L’affaire du vol de 400.000 euros via piratage du compte bancaire d’un ministre du Congo-Brazzaville: Une femme(43 ans) et un homme(41 ans) en arrestation.

Région parisienne et justice.

Les faits que nos journalistes KAMITE PANAFRICAINS CONGOLAIS de la République Démocratique du Congo connaissent depuis le vendredi 21 MAI 2021. “KI MOYIBI NA BANKI “SOCIETE GENERALE” :400.000 euros. Batu ya ekolo Congo-Brazzaville”.

Un ministre de la République du Congo s’est fait dérober 400 000 euros après le piratage de son compte bancaire logé dans la banque française nommée “Société Générale”. Cette banque a porté plainte auprès de la Brigade des fraudes aux moyens de paiement (BFMP).

Mbongo ya Euros.

Enquête de policiers français et justice.

Il y a deux suspects qui résident en région parisienne “balataki bango” c’est-à-dire ont été mis en examen. En fin du mois de mars 2021, c’est la femme de 43 ans qui avait été arrêtée d’abord. Sa mise en examen a été matérialisée le 31 mars 2021. Il a été rapporté : “déjà connue pour des faits d’escroquerie. Et en France, on met cette femme dans le dos “quelle aurait retiré en espèces une dizaine de milliers d’euros”.

Une traçabilité de plus 60 opérations d’argent montre des virements à partir du compte bancaire “Société Générale” de ce ministre congolais du Congo-Brazzaville vers des comptes au Royaume-Uni/UK, en Irlande, en Autriche et en France.

Le monsieur de 41 ans a été interpellé le 10 mai 2021 à son domicile situé dans le département “93” Seine Saint Denis. Il a été mis en examen le 12 mai 2021 pour “accès frauduleux à un système de traitement automatisé de données, escroquerie et blanchiment en bande organisée”.

Comment ce ministre du Congo-Brazzaville (République du Congo) va-t-il se comporter judiciairement vis-à-vis de cette banque française de Société Générale qui n’a pas pu protéger le compte bancaire de son client? ” Ye na banque wana ekosuka boni?”.

Lilo Miango/Rédaction de Paris.

“Visitez la République Démocratique du Congo,l’autre grand pays des grands journalistes”.

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite

Concours “Cartier Women’s Initiative/Edition” 2021: Les 3 lauréates africaines.

« Misala ya basi misato batonga, miwuti kozua litomba Cartier Women’s Initiative » (en langue internationale Lingala: “les entreprises fondées et opérationnelles grâce à ces trois femmes ont eu des bourses suite à ce concours de Cartier Women’s Initiative). Cartier a rendu public les identités personnelles et leur “business”. Congolaises dans les deux Congo, Angolaises et entrepreneures citoyennes de la Guinée Equatoriale peuvent faire dans l’avenir comme ces 3 bénéficiaires africaines du Sud du Sahara car elles sont aussi dans ce même créneau géographique africaine.

Cartier est cette entreprise renommée du secteur du luxe. Fondée à Paris,cette société conçoit, fabrique, distribue et vend des bijoux, des montres, des lunettes, des parfums, des sacs et des portefeuilles de qualité. Cette annonce est suite au concours 2021 “Cartier Women’s Initiative”: les noms de ces trois boursières d’Afrique Sub-Saharienne sont Tomilola Adejana (Nigeria), Seynabou Dieng (Entreprise Maya, Mali). Yetunde Ayo-Oyelowo (Market Doctors, Nigeria).

Concours international et notre média à vision international.

Cette annonce a été envoyée depuis Dubaï par la Maison de luxe CARTIER au MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO en ce début du mois de mai 2021. C’est pour l’édition 2021 de l’Initiative pour les femmes Cartier (Cartier announces the three Sub-Saharan Africa fellows for the 2021 edition of the Cartier Women’s Initiative).

Dès les débuts de nos contacts comme média avec la Maison de luxe CARTIER, notre MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO, fait par des journalistes Kamite panafricains congolais de la République Démocratique du Congo qui vivent dans certains pays européens, a souvent sensibilisé des entrepreneures, qu’elles soient de la diaspora et au pays. Qu’elles soient des sont Congolaises de la République Démocratique du Congo (Congo-Kinshasa), de la République du Congo (Congo-Brazzaville), des Guinéennes de la Guinée Équatoriale et des Angolaises de la diaspora angolaise en Europe et en République d’Angola. “Mayele ezali…Kosala mangomba ya misala basi wana bayebi”…alors qu’elles participent aux concours de la célèbre Maison CARTIER dans le cadre de “Cartier Women’s Initiative”.

Mme TOMILOLA ADEJANA

TOMILOLA ADEJANA, NIGERIA.

Elle est une des ces trois lauréates de l’Afrique Sub-saharienne de cette édition 2021. Elle a obtenu une bonne bourse de «Cartier Women’s Initiative» après avoir créé Blanky, une “banque pour les non bancarisés, c’est-à-dire celles et ceux qui n’ont pas pu avoir des comptes dans des banques”.
Blanky “répond aux besoins des exclus financièrement en leur fournissant les points de contact personnels et technologiques dont ils ont besoin pour numériser leur trésorerie et augmenter leurs revenus de manière sûre et simple”.

SEYNABOU DIENG

SEYNABOU DIENG, MALI.

C’est l’une des lauréates 2021. Africaine et citoyenne du Mali, elle est propriétaire d’une société malienne qu’elle a fondée. Mme Seynabou Dieng l’a dénommée Maya. Cette entreprise a été distinguée par “Cartier Women’s Initiative” lors de ce concours de l’édition 2021. En effet, elle “produit des sauces, des marinades et diverses aides culinaires à base de produits issus de l’agriculture locale faite par des producteurs locaux au Mali”.

YETUNDE AYO-OYALOWO, NIGERIA.

La lauréate Yetunde Ayo-Oyalowo est du Nigeria. Son entreprise “Market Doctors” oeuvre dans le créneau des médecins dans des marchés. Cette brave femme médecin entreprise qui fournit des services médicaux de base abordables à la population mal desservie du Nigeria.

YETUNDE AYO-OYALOWO

Nos journalistes Kamite panafricains congolais de la RDC ont fait des couvertures médiatiques sur certaines éditions du concours “Cartier Women’s Initiative”.

Lilo Miango/Rédaction de Paris et Lupungu/Rédaction de Genève.

===========================================

“Visitez la République Démocratique du Congo, l’autre grand pays des grands journalistes”.

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite

OKAPI MOBILE: téléphone portable créé par un Congolais de la RDC, le professeur Jean BELE(Scientifique-Chercheur).

La marque “Okapi Mobile” est une MARQUE de téléphone portable créée et fondée par un Congolais de la République Démocratique du Congo, monsieur Jean Bele. Mbela “OKAPI MOBILE” esalami na muana mboka Jean Bele (scientifique chercheur aux USA, à Boston). Le Congolais Jean Bele dont la famille biologique est originaire des terres de la région de Bikoro (Nord Ouest de la RDC) est un brave fils de la République Démocratique du Congo qui oeuvre beaucoup pour sa patrie, la RDC.

Faisons la promotion de nos produits économiques congolais à travers l’Europe.

Notre média MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO va en parler mensuellement (1 fois par mois) dans l’émission télévisée “L’Europe parle au Congolais” à partir du 30 juin 2021, date historique de la proclamation de l’indépendance de notre Congo, Kongo ya bankoko na biso.

Lilo Miango, journaliste Kamite panafricain congolais de la République Démocratique du Congo.
Paris, Suisse, Allemagne, Suède, Norvège et Finlande.

La marque Okapi téléphone esalami na muana mboka Jean Bele, un brave fils de la République Démocratique du Congo. Tosomba yango kaka, tosomba yango ebele na mikili na mikili bipayi tovandi.

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite

AUSTRALIE: BUKASA, 1er FERMIER CONGOLAIS ET PRODUITS AGRICOLES CONGOLAIS EN VENTE À SYDNEY…

Le Congolais de la République Démocratique du Congo “BOUK” BUKASA fonde la première ferme spécialisée dans l’agriculture des légumes congolais comme “bitekuteku”, “ngai-ngai”, “matembele”, “pondu”, “solo”, patate douce congolaise, “pili-pili ya Kongo”…

M.«Bouk» Bukasa : Congolais de la République Démocratique du Congo, en Australie.

Le Congolais BUKASA a fait importer les graines dans sa ferme de plus de 2 hectares à Sydney. Les graines de ces légumes “ya Kongo ya bankoko”. Il les avait importées depuis son pays, la République Démocratique du Congo (RDC).
Le MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO vient de découvrir ce premier fermier congolais (the first congolese farmer in Australia) qui s’appelle “Bouk” BUKASA. Son travail d’agriculteur spécialisé dans les légumes congolais marche bien.
C’est ainsi que la chaîne de télévision australienne SBS News lui a consacré un reportage dans une édition du journal télévisé (décembre 2020).

Elanga ya monene.

“Muana mboka Bouk BUKASA asala elanga wa ye ya monene kuna na mboka Australie, o engumba ya Sydney.
“BUKASA alonaka mpe atekisaka kaka ba ndunda ya biso ya mboka Kongo ya bankoko lokola matembele bangi, ngai ngai, pondu, manioko, nguba ya biso ya Kongo, bitekuteku, mbala ya ekolo Kongo, pili pili ya Kongo, solo … Basombi na Australie balingi ba ndunda na ye mingi”.

BUKASA : il est le 1er fermier africain en Australie

Vente dans 6 magasins.

Le fermier congolais “Bouk” BUKASA fournit ses légumes congolais dans 6 magasins australiens à Sydney. Et il vend lui-même aussi ses produits agricoles congolais que certains appellent là-bas “African vegetables ou african herbs”. Le Congolais BUKASA a une logistique conséquente (tracteur, véhicule, réserve des graines, documents et divers matériels).
La clientèle très variée aime beaucoup les légumes “ya ekolo Kongo na biso” cultivés par le Congolais “Bouk” BUKASA et son équipe dans leur ferme de la ville australienne de Sydney.

Le «farmer» (fermier, moloni) «BOUK» BUKASA.

Lilo Miango/Rédaction de Paris.
Photos du Congolais “Bouk” BUKASA ; capture écran par l’équipe technique du MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO, Suisse.

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite

L’émission télévisée “L’Europe parle aux Congolais” : bientôt chez nous, nous allons régulièrement parler des productions économiques congolaises comme de “Kitoko Makeup”.

Dans ce créneau “de l’économie mondialisée” actée par des productions, transformations et consommations des plusieurs produits économiques, nos journalistes Kamite panafricains congolais de l’émission télévisée “L’Europe parle aux Congolais” de notre média en ligne MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO ne délaissent plus les produits congolais. Il faut en parler, en parler régulièrement…« tolobela yango, kosakola ya ngo, kotiya yango na mitu mpe mitema ya basombi. »

Nos marques “made in Congo”, “made by Congolese”, “esalama na Kongo”, “esalema na muna ya Kongo”.

En format, soit interview ou soit en jeu-concours/Momekano, nos journalistes démarrent ce créneau.
Ainsi bientôt, l’émission télévisée “L’Europe parle aux Congolais”, une place sera faite aux produits de beauté pour maquillage “Kitoko Makeup” créés par la Congolaise Bibish Mbemba. Ses produits ont été “internationalisés” via les maquillage des actrices et acteurs du film “Un prince à New York 2”.

“Kitoko Makeup”: une marque.

“Apprenons à acheter et à faire connaître économiquement au monde une production économique réalisée par des Congolaises et Congolais”: cas présent de KITOKO MAKEUP.
LES PRODUITS de maquillage “KITOKO MAKEUP ont été utilisés dans le film “Un prince à New York 2” dont l’acteur très en vue est le célèbre Eddie Murphy, Afro-Américain mondialement connu grâce à son travail artistique dans le cinéma.

Les produits de beauté KITOKO Makeup est une marque créée par la Congolaise Bibish Mbemba de la République Démocratique du Congo. Elle vit en Europe et a fait des bonnes études dans certains pays occidentaux.

Depuis Paris.

Notre média envisage de faire sporadiquement une série d’émissions télévisées, sur “Kitoko Makeup”, présentées par monsieur Lilo Miango, journaliste Kamite panafricain congolais de la RDC, en Europe.
“Awa na mpoto, muana mboka elenge muasi ya mayele Bibish Mbemba asali bikela mpo na kopelisa kitoko ya basi ya mokili mobimba mpe ya ekolo Kongo ya bankoko.
O etando ya L’EUROPE PARLE AUX CONGOLAIS, masolo makotoka mpo na bolamu ya KITOKO MAKEUP.

NKUMU/Rédaction de Suisse et Lilo Miango/Rédaction de Paris.
Photos: Kitoko Makeup.

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite

“Kwanga” congolais sur un podium mondial: grâce au travail de l’excellence de la Congolaise “Mama” Rachel qui vit à Ottawa.

Ottawa (Canada): la Congolaise de la République Démocratique du Congo “mama” Rachel bénéficie du succès de son savoir-faire excellent dans la fabrication du “Kwanga”, ce produit alimentaire congolais à base de manioc.
“Mama” Rachel a hissé ses “Kwanga”au niveau de l’excellence. Et des commandes arrivent des USA et du Canada. C’est un podium des marchés d’une attractivité en matière de vente d’un créneau international. “Mayele ya Mama Rachel ya kosala bakwanga ya elengi mpe etiya nzoto kolongonu; epesi lokumu ya kolia,kosomba mpe koteka kwanga, ya Kongo ya bankoko, na bisika ebele na mikili ya USA na Canada”.

Ottawa: la Congolaise “mama” Rachel dans son atelier bien équipé avec des outils modernes pour ses “kwanga” magnifiques.

Sa stratégie de travail d’entreprendre autrement en économie sociale et solidaire donne à ses “Kwanga un accès commercial très intéressant. C’est bon en termes de l’image et l’identité de marque à cet aliment de la culture alimentaire du Congo.

“Kwanga” avec ces recettes ancestrales “Kongo ya bankoko”et avec des instruments de travail de nos temps modernes sous d’autres cieux comme le Canada.

En effet, Mama Rachel possède cette volonté de puissance, à la fois de ses recettes en savoir-faire avec un processus de standards de qualité, des exigences sanitaires du service compétent du Canada et d’une éthique car consommer des aliments et un engagement pour la bonne santé du fabricant envers le client consommateur. L’addition de tout cela est pour avancer dans cette économie sociale et solidaire. Et depuis la fabrication dans son atelier très bien équipé jusqu’à la commercialisation de ce Kwanga (nommé aussi “chikwange”), très bon produit de culture alimentaire congolaise est un aliment qui ne fait pas des dégâts de cholestérol contre une bonne santé.

La très professionnelle Rachel (dans le langage respectueux congolais MAMA RACHEL) fabrique elle même dans son atelier de fabrication moderne le “Kwanga ya Kongo ya bankoko na biso.” Avec beaucoup de dignité, nos journalistes ont tout apprécié y compris la qualité de l’emballage que vous voyez dans la photo.

“EMBALLAGE YA KITOKO MINGI (un magnifique emballage) LOKOLA MPE BASUSU BASALAKA NA BA FROMAGES NA BANGO (emballage très design comme des fromages chez des fabricants en Occident), BA VINS NA BANGO (comme les étiquettes des marques de vins), BA PARFUMS NA BANGO (comme l’emballage design des parfums), BA JAMBONS NA BANGO (comme l’emballage bien fait et bien présenté des marques de jambons), BA JUS NA BANGO, AWA NA MIKILI YA MPOTO (comme ces emballages des jus dans des territoires en Occident…”.

“Kwanga” dans son emballage très design.

Un bon produit pour import-export.

Le “kwanga” sorti de l’atelier de mama Rachel est un produit de qualité et accessible à tout le monde de différentes nationalités en Europe et sur le continent américain. Notre courant des journalistes Kamite soutient depuis le 7 février 1981 toutes les bonnes réalisations de filles et fils du Congo en matières économiques dans nos diasporas.

“Mama Rachel, mosali ya malonga ya kwanga, o mboka Ottawa, kuna mosika na Canada. Kwanga ya kitoko ezali kotekama ti na Etats-Unis d’Amérique. Ce “Kwanga fait par cette Congolaise formidable d’Ottawa est un bon produit alimentaire et une bonne affaire économique à suivre médiatiquement dans nos diasporas et dans les autres cercles par nos journalistes Kamite panafricains congolais de la RDC.

Lilo Miango/Rédaction de Paris.
PHOTOS:capture des images filmées par notre équipe technique du MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO basée en Suisse.

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite

Union Européenne (UE) et apport documenté de la diaspora congolaise en Europe : sanctions demandées contre Dan Gertler, “ami-ami” de Joseph “Kabila”.

En effet, ces sanctions contre l’homme d’affaires israélien Dan Gertler, sont réclamées officiellement dans un courrier bien documenté par une quarantaine des députés de l’UE. Et c’est un courrier bien documenté car il y a des émergences dans des milieux de la diaspora qui savent apporter “makambo mpo na bonsomi ya ekolo Kongo ya bankoko mpe bomoi ya bana Kongo”.
C’est ce que sous certains cieux, on pourrait appeler “lobbying”. Et pour la cause congolaise qui est juste avec les droits de l’homme et les droits des peuples à disposer d’eux-mêmes, il est stratégique d’avoir des “alliés”, des élus dans l’Union Européenne.

Un signal vers un début du combat de souveraineté économique qui succède au combat politique “ingeta” dans la diaspora ?

“ingeta”, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Dans leur combat politique pour la libération “ingeta”, certains résistants congolais de Liège, de Paris et de Bruxelles s’activent maintenant dans le combat de souveraineté économique stratégique. Et c’est ainsi selon leurs dires à notre MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO, leurs groupes considèrent monsieur Dan Gertler comme « impliqué dans l’opacité des exploitations minières du chef de guerre responsable des crimes contre l’humanité et crimes de guerre Joseph “Kabila” le grand corrompu et corrupteur ».

L’urgence des sanctions proposées par plus de 40 députés européens contre un homme d’affaires israélien Dan Gertler le “pro-Joseph Kabila Hyppolite Kanambe”, ce criminel chef de guerre jadis aide de camp officiel du général criminel extrémiste rwandais James Kabarebe, autrefois président de la RDC responsable des crimes contre l’humanité dans des assassinats de Floribert Chebeya, Fidel Bazana, Armand Tungulu, Bundu dia Kongo, Kasaï et des millions de Congolaises victimes des viols massifs, financés, planifiés dans ces guerres imposées au peuple de la RDC (extraits du document ingeta).

Poids d’argent, poids de liberté d’expression. Ces “bana mboka” ont pu entrer en contact avec certains de nos journalistes Kamite ; dans leur légitimité du fait que notre diaspora envoie chaque année plus de 2 milliards de dollars en RDC est appelée à une sensibilisation pour la souveraineté stratégique des exploitations minières congolaises.
Vu les différents aspects de l’aliénation mentale qui ont des impacts dans le domaine des mines de la RDC, les “ingeta” combattent pédagogiquement des formes d’aliénation mentale. Leur sensibilisation concerne aussi le cas de la cause évoquée par cette lettre envoyée par une quarantaine des députés de l’Union Européenne.

Combattre d’abord pédagogiquement l’aliénation mentale dans des catégories immenses des Congolaises et Congolais afin d’avancer le combat pour la souveraineté nationale des exploitations minières… (groupes “ingeta”).

Et partant, c’est ainsi que : “c’est aussi grâce à ce travail patriotique Ingeta contre l’aliénation mentale de ces membres de la diaspora congolaise en Europe” qui a produit des contributions à cette lettre signée par plus de 40 députés de l’Union Européenne. Et ces élus dans l’Union Européenne qui l’ont adressée à Mr. Josep Borrell Fontelles, Haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et Vice-président de la Commission européenne, pour exiger des sanctions contre l’homme d’affaires israélien Dan Gertler, très rejeté dans la diaspora de la RDC vu qu’il est jusqu’à preuve du contraire qu’il demeure l’allié du grand criminel de guerre et responsable des crimes contre l’Humanité pas encore jugé Joseph “Kabila” Hyppolite Kanambe. Cette lettre accuse “la corruption et de blanchiment d’argent”. Et ce courrier officiel appelle à des précautions légitimes d’usage dans l’Union Européenne.

Ce groupe des députés européens estime que “la corruption en République Démocratique du Congo est toujours bien vivante et entraîne dans son sillage la violence, l’impunité et les violations des droits de l’homme”. Ce sont les mêmes faits qui légitiment la lutte des groupes congolais “ingeta” dans la région parisienne, à Bruxelles et Liège.
La quarantaine de députés mentionnent leurs regrets que l’Union Européenne traîne les pas pour agir contre cet homme d’affaires Dan Gertler qui “aurait amassé une fortune grâce à la corruption et l’opacité dans ses opérations minières et pétrolières”. Et des leaders d’opinion dans la diaspora ont toujours rejeté cet homme, plus précisément ses pratiques et sa proximité avec l’individu criminel Joseph “Kabila”, dénoncé comme responsable politique dans des assassinats “ya muana mpoto ya Belgique” Armand Tungulu, Floribert Chebeya, Fidel Bazana, du journaliste Bapuwa Muamba (ancien de la diaspora de France) et des autres journalistes congolais.

«Ami-ami», «opacités» : exploitations minières en RDC.

En matière politique, la parole étant l’acte politique important,des” ingeta” qui ont pu donner de la matière à notre média MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO soutiennent que “les activités de l’homme d’affaires istraélien Dan Gertler dans ses histoires opaques avec Joseph “Kabila”auraient fait perdre à l’Etat de République Démocratique du Congo environ 1,4 milliard USD de revenus entre les années 2010 et 2012 grâce à ses sociétés offshore. Cette forte somme d’argent aurait pu servir à la santé et à l’Education nationale en RDC. 3…Entre 2010 et 2012, la RDC aurait perdu au moins 1,4 milliard de dollars de revenus en raison de la sous-évaluation des actifs miniers et pétroliers vendus à des sociétés offshore liées à Dan Gertler. À l’époque, cette somme représentait le double des dépenses nationales allouées à la santé et à l’éducation, soit environ 20% du budget national annuel”, a déclaré la quarantaine de députés européens dans leur lettre.

Vu ces faits.

Pour des actes concrets, ce groupe de députés “invite le Haut représentant de l’UE à renforcer des mesures européennes prises à l’encontre de Gertler pour ne pas que l’UE devienne un refuge sûr pour les fonds corrompus”.

Ces activistes congolais en Europe misent depuis un laps de temps sur l’effet multilatéral des sanctions appelées à être efficaces.

« L’espace Shengen de l’Union Européenne est à la fois très sévère pour l’octroi des visas aux Africains et est doté politiquement de sa monnaie de valeur, l’Euro. Que cet espace ne devienne pas un bunker pour les corrompus non africains dont les activités opaques liées à l’argent tiré des économies minières ou pétrolière au Congo avec des conséquences très graves sur les violences de conflits armés imposés au peuple du Congo-Kinshasa ; dont les victimes massacrées, ciblées, violées et discriminées sont aussi des filles et femmes congolaises de la RDC par ce qu’elles sont des citoyennes congolaises », conclut une synthèse d’une juriste, la Congolaise Ramazani.

Dossier rédigé en Belgique et région parisienne par la Rédaction de Paris et Rédaction de France du MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO.

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite

Diaspora congolaise RDCongo: environ 2 milliards de dollars USA envoyés chaque année au Congo “ya bankoko”.

Sur le plan national et international, cette certitude des comptes mérite d’être affichée. Chaque année, environ 2 milliards de dollars américains sont envoyés en République Démocratique du Congo, par la diaspora de la RDC (Source: OIM, ONU, 18 décembre 2020). “Mbula nionso Bana ya diaspora batindaka mbongo ebele mpo na kosunga: ~ 2 MILLIARDS DE DOLLARS USA”.

Mr. Fabien Sambussy, chef de mission de l’OIM (Onu).

COMPARAISON POUR AVOIR UNE IDEE ENTRE CET APPORT DE LA DIASPORA ET LE TRAVAIL QUE LE GOUVERNEMENT EST APPELÉ POUR LA PAYS ET NOTRE POPULATION ESTIMÉE À PLUS DE 85 MILLIONS DE CONGOLAISES ET CONGOLAIS.

Selon un texte rédigé le 20 janvier 2020 par la direction générale du Trésor de la RDC: “Les prévisions de recettes ne sont pas suffisamment précises à ce stade. Les recettes du budget général seraient de 8 Mds$ contre 5 Mds$ en 2019 (+57%)”.

C’est une affirmation (sur environ 2 milliards de dollars de la diaspora) faite par Mr François Fabien SAMBUSSY, le chef de mission de l’OIM (Organisation Internationale des Migrations, fondée en 1951) ; est une preuve que la diaspora congolaise doit être considérée politiquement par le gouvernement de Kinshasa comme nos journalistes Kamite panafricains congolais de la RDC du MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO. Il n’y a pas encore de sénateurs et députés de la diaspora. Il y a de la maltraitance, de la corruption et des dysfonctionnements dans des ambassades de la RDC. Et des ministres de Kinshasa tellement orgueilleux qui méprisent la population de la diaspora sans être inquiétés par la justice.

Diaspora de la RDC,«bana ya bilaka» (les enfants de la promesse) envoient
chaque année beaucoup d’argent. Selon Dilip Ratha, auteur du rapport de la Banque Mondiale/2019: « En Afrique francophone, le Sénégal arrive en tête des transferts de sa diaspora suivi de la République démocratique du Congo. Le Mali décroche la 9e place des pays d’Afrique recevant le plus d’argent de sa diaspora, avec 900 millions de dollars, soit 6,7% du PIB du pays…».

Cette affirmation de Mr Sambussy à Kinshasa s’est passée lors d’un entretien avec les médias. Et cette communication a été matérialisée en marge de la célébration, le 18 décembre 2020, de la Journée Internationale des Migrants, par un organe de l’ONU.

Rédaction de Suisse/Journaliste Nkumu.

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite

La députée au parlement bruxellois BOMELE Nketo Nicole, conseillère communale à Anderlecht, donne de la visibilité internationale à cet événement sur ces problématiques écologiques liées à des utilisations des minerais.

C’est un colloque sur “ces faces cachées des transitions écologiques”, en Belgique. Il aura lieu ce 14 décembre 2020. Ce colloque est en webinaire. Mme Bomele Nketo Nicole, personnalité politique belge, originaire de Kinshasa, ayant un charisme à rayonnement international suivi par nos journalistes Kamite panafricains congolais, fera le speech d’ouverture.
“Likambo mpe ya République Démocratique du Congo ekotunana”. Le cas du Congo, le pays des minerais en abondance qui attire l’international, sera évidemment évoqué et débattu. Inscription obligatoire: https://bit.ly/3fDW8RC

La députée belge Bomele Nketo Nicole : un rayonnement de ce colloque.

Bruxelles. C’est depuis cette ville belge que ce colloque va se concrétiser le lundi 14 décembre 2020 sous le format de webinaire. La pandémie sanitaire Covid-19 oblige.
“Milulu wana, ekosalama ndenge wana mpo na bobangi bokono ya Covid-19”. A fortiori quand des sources françaises, qui alimentent nos journalistes Kamite panafricains congolais de la République Démocratique du Congo basés en France ; communiquent à notre média MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO qu’au niveau européen des ravages records en termes des gens décédés se passent Belgique.

Programme de la soirée de ce colloque.

Il est prévu 4 interventions. dont les intitulés sont :
*Conséquence de l’exploitation minière, ces de la République Démocratique du Congo(par l’anthropologue Aymar Nyenyezi Bisoka, professeur à l’UMons/Université de Mons, une ville provinciale francophone belge).
*Les minerais au coeur de la transition écologique (Mme Claire Mathot,ONG Justice et Paix).
*Le recyclage: une partie de solution? (par Mr Benjamin Colas,directeur général du groupe Wilmet)
*Piste pour une transition écologique réellement soutenable (Mr. Romain Gelin ,chercheur au Gresea).

Lilo Miango/Rédaction de Paris.

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite

Paris: le voyage de monsieur “Total” Patrick Pouyanné dans la ville d’Oyo pour le pétrole du peuple congolais.

“Mobembo mpo na pitolo: Paris, koleka na Brazzaville ti na Oyo”. Pour la multinationale française Total, ce “mobembo” (“voyage”) est très bon pour 20 ans de plus d’exploitation du pétrole du peuple congolais. Et cela après un face-à-face dans la ville congolaise d’Oyo entre le chef d’Etat Sassou N’Guesso et le “Total” Patrick Pouyanné.

Pour la gigantesque affaire très mielleuse de ce contrat de l’exploitation du terminal pétrolier à Djeno du pétrole congolais, le Français Patrick Pouyanné avec son salaire de “Je gagne 3.8 millions d’euros de salaire [annuel] et je reçois des actions de performance”; ce PDG de la société multinationale française Total a fait le voyage.
C’est le trajet de Paris, via Brazzaville, à Oyo.

La mairie de la ville d’Oyo

3 novembre 2020, Oyo est une modeste ville dans la province de la Cuvette, à 400 Km de la capitale congolaise, au Nord de ce pays.

Né le 24 juin 1963 dans une petite ville provinciale française, nommée Petit-Quévilly, ce Français avait été reçu par le président du Congo-Brazzaville Denis Sassou N’Guesso.

Au menu de cette réunion en ce temps de ce nouveau confinement français en novembre 2020, Patrick Pouyanné est parti au Congo où il y a vraiment un taux tellement bas des cas de Covid-19. C’est pour ce très gros morceau de l’affaire de l’exploitation du terminal pétrolier de Djeno.

La multinationale Total et la résistance des combattants congolais, à Paris et en région parisienne.

Chef d’Etat de la République du Congo Denis Sassou N’Guesso

Cette multinationale française est décriée et attaquée par des combattants de la République du Congo qui vivent en France. Mais, Total a obtenu pour les vingt prochaines années, la cogestion du terminal pétrolier de Djeno.
La rencontre vient d’avoir lieu le 3 novembre 2020 à Oyo entre le président de l’Etat de la République du Congo Denis Sassou N’Guesso et le PDG de cet “état économique français” appelé Total.

Le type de ce nouveau contrat admet désormais d’autres sociétés pour “l’exploitation dudit site pétrolier ainsi que des champs pétrolifères environnants”.
Est-ce que les combattants congolais vont-ils aller protester devant le siège de Total, à Paris-la Défense avec ces mesures françaises de ce nouveau confinement. “Tokotala se kotala awa Corona Covid-19 ezali se koboma mpe kobeta bwale. Bapanzi nsango ya MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO tokotala oyo ekoleka”.

Les autres entreprises citées mais aucune société congolaise.

Les autres entreprises pétrolières citées sont notamment la société française Perenco et la compagnie italienne Eni.
Nos sources dans la diaspora congolaise ne nous ont pas donné un seul nom d’une société pétrolière congolaise “ya batu ya ekolo Congo-Brazzaville”, avec des capitaux congolais.

Total, entreprise multinationale française- ingeta de la part de la résistance des combattants du Congo-Brazzaville, en France

Djeno est le terminal qui traite plus de 95 % de la production du pétrole brut du peuple congolais.

En termes de chiffres, c’est un calcul d’environ 220 000 barils par jour. Cette matière première du peuple congolais de la République du Congo représente plus de 70 % de revenus financiers de ce pays.

Djeno est le nom d’un village situé à 15 km au Sud de la grande ville de Pointe-Noire. Ce terminal pétrolier se situe à proximité du village Djeno, vers l’océan Atlantique.

Lilo Miango/Rédaction de Paris.

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite

“Et l’Europe sous-développa l’Afrique “(Livre du Guyanais Walter Rodney)… Et Le troisième vol humanitaire de l’Union européenne atterrit à Kinshasa.

La source de cette information, sur ce pont aérien, est à Bruxelles. C’est l’Union Européenne(UE), elle-même. C’est un communiqué de presse de l’UE, datée du 20 juin 2020.

Ce document parle d’une cargaison de 180 mètres cubes de fournitures d’aide humanitaire qui est arrivée, le 20 juin 2020, à Kinshasa, via un troisième pont aérien, un vol organisé par l’Union Européenne (UE) avec un appui des Etats européens membres de l’UE.

Les pays européens, l’Union Européenne: quel est le poids du Congolais Muyembe dans ce «Pont aérien Union Européenne/RDC»? Vaccin? Gros sous?

UN EXTRAIT DE CE COMMUNIQUÉ DE PRESSE.

« Ce vol apporte du matériel indispensable pour appuyer la réponse au COVID-19. Au total plus de 40 tonnes de fret humanitaire ont été acheminés en République démocratique du Congo grâce à cette initiative depuis le début du mois de Juin.»

« Les besoins humanitaires en République démocratique du Congo sont immenses », explique Jean-Marc Châtaigner, l’ambassadeur de l’Union européenne en RDC. « Ils sont non seulement liés à l’expansion du COVID 19, mais aussi aux autres épidémies en cours en particulier l’Ebola, la rougeole, ainsi qu’à la présence de centaines de milliers de déplacés et réfugiés à l’est du pays…»

«…Les vols organisés par la Direction générale de la Protection civile et des Opérations d’Aide humanitaire de l’Union européenne (ECHO)…»

«…Ce cargo comprend des kits de réanimation, du matériel chirurgical de base, des canules nasales pour l’administration d’oxygène, de l’hydrocortisone, des antibiotiques, de la vitamine A et des intrants nutritionnels. Les fournitures seront distribuées aux centres de santé et aux hôpitaux traitant les patients atteints de la COVID-19 dans les provinces les plus touchées de la République démocratique du Congo, notamment Kinshasa et le Kongo central….»

«…Les vols du pont aérien humanitaire de l’Union européenne font partie de la réponse globale de l’UE à la pandémie COVID-19 en Afrique (République centrafricaine, Burkina Faso…) et dans le monde. Ils sont opérés dans le cadre d’une approche « Team Europe », dans un effort conjoint entre la Commission européenne, les États membres et les organisations humanitaires, et en coopération avec les autorités du pays d’accueil. Le mécanisme de pont aérien humanitaire de l’UE finance 100% des coûts de transport. Le fret et les fournitures qui sont transportés sont fournis par les utilisateurs des opérations du pont aérien humanitaire de l’UE….»

MONOLOGUE TRÈS AUDIBLE DE L’UNION EUROPÉENNE.

L’Union européenne parle trop à haute voix très médiatique et médiatisée sur son soutien en outre la réponse COVID-19 en RDC avec un financement total de 19,5 millions d’euros provenant de ses programmes d’aide humanitaire et de sa coopération au développement.

Mais l’Union Européenne ne parle jamais aux médias et à des journalistes congolais de la diaspora en Europe pour évoquer la contrepartie de leurs intérêts que ces officiels européens ont exigé des officiels congolais de la RDC.

«Etali mosala ya biso bapanzi nsango ya ekolo Kongo ya bankoko, awa na bikolo ya mpoto».Et ainsi il y a une légitimité interrogative de nos journalistes Kamite panafricains congolais de la RDC, en Europe, de citer le titre de l’ouvrage de Walter Rodney, universitaire guyanais (Guyana et non pas la Guyane, France), Ce livre est de référence permanente. Et son titre que nous citons, est : «Et l’Europe sous-développa l’Afrique».

A qui l’Union Européenne a-t-elle remis leur argent au Congo? A quel service en RDC? Et pour rendre quel service à des intérêts de l’Union Européenne au Congo, pays encore sous occupation!

Lilo Miango/Rédaction de Paris.

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite

Pays-Bas, Amsterdam: “GrowCongo”, un forum sur l’agriculture en République du Congo, mardi 25 février 2020.

Un forum sur l’agriculture en République du Congo que des responsables congolais et ceux des Pays-Bas ont intitulé en anglais “Grow Congo invest in agriculture”; aura lieu le 25 février 2020. C’est dans l’enceinte de l’Institut Royal des Tropiques (adresse :Mauritskade 63, 1092 AD Amsterdam, Pays-Bas) que le premier ministre de la République du Congo Clément Mouamba va lancer ce forum.

A l’heure de l’écologie contre le réchauffement climatique.

Institut Royal des Tropiques, à Amsterdam.

Selon des informations parvenues au MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO, ce forum sera axé sur les financements, les investissements, la mécanisation et l’intensification de l’agriculture dans le domaine privé et public au Congo-Brazzaville. A l’heure où l’écologie et la protection de la nature sont tellement médiatisées, ces valeurs sont à tenir compte dans ce qui sera matérialisé après ce forum.

Dans la diaspora africaine et chez des peuples européens, des masses de gens ne savent pas que la République du Congo possède 10 millions d’hectares de terres arables. Beaucoup de produits de consommation (alimentation, restauration, tourisme) sont importés par ce pays pétrolier où règne encore l’esprit des bureaucrates hérité de la colonisation française. Ainsi seulement 2% de ces terres arables sont exploitées. Il est impératif d’investir dans un changement de mentalité car l’Etat, ses services et ses fonctionnaires ne sont pas producteurs des richesses. Seules des entreprises sont productrices des richesses.

Les terres congolaises de l’Est à l’Ouest, du Nord au Sud sont un don béni de la nature. Des journalistes Kamite en Europe qui parlent de ces terres arables congolaises nourries par des différents cours d’eau et des pluies; disent que “ces terres du Kongo ya bankoko sont un don de Dieu, un don du NGO (Léopard comme icône de Dieu)”.

“Congo moke,Congo monene”: “mosala ya bilanga minene”, “GrowCongo” dans l’agriculture.

Ce que l’on peut constater est qu’il y a des vastes étendues de richesses, beaucoup de millions d’hectares de terres agricoles fertiles disponibles pour les structures des professionnels de l’agriculture.

Et les progrès dans l’agriculture sont l’oeuvre endogène. Même si l’expertise, des centres scientifiques et des finances peuvent venir d’ailleurs “Mabele ya ekolo Congo-Brazzaville etonda bonkita. Mpe esengeli ebeba te na maye babengi na lompoto “produits chimiques industriels…pesticides…”.

Quid de la diaspora congolaise en Europe!

Vu que le RICE (Réseau International des Congolais de l’Extérieur) n’est plus visible et opérationnel dans nos radars médiatiques du MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO, est-ce que les intelligences de la diaspora congolaise seront très actives concrètement dans la participation de ce forum?

“Bampanzi nsango ya Magazine Ngambo Na Ngambo awa na mpoto, bakobuaka liso epai ya milulu maye matali mosala ya bilanga mpo na kolia ya batu ndenge ekosalama na engumba ya Amsterdam”.

Lilo Miango/Rédaction de Paris.

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite

Madame Acacia Bandubola, la charismatique ministre de l’Economie nationale: interviewée par RFI(Paris).

« Mama mokonzi ya bonkita ya ekolo République Démocratique du Congo(RDC), Acacia Bandubola apesaki maloba na ye ya mosala epai ya RFI ya mbula matari ya France. Lisakoli wana etali ntalo ya bilei. Etali mpe ntina nini biloko ya kolia yango, ntalo emati. Mpe na kati ya maloba na ye mama mokonzi ya bonkita ya ekolo Kongo, ACACIA BANDUBOLA MBONGO atalisi mibeko mpe banzela lisanga likonzi ya bonkita nde balandi mpe nde bazali kosala »(1). Ce samedi 1er février 2020, une radio de l’Etat français RFI (Radio France Internationale) était partie faire une interview de la ministre de l’Economie nationale de la RDC, madame Acacia Bandubola Mbongo. Un média congolais de Kinshasa vient d’écrire que madame Acacia Bandubola est “plébiscitée meilleure ministre” au Congo (voir illustration).

En ce début de l’année 2020, c’est sa toute première interview avec RFI diffusée le dimanche 2 janvier 2020. Dans la diaspora, on a réagi car malgré les guerres d’agressions contre la RDC; sur le plan international où vit cette diaspora de la RDC ; le monde économique à l’occidental n’attend pas les combats politiques, légaux, libérateurs et légitimes des Congolaises et Congolais en résidence dans des pays européens, aux USA,au Japon,au Canada et en Australie. En 2019, c’est cette diaspora de la RDC qui est la deuxième diaspora africaine qui a envoyé le plus des fonds financiers en Afrique pour les achats des biens de consommations, diverses dépenses et des variétés dans des investissements (cfr: rapport de l’ONU dont l’auteur est Dilip Ratha/année 2019).

Et dans cette diaspora, il y a des jeunes qui ont suivi cet entretien “en live” sur RFI. Et quelle est leur identité ? Elle est Kongolaise «ya Kongo ya bankoko na biso (c’est à dire l’héritage venant des ancêtres, anciens et générations futures du Kongo na biso)». Ce sont des jeunes congolais ou originaires de la RDC dans quelques pays européens; à l’exemple d’un jeune congolais responsable, né à Paris, un prince royal de la dynastie royal “Ndonga Nkenge” (17 ème siècle/Nord-Ouest de l’actuelle RDC). Ces jeunes ont des idées en faveur du travail et des idées de madame Acacia Bandubola Mbongo, la ministre de l’Economie nationale de la RDC.

En plein entretien radiophonique.

Des jeunes ont écouté, sur internet, sur WhatsApp et sur les ondes de RFI, cette interview de madame la ministre de l’Economie nationale Acacia Bandubola.

Une valeur congolaise dans la problématique de l’économie avec une dynamique nationale et dans la diaspora de la RDC.

Mme Acacia Bandubola Mbongo, universitaire avec un Bac +5 en économie et finances, est une ministre charismatique de l’Economie nationale qui travaille beaucoup à propos des préoccupations quotidiennes, à court terme et à long terme. « C’est pour la population dans laquelle la diaspora fait partie. Et le peuple de la RDC la voit aussi souvent sur le terrain », explique une jeune juriste installée en Scandinavie. Et évidemment, des journalistes congolais dans la diaspora savent que c’est depuis plus de 20 ans que l’économie du Congo subit les affres des guerres d’agressions. «Kasi losako epai na ye Tika ye mama mokonzi Acacia Bandubola asala. Mpo azali kosala na bonkita ya ekolo Kongo»(1), a dit un jeune de la diaspora RDC, à Lausanne, en Suisse.

A Genève et Paris, les rédactions du MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO, 1er média en Europe pour la dynamique de la création des Etats Unis d’Afrique; ont eu en exclusivité des photos prises pendant cette interview qui vient d’avoir lieu dans la capitale de la RDC.
“Mpo na masolo matali bonkita ya ekolo Kongo ya bankoko ; mama mokonzi Acacia Bandubola Mbongo ayanolaki na mituna ya RFI, yango lolaka ya ekolo France. Mama mokonzi ya bonkita ya RDC, Acacia Bandubola mosali monene ya Kongo”(1).

La ministre de l’Economie nationale de la RDC , Mme Acacia Bandubola Mbongo.

Lilo Miango/Rédaction de Paris et Albert Lupungu/Rédaction de Genève.

Photos : à Kinshasa, le samedi 1 février 2020. Ministre Acacia Bandubola en interview RFI.
(1) En langue internationale Lingala.

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite

FRANCE/La réforme des retraites: violence et tensions comme une solution à la “française”, ce jeudi 9 janvier 2020.

Ces photos de la manifestation nationale de ce jeudi 9 janvier 2020, sont des CAPTURES sur des télévisions françaises des informations en continu BFM (Photo 1) et C NEWS (Photo 2) MONTRENT à la fois L’IMAGE SALIE et le MESSAGE ESSENTIEL MAIS SALI RETENUS PAR DES AFRICAINS EN AFRIQUE ET dans des DIASPORAS AFRICAINES qui vivent dans des pays occidentaux (continent Amérique et l’Europe).

LA FRANCE avec cette réforme des retraites de ce jeudi-là, c’est de la VIOLENCE et des CASSES des bureaux et des boutiques, et aussi des BLESSES par des barres de fer, des bouteilles ou des pierres pendant la manifestation dans les quartiers de Saint-Augustin et Saint Lazare. Des échos en provenance de la province qui sont médiatisés par des journalistes ne sont pas bons pour ce pays qui joue souvent le rôle de médiateur dans des conflits armés dans des pays africains. Aux yeux des Kamite, c’est une France incapable de résoudre un problème de réforme des retraites, au moment où des valises de la FrançAfrique ne circulent plus librement comme jadis.

Un miroir de la France.

Paris, ce grand miroir de la France a été un champ de violence de rue et des tensions, des tristes scènes, des insultes haineuses…Tout cela est devenu habituel lors des manifestations des grévistes français contre cette reforme des retraites.

Ce jeudi 9 janvier 2020 dans le cadre de la 4ème manifestation nationale des grévistes et des syndicats grévistes français contre la réforme des retraites du régime du président Emmanuel Macron et de son premier ministre Edouard Philippe.

C’est très triste comme message à retenir lors de ce 36 ème jour de grève où des petits peuples en souffrance sont pris en otage par des blocages des transports en commun et diverses retombées de ces grèves à la française. Des parents français et étrangers ont même du mal à s’occuper de leurs enfants vu ces difficultés de transports pour revenir à temps à domicile comme autres fois.

Réalité de terrain avec des violences physiques et insultes: des petits peuples comme otage via le blocage des transports en communs.

D’un côté, on voit des syndicalistes grévistes ou des grévistes français et de l’autre côté, il y a le régime français avec le gouvernement au pouvoir. Personne n’écoute personne. Des corporatismes qui jettent toutes les fautes au gouvernement et au président français. L’image du jour:une agence des assurances a été saccagée et des biens volés. Des observateurs Kamite panafricains notent que ce n’est la violence barbare des rues avec des foules françaises radicalisées qui apportera la solution. Des manifestants armés des bouteilles, des barres de fer et des pierres ont fait des blessés notamment chez des journalistes.

Dans cette réalité de terrain comme l’ont voit ce jeudi 9 janvier 2020 lors de cette manifestation, aucun journaliste français ou aucune personnalité de la France n’a fait appel à “une solution de la fameuse et prétendue communauté internationale”.
Si cette situation se passait dans un pays africain, des journalistes français allaient évoquer des “interventions de la dite communauté internationale”…
“Koseka to koseka te”.

Lilo Miango/Rédaction de Paris.
Photos: captures à la télévision, jeudi 9 janvier 2020/Magazine Ngambo Na Ngambo.

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite

Lancement de notre campagne médiatique “Bana mboka et très riches” pour la diaspora.

Ainsi, l’économiste camerounais de référence internationale Ndengwe François sera un de nos invités économiques permanents dans MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO, un média qui veut populariser des informations économiques comme jadis à Kinshasa avec des informations ou actualités musicales. « Awa na Paris, ezali ebandeli ya misala mpo na koyebisa bana ya mboka, bana ya bikolo ya Afrikampe batu ya mikili na mikili ».

L’économiste François Ndengwe: une référence.

La campagne médiatique que nos journalistes Kamite panafricains congolais basés en Europe existe pour cette raison dans une vision de notre ligne éditoriale: « Que les bana mboka deviennent des milliardaires à partir des richesses du Kongo ya bankoko avec une propre personnalité d’aimer son pays et sa population et le faire connaître pour des valeurs du Kongo ya bankoko. Et s’ouvrir sur le monde car nos terres africaines sont des pays d’avenir en matières économiques tout en évitant la reproduction et répétition de la conférence des barbares de 1885 de Berlin ». Tous les livres du savant sénégalais Cheikh Anta Diop et les ouvrages matérielles séculaires de la “Mukoko” Lompata, cette Grande Reine Africaine qui avait fondé (dans une partie du Nord-Ouest de l’actuelle RDC) au 17ème siècle la dynastie Ndonga Nkenge qui totalise ses 500 ans d’existence en 2020; ont été des motivations nécessaires pour la matérialisation du lancement de cette campagne médiatique “bana mboka et très riches”.

Les livres du savant Cheikh Anta Diop sont dans notre campagne médiatique.

Nous lançons cette campagne de sensibilisation pour dire que c’est possible. LA RENDRE MEDIATIQUEMENT POPULAIRE dans notre diaspora panafricaine via les informations, les valeurs et réalités économiques comme jadis nous avions contribué à populariser les informations sur la musique congolaise à partir de Kinshasa pour arroser au niveau national et international. Nous étions journaliste au quotidien du soir “Elima”. On a été faiseurs des stars qui ont beaucoup gagné aussi pour notre peuple.

Nouveau challenge dans notre ligne éditoriale.

Avec notre MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO, nous avons un nouveau challenge très difficile et complexe. Le journaliste congolais Teddy Mfitu a écrit “Kongo, l’égrégore du monde”. C’est un immense livre de référence pour chaque “muana mboka, muasi to mobali” qui tient à cette épreuve merveilleuse.

« Il nous faut des groupes des milliardaires dans notre communauté à partir des matières premières de chez nous. ce sont nos matières premières. La plus grande guerre à mener est la guerre économique à tenir. Il faut effacer les mentalités d’aliénation mentale. Et ainsi il est obligatoirement que notre peuple possède des multi-millionnaires et des milliardaires. Des journalistes peuvent créer des conditions pour ce défi très difficile. Que tous les journalistes qui ont une vision, s’attèlent à ces tâches. Construire cette campagne médiatique pour l’unité.

Notre outil, c’est le média et cette campagne pour la sensibilisation, la visibilité de cette vision pour avoir une diaspora très forte économiquement, la promotion. Donner de la connaissance et changer des mentalités. C’est aussi cela notre campagne “bana mboka et très riches” », proclame notre rédacteur en chef, le journaliste Kamite Lilo Miango.

«Bisenga senga mpo na kotombola ekolo ; ekoki kosila mpo na bomoi ya ekolo na biso. Ekolo na biso ezali na bonkita ekoki komemela biso bokasi mpe bomengo, mpe kokomisa bana ya mpoto makasi o ntei ya bonkita ya Kongo. Awa na mpoto to na mikili, ki mondele nde akokoma na limemya na biso mpe ba mboka na biso.»

Le journalise Teddy Mfitu l’analyse dans “Kongo: l’égrégore du monde”.

Des références de notre puissant passé économique: ces noms de ces femmes et hommes d’affaires qui peuvent inspirer.

Le développement économique ne peut être qu’un développement endogène. C’est-à- dire fait par les filles et fils du pays…même si les étrangers viennent donner un coup de main nécessaire. Il nous faut pour ce défi économique des “nouveaux de notre temps et d’avenir ici dans la diaspora” du genre Dokolo, Masamba New Man, Kapend (père du 1er ministre Moise Tschombe), le couple Nzambe Anne& Miango Jacques, Vuethoms Vuemba Thomas, Oscar Dombasi, Kisombe, Senga Kodas, Bimansha Bin Sum, G.M. Ngimbi Malonda, Litho Moboti…

Oui, ces “nouveaux avec des épaisseurs économiques être compétitifs face à des oligarques américains, britanniques, japonais, chinois, canadiens, scandinaves…”

Il faut créer et multiplier ces catégories rêvées des ” Bana mboka et très riches” pour aider l’Afrique, les Africains et la diaspora à partir de nos matières premières africaines, congolaises.

Plus de 150 matières premières congolaises: est-ce que notre diaspora connaît nos matières premières et à quoi servent-elles?

« Ce grand défi passe aussi par la popularisation des informations et actualités économiques à travers des médias panafricains. Rien n’est impossible car j’ai vu des conditions de vie, des “succes story” sur le plan national, sous la Jamahiriya Libyenne sous le Guide Mouammar Kadhafi. Cela a pu avoir lieu dans un pays africain. C’est la Libye qui est souvent présentée comme n’avoir que deux matières premières, le pétrole et le gaz », explique notre rédacteur en chef, le journaliste Kamite Lilo Miango.

Livre du Canadien Jean-Louis Roy.

Des personnalités pour fixer et accompagner cette campagne.

Ainsi, durant toute l’année 2020, François Ndengwe sera interviewé par son ami personnel ,le journaliste Kamite panafricain congolais Lilo Miango, notre rédacteur en chef du MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO.

La ligne éditoriale de notre média MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO mettra à la fois de la profondeur et une couche dorée sur des problématiques économiques liées à l’Afrique ou à la diaspora africaine-panafricaine, à notre Kongo au sens ancestral d’avant la colonisation.”Na mbula oyo ezali kobanda MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO nde ekolobela to tokoma mingi maye matali bonkita”.
En ce décembre 2019, le journaliste Kamite Lilo Miango vient d’en parler longuement avec François Ndengwe, un économiste très compétent qui est aussi un de ses amis.

Et notre média ira, à Dakar. C’est pour voir et échanger avec notre confrère chinois Song Bin qui représente en Afrique de l’Ouest le plus grand quotidien économique chinois. La Chine a fait émerger des Chinois milliardaires.

Nous, Kongo au sens ancestral d’avant l’occupation de ces élites racistes,criminelles européennes; nous Kongo, nous sommes le peuple de la création. Kongo, nous avons participer à la construction des pyramides que le monde entier va voir.

Nous, Kongo, bâtissons nos milliardaires. Nos journalistes Kamite lancent cette campagne permanente en cette fin de l’année 2019. “Ekozala ndenge wana mikolo na mikolo mpo na bonkita”.

Dans notre ligne éditoriale, nous avons déjà commencé ce grand job de sensibilisation économique hors des sentiers battus avec des think tanks africains… Ainsi nous saluons la pertinence de ce livre très intéressant du Canadien très connu Jean-Louis Roy, près proche des peuples africains. Son éditeur est Sénégalais. Ce livre est intitulé ” Bienvenue en Afrique, le chantier du siècle”( Editions feu de brousse, à Dakar).

Voir et revoir l’émission avec monsieur Jean-Louis Roy:

Posted in Bonkita-Economie

Lire la suite