…Tout cela est devenu habituel lors des manifestations des grévistes français contre cette reforme des retraites.

Ce jeudi 9 janvier 2020 dans le cadre de la 4ème manifestation nationale des grévistes et des syndicats grévistes français contre la réforme des retraites du régime du président Emmanuel Macron et de son premier ministre Edouard Philippe.

C’est très triste comme message à retenir lors de ce 36 ème jour de grève où des petits peuples en souffrance sont pris en otage par des blocages des transports en commun et diverses retombées de ces grèves à la française. Des parents français et étrangers ont même du mal à s’occuper de leurs enfants vu ces difficultés de transports pour revenir à temps à domicile comme autres fois.

Réalité de terrain avec des violences physiques et insultes: des petits peuples comme otage via le blocage des transports en communs.

D’un côté, on voit des syndicalistes grévistes ou des grévistes français et de l’autre côté, il y a le régime français avec le gouvernement au pouvoir. Personne n’écoute personne. Des corporatismes qui jettent toutes les fautes au gouvernement et au président français. L’image du jour:une agence des assurances a été saccagée et des biens volés. Des observateurs Kamite panafricains notent que ce n’est la violence barbare des rues avec des foules françaises radicalisées qui apportera la solution. Des manifestants armés des bouteilles, des barres de fer et des pierres ont fait des blessés notamment chez des journalistes.

Dans cette réalité de terrain comme l’ont voit ce jeudi 9 janvier 2020 lors de cette manifestation, aucun journaliste français ou aucune personnalité de la France n’a fait appel à “une solution de la fameuse et prétendue communauté internationale”.
Si cette situation se passait dans un pays africain, des journalistes français allaient évoquer des “interventions de la dite communauté internationale”…
“Koseka to koseka te”.

Lilo Miango/Rédaction de Paris.
Photos: captures à la télévision, jeudi 9 janvier 2020/Magazine Ngambo Na Ngambo.

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite

Lancement de notre campagne médiatique “Bana mboka et très riches” pour la diaspora.

Ainsi, l’économiste camerounais de référence internationale Ndengwe François sera un de nos invités économiques permanents dans MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO, un média qui veut populariser des informations économiques comme jadis à Kinshasa avec des informations ou actualités musicales. « Awa na Paris, ezali ebandeli ya misala mpo na koyebisa bana ya mboka, bana ya bikolo ya Afrikampe batu ya mikili na mikili ».

L’économiste François Ndengwe: une référence.

La campagne médiatique que nos journalistes Kamite panafricains congolais basés en Europe existe pour cette raison dans une vision de notre ligne éditoriale: « Que les bana mboka deviennent des milliardaires à partir des richesses du Kongo ya bankoko avec une propre personnalité d’aimer son pays et sa population et le faire connaître pour des valeurs du Kongo ya bankoko. Et s’ouvrir sur le monde car nos terres africaines sont des pays d’avenir en matières économiques tout en évitant la reproduction et répétition de la conférence des barbares de 1885 de Berlin ». Tous les livres du savant sénégalais Cheikh Anta Diop et les ouvrages matérielles séculaires de la “Mukoko” Lompata, cette Grande Reine Africaine qui avait fondé (dans une partie du Nord-Ouest de l’actuelle RDC) au 17ème siècle la dynastie Ndonga Nkenge qui totalise ses 500 ans d’existence en 2020; ont été des motivations nécessaires pour la matérialisation du lancement de cette campagne médiatique “bana mboka et très riches”.

Les livres du savant Cheikh Anta Diop sont dans notre campagne médiatique.

Nous lançons cette campagne de sensibilisation pour dire que c’est possible. LA RENDRE MEDIATIQUEMENT POPULAIRE dans notre diaspora panafricaine via les informations, les valeurs et réalités économiques comme jadis nous avions contribué à populariser les informations sur la musique congolaise à partir de Kinshasa pour arroser au niveau national et international. Nous étions journaliste au quotidien du soir “Elima”. On a été faiseurs des stars qui ont beaucoup gagné aussi pour notre peuple.

Nouveau challenge dans notre ligne éditoriale.

Avec notre MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO, nous avons un nouveau challenge très difficile et complexe. Le journaliste congolais Teddy Mfitu a écrit “Kongo, l’égrégore du monde”. C’est un immense livre de référence pour chaque “muana mboka, muasi to mobali” qui tient à cette épreuve merveilleuse.

« Il nous faut des groupes des milliardaires dans notre communauté à partir des matières premières de chez nous. ce sont nos matières premières. La plus grande guerre à mener est la guerre économique à tenir. Il faut effacer les mentalités d’aliénation mentale. Et ainsi il est obligatoirement que notre peuple possède des multi-millionnaires et des milliardaires. Des journalistes peuvent créer des conditions pour ce défi très difficile. Que tous les journalistes qui ont une vision, s’attèlent à ces tâches. Construire cette campagne médiatique pour l’unité.

Notre outil, c’est le média et cette campagne pour la sensibilisation, la visibilité de cette vision pour avoir une diaspora très forte économiquement, la promotion. Donner de la connaissance et changer des mentalités. C’est aussi cela notre campagne “bana mboka et très riches” », proclame notre rédacteur en chef, le journaliste Kamite Lilo Miango.

«Bisenga senga mpo na kotombola ekolo ; ekoki kosila mpo na bomoi ya ekolo na biso. Ekolo na biso ezali na bonkita ekoki komemela biso bokasi mpe bomengo, mpe kokomisa bana ya mpoto makasi o ntei ya bonkita ya Kongo. Awa na mpoto to na mikili, ki mondele nde akokoma na limemya na biso mpe ba mboka na biso.»

Le journalise Teddy Mfitu l’analyse dans “Kongo: l’égrégore du monde”.

Des références de notre puissant passé économique: ces noms de ces femmes et hommes d’affaires qui peuvent inspirer.

Le développement économique ne peut être qu’un développement endogène. C’est-à- dire fait par les filles et fils du pays…même si les étrangers viennent donner un coup de main nécessaire. Il nous faut pour ce défi économique des “nouveaux de notre temps et d’avenir ici dans la diaspora” du genre Dokolo, Masamba New Man, Kapend (père du 1er ministre Moise Tschombe), le couple Nzambe Anne& Miango Jacques, Vuethoms Vuemba Thomas, Oscar Dombasi, Kisombe, Senga Kodas, Bimansha Bin Sum, G.M. Ngimbi Malonda, Litho Moboti…

Oui, ces “nouveaux avec des épaisseurs économiques être compétitifs face à des oligarques américains, britanniques, japonais, chinois, canadiens, scandinaves…”

Il faut créer et multiplier ces catégories rêvées des ” Bana mboka et très riches” pour aider l’Afrique, les Africains et la diaspora à partir de nos matières premières africaines, congolaises.

Plus de 150 matières premières congolaises: est-ce que notre diaspora connaît nos matières premières et à quoi servent-elles?

« Ce grand défi passe aussi par la popularisation des informations et actualités économiques à travers des médias panafricains. Rien n’est impossible car j’ai vu des conditions de vie, des “succes story” sur le plan national, sous la Jamahiriya Libyenne sous le Guide Mouammar Kadhafi. Cela a pu avoir lieu dans un pays africain. C’est la Libye qui est souvent présentée comme n’avoir que deux matières premières, le pétrole et le gaz », explique notre rédacteur en chef, le journaliste Kamite Lilo Miango.

Livre du Canadien Jean-Louis Roy.

Des personnalités pour fixer et accompagner cette campagne.

Ainsi, durant toute l’année 2020, François Ndengwe sera interviewé par son ami personnel ,le journaliste Kamite panafricain congolais Lilo Miango, notre rédacteur en chef du MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO.

La ligne éditoriale de notre média MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO mettra à la fois de la profondeur et une couche dorée sur des problématiques économiques liées à l’Afrique ou à la diaspora africaine-panafricaine, à notre Kongo au sens ancestral d’avant la colonisation.”Na mbula oyo ezali kobanda MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO nde ekolobela to tokoma mingi maye matali bonkita”.
En ce décembre 2019, le journaliste Kamite Lilo Miango vient d’en parler longuement avec François Ndengwe, un économiste très compétent qui est aussi un de ses amis.

Et notre média ira, à Dakar. C’est pour voir et échanger avec notre confrère chinois Song Bin qui représente en Afrique de l’Ouest le plus grand quotidien économique chinois. La Chine a fait émerger des Chinois milliardaires.

Nous, Kongo au sens ancestral d’avant l’occupation de ces élites racistes,criminelles européennes; nous Kongo, nous sommes le peuple de la création. Kongo, nous avons participer à la construction des pyramides que le monde entier va voir.

Nous, Kongo, bâtissons nos milliardaires. Nos journalistes Kamite lancent cette campagne permanente en cette fin de l’année 2019. “Ekozala ndenge wana mikolo na mikolo mpo na bonkita”.

Dans notre ligne éditoriale, nous avons déjà commencé ce grand job de sensibilisation économique hors des sentiers battus avec des think tanks africains… Ainsi nous saluons la pertinence de ce livre très intéressant du Canadien très connu Jean-Louis Roy, près proche des peuples africains. Son éditeur est Sénégalais. Ce livre est intitulé ” Bienvenue en Afrique, le chantier du siècle”( Editions feu de brousse, à Dakar).

Voir et revoir l’émission avec monsieur Jean-Louis Roy:

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite

Un autre gros scandale en RDC depuis vendredi 20 décembre 2019: 200 millions de dollars volatilisés et le Congolais de la Gecamines Yuma Mulimbi Albert(ami-ami de Joseph “Kabila”) est déjà en résidence surveillée.

A la GECAMINES qui est l’entreprise principale contributrice au budget de l’Etat de la RDC: “Ebele ya mbongo oyo elimue*”, il s’agit de 200 millions de dollars.
Et cela a inquiété des autorités des USA qui ont découvert cette histoire criminelle et ont mis la “pression” sur le Congolais Félix Tshisekedi et ses gens au pouvoir.

Né en 1955, le Congolais Yuma Mulimbi Albert dans
ce dossier qui ne laisse pas indifférent la diaspora de la RDC en Europe qui travaille très dur et qui envoie beaucoup d’argent en RDC et qui rejette totalement
Joseph “Kabila”, ami-ami de Dan Gertler.

Le résultat de ces “pressions made in USA”: le président du conseil d’administration de la Gecamines, le Congolais Albert Yuma Mulimbi, le DG et le SG ont été interdits par une décision judiciaire de sortie du territoire de la République Démocratique du Congo.
C’est depuis ce vendredi 20 décembre 2019 que des journalistes congolais de la diaspora sont alertés. Ainsi le procureur général près de la cour de cassation est déjà actif en ouvrant une information judiciaire à leur encontre.

Pas étonnant.

Selon des nouvelles parvenues à la rédaction centrale Europe du MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO, on parle des “faux contrats” qui datent depuis octobre 2017. On nous dit aussi que le nom de la société la société Fleurette Mumi Holdings limited, appartenant à l’Israélien Dan Gertler (le très ami-ami de Joseph “Kabila”) “revient souvent”. Bizarrement mais pas étonnant pour nos journalistes Kamite, des défenseurs des droits de l’homme nous certifient que tout ce monde à la Gecamines est devenu amnésique.

Rappel des indications dans ce dossier.

L’Israélien Dan Gertler et un “homme venu d’ailleurs” Joseph “Kabila” Hippolyte
Kanambe: très ami-ami.

Ce monsieur qui répond au nom de Dan Getler est un citoyen israélien et son business sont sanctionnés par l’Etat américain.

Et l’entreprise Gécamines (Générale des carrières et des mines), est une immense société commerciale de droit privé dont le capital est détenu à 100 % par l’Etat de la République Démocratique du Congo. Ses activités se concentrent autour de la prospection, la recherche et l’exploitation de réserves minières dans une partie du Sud de la République Démocratique du Congo. La Gecamines qui avait même des bureaux en Belgique sous le règne du président Mobutu Sese Seko, demeure le principal contributeur au budget de l’Etat de la République Démocratique du Congo.

Cette affaire criminelle de pillage économique devrait interpeller des masses et des leaders d’opinion dans la diaspora pour bâtir un travail de résistance comme ils le font si bien sur le plein d’éveil dans des champs politiques.

AFFAIRE A SUIVRE PAR NOTRE REDACTION DE GENEVE.

*Phrases en langue internationale Lingala: “cette somme très colossale a disparue”.

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite

La bâtonnière congolaise du barreau de Pointe Noire,Me Sylvie Moyeke Ngana “interpellée à l’aéroport international de Pointe Noire et placée en détention”(*).

Diaspora de la République du Congo/France/République du Congo. Une figure connue dans la diaspora du Congo-Brazzaville en France vu sa qualité de la bâtonnière du barreau de la ville congolaise de Pointe Noire, Me Sylvie Moyeke Ngana “a été arrêtée à l’aéroport international Agostino Neto, dans la suite d’une affaire judiciaire de la société française Bolloré”. Ce sont deux personnalités du Congo-Brazzaville de la région parisienne et de la ville de Nice qui informent* notre média, le MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO.

La ville de Pointe Noire, en République du Congo dont Brazzaville est la capitale.

Dans la nuit du dimanche 1 décembre au lundi 2 décembre 2019: aéroport Agostino Neto, ville de Pointe Noire.

Son interpellation par des agents des forces de la police congolaise s’était déroulée à l’aéroport international Agostino Neto de la ville portuaire maritime de Pointe Noire. C’était dans la nuit du 1er au 2 décembre 2019. Avec l’aide de ses relations, elle tentait d’embarquer dans un vol de la compagnie de la Turquie, “Turkish Airlines” pour l’Europe. “O ntei ya butu wana; kuna liboso ya kozua pepo, nde balataki mama ya mibeko Sylvie Moyeke Ngana, muana ya engumba Pointe Noire”(1).

“Bolloré, un fonds placé sous séquestre par la justice du Congo-Brazzaville”!

Selon ces deux personnalités de la diaspora du Congo-Brazzaville en France, l’avocate congolaise Sylvie Moyeke Ngana, interdite de sortie du territoire congolais pour des raisons d’enquêtes; a été “mouillée dans une situation de détournement présumé d’un fonds placé sous séquestre de son client, la société française Bolloré du milliardaire français Bolloré”. “Likambo likweyi to likweyi te?”(1).

Lilo Miango/Rédaction de Paris.

(1) En langue internationale Lingala.

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite

Vendredi 29 novembre 2019, à Montréal: lancement de “Bienvenue en Afrique, le chantier du siècle”;le nouveau livre de l’écrivain Jean-Louis Roy.

Cette cérémonie de l’écrivain canadien Jean-Louis Roy se déroule dans sa ville canadienne de Montréal. Ces “milulu” (mot en langue internationale Lingala: “cérémonie, événement, manifestation”) concernent le lancement de son nouveau livre. Son titre est “Bienvenue en Afrique, le chantier du siècle” (Editions feu de brousse).

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite

Découverte en Turquie, aéroport d’Istanbul, d’une cargaison de la maffia des trafiquants étrangers à l’aéroport de Ndjili, aidés par des gangs congolais corrompus et Rwandais extrémistes.

Cette maffia sévit encore en République Démocratique du Congo(RDC), à l’aéroport international congolais Ndjili de la capitale Kinshasa. Et en Europe, des Combattants congolais très politisés “exigent la démission de Déo Rugwiza, le beau-père de Joseph Kabila”(Communiqué).

Drapeau turc: aéroport d’Istanbul.

En provenance de la RDC, cette cargaison d’écailles des petits mammifères, les pangolins a été saisie le vendredi 15 novembre 2019 par des douaniers et policiers turcs de l’aéroport d’Istanbul. Son contenu de plus de 1.200 kilos, est évaluée à environ 1.5 million d’euros. C’est une cargaison partie de la ville de Goma, à l’Est de la RDC, qui a été embarquée en lieu et place de meubles en bois déclarés à l’aéroport international de Ndjili, de Kinshasa.

Interpol en action.

La communication du bureau turc de l’Interpol à des enquêteurs congolais de Kinshasa a matérialisé l’arrestation à Kinshasa de plusieurs agents des services frontaliers de l’aéroport de Kinshasa, des douanes et de l’Office congolais de contrôle et services de l’environnement. Cette maffia qui sévit au Congo et à l’aéroport international de la capitale Kinshasa est composée d’un prétendu diplomate roumain détenteur d’un mandat signé dans la capitale angolaise Luanda, des Congolaises, Congolais et des originaires du Rwanda immigrés en RDC.”.
“Ces derniers sont des citoyens rwandais, des membres des groupuscules de la maffia politico-militaire du Tutsi Power qui ont des agents dormants dans des institutions officielles de l’Etat de la RDC, en charge de pomper des sous pour leur idéologie suprématiste”, ont attesté des Combattants-Résistants “Ingeta” à notre journaliste enquêteur.

Roumanie comme destination.

La cargaison saisie à Istanbul, partie de la ville congolaise de Goma ; devait rejoindre la Roumanie via Istanbul.

Un pangolin.: animal le plus tué dans le monde par les braconniers: en RDC, c’est
moins d’argent pour l’Etat de ce pays “managé” pour l’appauvrir économiquement.

Les pangolins sont des animaux les plus victimes dans le monde de la part des crimes de braconniers; selon des ONGS et responsables des institutions en Occident.

Sur le plan politique, des Congolais combattants “Ingeta” à Istanbul ont envoyé un message au MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO, en Suisse, pour exiger ce qu’ils ont mentionné : ” la démission de l’extrémiste Tutsi Déo Rugwiza du Tutsi Power, le beau-père du criminel Joseph Kabila, car il a la main mise sur l’aéroport international de Ndjili, Kinshasa …”. Vraies ou fausses accusations? Mais le caractère du combat politique est évident pour la RDC, pays sous occupation. Qui est ce monsieur “accusé par des résistants congolais en Europe qui utilisent la rhétorique des résistants français de 1940-45”, explique le politologue Kabongo(Europe). Mr. Déo Rugwiza Magera est le directeur général à la Direction Générale des Douanes et Assises(DGDA).

Drapeau congolais: aéroport de Ndjili de Kinshasa.

Enquête de Lilo Miango/Rédaction de Paris. Et en Turquie par Nkumu/Rédaction de Suisse.

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite

Mme la ministre de l’Economie nationale de la RDC Acacia Bandubola en visite à Matadi pour les produits pétroliers.

Cette visite ministérielle de l’emblématique étoile montante politique Acacia Bandubola, à Matadi, chef lieu de la province congolaise située à l’Ouest de la RDC, avait eu lieu le samedi 2 novembre 2019. Cette contrée fait face à l’océan Atlantique. “Mama mokonzi ya bonkita ya ekolo Kongo ya bankoko, ACACIA BANDUBOLA, asalaki mobembo ya mosala o engumba ya Matadi. Nde mobembo wana mpe ezali na ntina ya batu ebele o kati ya bana mpoto na mikili na mikili”.

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite

Jeunes et adultes dans la diaspora RDC en Europe qui soutiennent la ministre de l’Economie nationale Acacia Bandubola.

France, Belgique, Suisse et Allemagne. Quand des jeunes et adultes au sein de la diaspora de la République Démocratique du Congo apportent leur soutien à madame la ministre de l’Économie nationale, ils l’ont fait en expression libre par écrit que notre secrétariat général des rédactions à Genève et notre rédaction en chef à Paris, continuent à recevoir dans nos boîtes e-mail. Et cela depuis la cérémonie de remise et reprise matérialisée à Kinshasa le lundi 9 septembre 2019. Et notre MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO a pu avoir en exclusivité en Occident des photos de cette cérémonie. Nous avons pu rencontrer certains de ces Congolaises et Congolais en Suisse, en France et en Allemagne qui apportent ce soutien aux idées de madame la ministre prête pour les défis en faveur du Congo et de sa diaspora “créatrice” des entreprises qui devraient être compétitives comme les autres entreprises des Britanniques, des Japonais, des Français, Canadiens… «Bokutani ya MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO na baye tokokaki kotutana na bango awa na bikolo ya mpoto».

Soutien et leurs ambitions pour un long terme.

La jeunesse de la diaspora , aussi l’avenir de la RDC, attend le travail de madame la ministre de l’Economie nationale du Congo Acacia Bandubola.

Depuis longtemps, ces jeunes n’ont jamais vu des analyses sur l’économie portant sur des jeunes et adultes congolais de la diaspora. Leur ambition, c’est d’avoir des possessions (entreprises, immeubles, équipes de football, centres culturels…) dans certains pays européens comme les gens du Qatar, de l’Arabie Saoudite, du Koweit. Et ils nous ont déclaré que «nous jeunes très diplômés, on n’a pas besoin des postes dans les institutions en RDC. Nous voulons peser ici économiquement. Ainsi notre pays patrimoine sera vu autrement. On veut être par exemple dans les milieux de diamant à Anvers. C’est notre diamant congolais de laa RDC».

« Et vu que notre pays, celui de nos ancêtres possèdent plus de 140 sortes de minerais. C’est le pays le plus riche du monde potentiellement ». Certains jeunes étaient là quand le célèbre docteur Denis Mukwege a fait cette déclaration en Norvège lors de la remise du Prix Nobel de la Paix. Madame la ministre est jeune comme nous. Avec son Bac +5 en économie et finances, elle est donc très diplômée comme nous. Créons ensemble ce cadre à améliorer petit à petit. Il est impératif de voir tous les accords signés entre la RDC et des pays où nous vivons. Certains accords sont probablement caduques. Ainsi, nous tenons à vous dire messieurs les journalistes Kamite et panafricains congolais de la République Démocratique du Congo qui vivent ici dans des pays européens. Nous, les jeunes, nous soutenons la jeune ministre de l’économie nationale de la République Démocratique du Congo. Et en côtoyant certaines personnes comme des Antillais, on a compris leur sort en plafond de verre. Et leur processus historique, un blocage. «N’être que salariés en Europe, c’est bon. Mais nous ambitionnons d’être des grands patrons à la fois ici et au Congo».

Des articles en masse sur l’économie de la RDC dans des médias de la diaspora.

La passation que certains appellent remise et reprise.

Un des effets qui a impacté des jeunes de notre diaspora en Europe avec cette arrivée de la jeune ministre Acacia Bandubola au ministère de l’Économie nationale de la RDC est que des jeunes congolaises et congolais qui ont eu des entretiens avec notre MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO souhaitent vivement qu’il y a un plus grand nombre des journalistes congolais compétents et spécialisés dans les finances et en économie. Ainsi pensent-ils, des masses s’intéresseront à nos économies, par exemple à nos matières premières congolaises comme ces masses s’intéressent à la Rumba congolaise.

«Il est bon pour le Congo et sa diaspora que surtout notre exécutif nous aide à la fois à fonder des entreprises qui pèseront en Occident grâce à nos matières premières congolaises. Et milliardaires, on créera des emplois aussi prioritairement au Congo. Ainsi, on aura des émulations et non pas des guerres armées entre nous et les autres Européens depuis la fameuse conférence dite de Berlin de 1885. Il est pédagogique de commencer à sensibiliser des publics congolais sur ce qui fait des débats et des conflits. Il s’agit des histoires des postes, d’avoir des postes. Créons massivement des entreprises dignes comme des milliardaires à la manière des Brésiliens, des Américains, des Chinois, des Canadiens, des Danois…Ainsi voilà un défi, nous voulons travailler dans ce sens avec la jeune ministre Acacia Bandubola comme nous sommes des jeunes avec des nouvelles mentalités».

Adultes…Bamikolo: avec la jeune ministre Acacia Bandubola.

La ministre de l’Economie nationale Acacia Bandubola.

Dans des sphères des adultes, madame la ministre Acacia Bandubola est aussi bien soutenue. En France, il y a un Congolais avec lequel nous avons parlé. Il s’appelle Christian Ndongala Shako (région parisienne). Ce brave et intelligent congolais lance un appel pour des changements de mentalités. Il a des convictions que des gens de la RDC sont appelés à créer des entreprises ici dans des pays européens qui doivent avoir du poids comme des entreprises américaines, chinoises, suisses, allemandes. N’est-il pas réel pas que ces entreprises ont été créées et sont gérées par des humains comme nous aussi batu ya ekolo Kongo, towuta na RDC?”.

En Suisse, il y a une Congolaise qui soutient la vision de madame la ministre Acacia Bandubola. Elle nous a parlé en évoquant ce que des Noirs originaires du continent Afrique avaient déjà réalisé. Et que ce fait peut encourager des ambitieux des Congolaises et Congolais de la diaspora : l’aspect de la réussite du “Black Wall Street”, aux USA.

Lilo Miango/Rédaction de Paris et Nkumu/Rédaction de Suisse.

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite

3 septembre 2019,visite de travail du chef d’Etat congolais Sassou Nguesso chez le président français Macron: “Gilets jaunes” et pétrole du Congo?

C’est dans le cadre de la coopération entre les Etats du monde. Mais c’est pour quel résultat de visite à Paris et quel entretien franc Sassou-Macron au Palais présidentiel français de l’Elysée? “Inki mambu?”. “Makambo nini?”. Le MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO s’est plongé dans un créneau de la diaspora du Congo-Brazzaville. D’où, il en ressort ces questions de ces citoyens congolais de la République du Congo. Et une manifestation contre le président Sassou Nguesso et son séjour en France est appelée à Paris, sur la Place St Augustin, de 13H à 19H (station de métro Saint Augustin, ligne 9). Que diront les manifestants congolais et leurs amis au sujet de Mr. Macron?

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite

Faire un port en eaux profondes à Banana: des gens dans la diaspora RDC en Europe soutiennent le député Jean Claude Vuemba.

A travers des réseaux des Congolais qui résident dans des villes de divers pays de la Scandinavie, des îles britanniques, du bloc continental de l’Europe, notre enquête d’opinions du MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO voit qu’il est évident que des Congolaises et Congolais dans ces terres européennes approuvent le dynamisme charismatique du député national de Kasangulu et provincial de la province du Kongo Central, monsieur Jean Claude Vuemba. En effet, la réalité de cet élu congolais exige la réalisation d’un port en eaux profondes à Banana dans l’intérêt national dans la souveraineté internationale de la République Démocratique du Congo.

Un plus lors de cette enquête, notre site d’informations a noté la pertinence de couvrir des réalités sur le domaine du fret maritime. Demain ce port en eaux profondes sera debout. Ainsi la prévision oblige.

Photo de Jean Claude Vuemba

Projet de ce port en eaux profondes: un portrait de Banana et son environnement vus sur base des réalités des gens de notre diaspora en France.

Ils ont visité la ville de Banana qui se situe à l’embouchure du fleuve Congo avec l’océan Atlantique, dans la province du Kongo Central, à l’Ouest de la RDC. C’est l’été en France. Salut les vacances. Quelques rares familles congolaises de Paris ont amené leurs enfants nés en France. Leur but: “mpo bana bayeba epayi mabota na bango bavandaka na mabele ya bankoko”(en langue internationale Lingala: c’est pour que les enfants connaissent leurs familles sur des terres de leurs ancêtres”). Pour les familles X. et Y., elles ont acheté un terrain pour une future maison et un projet de création d’une entreprise agro-alimentaire à elles. Leur idée est d’anticiper. En effet, des agents, nombreux, qui vont œuvrer dans ce port en eaux profondes auront besoin de se nourrir.

Dans l’environnement économique de la presqu’île de Banana. Ils ont observé entre autres l’existence d’une société d’exploitation pétrolière “onshore ” nommée Perenco-REP. C’est une entreprise de droit français basée à Paris. Son fondateur était décédé dans un accident de montagne. Et le deuil se déroula au musée Rodin à Paris. Nous, journaliste congolais, était là.

Ces Congolais en vacances pensent que leurs compatriotes de la diaspora restés en Europe devraient notoirement s’intéresser, à l’image des mouvements des combattants engagés “ingeta”, aux enjeux au Congo de ces sociétés pétrolières.

“Une entreprise française comme Perenco devait faire l’objet des conversations dans des milieux des Congolais de la diaspora” éclaire la Congolaise Nzayilu (Paris). Elle dit: “ici en France, on parle de nous comme immigrées venues chercher l’argent. Ce discours ,dans ces médias français concernés, m’interpelle moi aussi. Ainsi, des médias congolais de l’Europe doivent aussi parler d’une société immigrée comme Perenco partie en RDC pour chercher l’argent. Qui gagne plus?. Quel est l’impact sur notre écosystème et l’économie de la région!”.

La presqu’île congolaise de Banana est présentée par Wikipédia comme: “sans doute le plus ancien poste colonial du Congo, occupé par les Européens depuis le début du XIXe siècle. Des ruines de cette première implantation peuvent encore être observées de l’autre côté de la baie, au sud-est de l’actuelle Banana”. Et cette citation de Wikipédia pour un journaliste Kamite panafricain congolais de la RDC en Europe, fait remonter ,dans nos actualités journalistiques la problématique de l’occupation du Congo. En effet, la RDC est un pays sous occupation des extrémistes Rwandais du Tutsi Power qui pillent et tuent nos populations congolaises. La visibilité prochaine de ce port sur le plan international devrait tenir compte des étrangers, des immigrés sur le plan administratif, emploi et sécurité vu ce que font ces extrémistes tutsi rwandais.

La problématique de l’occupation? C’est sans tenir compte de ces réalités atroces que Kinshasa avait annoncé une confirmation pour la première fois; d’un partenariat avec la société d’un pays du Moyen Orient DP World.C’est une entreprise appartenant à des personnes des Emirats Arabes. Le but concerne la construction d’un port en eaux profondes sur l’étroit débouché atlantique de la République Démocratique du Congo. Ce projet a attiré l’attention des lanceurs français d’alerte anti-corruption . Et dans la diaspora congolaise, dans des mouvements des combattants; y-t-il eu des élévations de voix?

Il n’y a eu aucune voix dans le monde politique dans notre communauté en France et de la société civile de la diaspora. Ce qui touche ce port,les terres et l’exploitation de ce port doivent-ils échapper totalement à la nation congolaise qui a déjà un héritage patrimonial douloureux. Et cela depuis l’histoire inacceptable de triste mémoire des colonnes des immigrés barbares envahisseurs occidentaux sans autorisations légales (visas) d’entrée et de résidence jusqu’à cette occupation de l’organisation criminelle français politique et militaire du Tutsi Power Rwandais qui continue.

Médias congolais de l’Europe:une absence à rattraper au-delà de l’effet Jean-Claude Vuemba sur le port en eaux profondes de Banana.

Des dossiers thématiques sur les ports, les transports et les frets maritimes sont totalement absents dans la presse de la diaspora chez nos journalistes du MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO. Les informations ou les actualités sont abondantes.( exemples: les Assises du port du futur dans la ville provinciale française de Lille, des salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique..)

Il y a un début à tout. Ces thématiques devraient toucher le quotidien des Congolaises et Congolais de la diaspora et d’ailleurs car c’est une histoire du monde qui est une histoire des marchandises. Ce que nous observons, ce sont certaines couvertures très sporadiques sur des agences de frets aériens et maritimes , propriétés des Congolais comme l’entreprise ” JFM Services” basée en Allemagne qui s’émancipe dans quelques villes de France, de Belgique,des USA …

Photo du député Jean Claude Vuemba.

Dans cette photo, on voit le député Vuemba Jean Claude dans le territoire de Muanda, dans le village Lemvo, le jeudi 25 juillet 2019. C’était le jour de l’arrivée de la délégation des officiels concernés. Ce jeudi-là, ils ont visité des lieux de délocalisation qui concernent aussi le camp et les installations des unités de ces soldats congolais des Forces Navales de la RDC. En effet, le port en eaux profondes de Banana, une fois opérationnel, doit être protégé.

Nous, les journalistes congolais en Europe qui connaissent les actions de Jean Claude Vuemba Luzamba depuis qu’il résidait dans la magnifique villa familiale près du Palais de Marbre, à Mbinza, dans la Kinshasa; estiment qu’il est un bon phare pour une campagne charismatique dans le travail pour arriver de cette construction.

Lilo Miango/Rédaction de Paris.

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite

La société suisse GLENCORE des matières 1ères notamment congolaises dans une nouvelle enquête de la justice des USA sur des soupçons de corruption.

La multinationale Glencore basé dans la ville de la Suisse allemande (Alémanique) de Baar (vers la région de Zurich) dont le sous-sol suisse ne regorge ni coltan, ni cobalt, ni cuivre, ni manganèse, ni diamant… est dans la loupe judiciaire de différentes institutions USA qui pointent ses liens avec un businessman israélien DAN GETLER. Cette personne déjà sous sanctions qui se trouve être un ami très intime alter ego du josephiste Joseph “Kabila”.

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite

ONU: texte de la Congolaise et chercheuse Sylvie Ayimpan, intitulé “Débrouille et créativité à Kinshasa” in revue “Le Courrier de l’Unesco”(Avril-Juin 2019).

C’est une revue de l’Unesco, ce département de l’ONU, qui vient de publier un article scientifique signé par la chercheuse congolaise de la République Démocratique du Congo(RDC), madame Ayimpan Sylvie(1). Son titre est “Débrouille et créativité à Kinshasa”.

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite