“AZARIAS RUBERWA…PARMI LES PLUS GRANDS CRIMINELS…DEPUIS BERLIN DE 1885”.

Ville suisse de Genève, 15 octobre 2020. Palais des Nations Unies. MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO est en face de ce célèbre bâtiment de style art décor dont les travaux se sont achevés en 1936; et une représentation de nos rédactions des journalistes Kamite panafricains congolais de la RDC, en Europe, est en contact téléphonique avec Paris “en live” avec le rédacteur en chef de notre média Lilo Miango, qui suit cette interview. Une dizaine de scientifiques congolais de la RDC, membres du collectif “ingeta” répondent aux questions. Des précautions sanitaires sont prises car il y a ce climat anxiogène pour nos journalistes avec ces temps de Covid-19. Maloba ndenge mapesamaki (propos recueillis):

«Azarias Ruberwa, extrémiste criminel de guerre, un des responsables des crimes contre l’humanité de la milice RCD du Tutsi power rwandais-pro Paul Kagame, membre du gouvernement congolais du 1er ministre Ilunga Ilunkamba, est parmi les plus grands criminels sur le sol kongolais, depuis la conférence de ces catégories de certaines élites européennes de Berlin de 1885»; selon “Ingeta” des scientifiques congolais dans la diaspora congolaise.

Spécialiste de l’Ubwenge rwandais, Azarias Ruberwa, en octobre 2020 face à
certains journalistes de Kinshasa.

«Il y a des crimes imprescriptibles dont le nommé Azarias Ruberwa,même s’il aime impressionner des gens en disant qu’il bénéficie d’une amnistie, Azarias Ruberwa doit répondre devant les tribunaux car il existe ces crimes imprescriptibles».

Plusieurs millions des enfants, femmes et hommes congolais massacrés parce qu’ils sont des Congolais.

«Plusieurs millions des enfants, femmes et hommes congolais massacrés parce qu’ils sont des Congolais ; par des dirigeants politiques idéologues comme Azarias Ruberwa. Il s’agit des millions des humains massacrés, génocide… C’est la loi et les accords internationaux de l’ONU. Il faut l’arrêter le Il ne doit pas sous-estimer cette réalité vu les nombres de femmes et enfants congolais massacrés ou enterrés vivants».

«L’extrémiste va-t’en-guerre à la Ubwenge rwandais Azarias Ruberwa se croit intouchable et inoxydable. Et en outre, s’il est ministre d’Etat de Mr. Ilunga Ilunkamba à Kinshasa, ce fait n’est pas de la responsabilité de toutes les Congolaises et de tous les Congolais. Il faut arrêter ce discours de propagande de réitérer qui dit : c’est la faute de nous Congolais. Ce fait d’être ministre, cela n’engage que ces coupables congolais corrompus et nichés dans des catégories de ces classes politiques concernées qui n’ont eu les mandats écrits de la part du peuple congolais dont notre collectif des scientifiques font partie».

Ce n’est pas le peuple congolais dans son ensemble qui a fait de Ruberwa ministre. Ce n’est pas la faute des Congolaises et Congolais mais d’une poignée des corrompus politiciens congolais.

«Que l’on nous apporte ici à Genève ces documents signés par les 80 millions des Congolaises et Congolais. Stop définitif à ce langage de raccourci, bidon, de propagande pour salir, humilier tout un peuple qui souffre à cause de ces extrémistes criminels», explicite ce collectif “ingeta” des scientifiques congolais lors de l’interview que le MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO a recueillie, à Genève, devant la commission des droits de l’homme de l’ONU.

Palais des Nations Unies: l’ONU devant les faits accomplis par des nouvelles mentalités des générations “ingeta” des Congolaises et Congolais de la RDC: les tribunaux doivent rendre justice.

Rédactions de Suisse, de l’Europe et Paris sous la supervision du rédacteur en chef Lilo Miango.

Lire la suite

KIPUPU et autres villages environnants (Province du Sud-Kivu,RDC): MASSACRES de plus de 220 enfants,femmes,hommes congolais: réactions dans la diaspora vu le silence du président Félix Tshisekedi Tshilombo.

MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO a des images de ces massacres dans le village de Kipupu. Comme nos journalistes Kamite panafricains congolais de la RDC, en Europe, sont tellement surveillés par un “groupe des gens francophones ou français” de la compagnie américaine Facebook pour les censurer, nous avons fait seulement une capture d’une photo de ces images du massacre (voir la 1ère photo). Nous en parlons ici car vu la rapidité à donner à cette information tragique qui constitue un génocide congolais, nous avions publié cela dans “facebook lilo miango journaliste”, une des applis du MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO.

Notre capture d’une image sur ces massacres à Kipupu

Crimes de guerre d’agression, crimes contre l’humanité, génocide congolais à Kipupu.

Dans la nuit du 16 juillet au 17 juillet 2020, le village congolais de Kipupu dans le territoire de Mwenga, dans la province du Sud-Kivu a été attaqué par la coalition des mercenaires rwandais des groupes armés des mercenaires “Ngumino” (selon des ressortissants du Kivu en Europe, ce sont des soutiens armés de Mr. Azarias Ruberwa) et “Twigwaheno”.
Ces mercenaires rwandais appuyés par des soldats rwandais de Paul Kagame ont assassiné par balles et armes blanches (Machettes car il y a un trafics aussi des organes humains à part les pillages des minerais congolais) plus de 220 personnes, parmi les victimes congolaises, il y a des nombreux enfants. Des bétails ont été aussi volés (sources en Europe: défenseurs congolais des droits de l’homme et combattants “Ingeta Kimpa Vita”).

Dans la diaspora congolaise en Europe, il y a une montée de ressentiments contre le président Félix Tshisekedi et son allié criminel Joseph “Kabila” Hippolyte Kanambe du “Tutsi Power rwandais”, son 1er ministre Ilunkamba, son ministre de l’intérieur, son ministre de la défense et contre l’extrémisme criminel terroriste de guerre du “Tutsi Power Rwandais” Azarias Ruberwa, jamais encore jugé pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre dans l’agression armée du mouvement étranger RCD contre le peuple congolais.

“Notre combat pour défendre notre RDC passe aussi par la suppression de la commune de Minembwe fabriquée de toutes pièces pour les besoins des idées conquérantes de l’occupant Ruberwa Azarias”, a confié au MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO cette Congolaise originaire de Djugu dans l’Est de la RDC qui vit en Norvège.

Le patriotisme pour la souveraineté de la RDC

Attaque à KIPUPU: “LE 41ème CONFÉRENCE DES MINISTRES CONGOLAIS DE FELIX TSHISEKEDI SE MOQUE DES MORTS ET DES VIVANTS CONGOLAIS” (la juriste congolaise Nketo, Scandinavie).

Et notre média a noté lors de nos questions posées que des Congolaises et Congolais en Belgique, France, Italie, Suisse, Grande-Bretagne, Suède, Norvège et Allemagne dénoncent le silence tellement silencieux du 41ème conseil des ministres, tenu le vendredi 24 juillet 2020 et présidé par Mr. Félix Tshisekedi Tshilombo concernant les tueries de 220 civils à Kipupu le 16 juillet 2020.

L’essentiel des paroles recueillies est résumé par ces mots de MR. Ntondo (Scandinavie):”nous avons vu les images de ce compte rendu lu par un de ses ministres de son gouvernement Jolino Makelele. Beaucoup de gens qui ont cru lui dans la communauté congolaise ici en Europe, le laissent tomber car Fatshi trahit.” “Babomi ba Congolais, kasi Félix Tshisekedi akangi monoko na ye. Ata liloba moko te mpo na baweyi bana se ya Congo na biso”.

Et arriva Kipupu…mais voici les REALITES A l’ORIGINE ET QUI ONT MATÉRIALISÉES PAR LA SUITE CE GÉNOCIDE CONGOLAIS DONT LES MASSACRES DE KIPUPU SONT UNE CONTINUITÉ INACCEPTABLE.

Tout commença par cette réunion terroriste tenue le 20 avril 1990 de 14H à 16H15, dans le Palais présidentiel ougandais de Rwagitura, à Mbarara, en Ouganda, avec Yoweri Museveni, y compris Paul kagame Etc…: ces Noirs africains sont tous des extrémistes suprémacistes Tutsis (ne pas généraliser en mettant tous les Tutsis dans ce complot) qui décida la guerre provisoire au Rwanda contre le système Habyarimana Juvénal…

Et ce complot international de ces suprémacistes Tutsis qui décida suite au plan initialement conçu en 1989 sous initiative d’un petit cercle des Blancs anglo-saxons surtout des businessmen d’Arkansas du créneau Bill Clinton que la guerre DÉFINITIVE aura lieu au pays de Lumumba, Kasa Vubu, Simon Kimbangu, mama Onema, soeur Anuarité, sa majesté la “Mukoko” Lompata, sa majesté la reine Lueji…

Et en juillet 2020 avec des gens manipulés par la corruption des catégories politique ou des militaires d’une certaine élite congolaise, la propagande criminelle internationale, on voit ces massacres comme au village congolais de Kipupu.

Pas de perte mémorielle.

Il n’y a pas de perte mémorielle de ces dates de 1990 et de 1989 même si cette guerre d’agression de la prétendue AFDL ne débuta qu’en 1996-97 avec les troupes ougandaises, rwandaises, les prétendus rebelles congolais, les Laurent Désiré Kabila… Et le Congolais Félix Tshisekedi hérite ces histoires terribles que le patriotisme de la souveraineté de la RDC doit terminer.

Lilo Miango/Rédaction de Paris et Nkumu/Rédaction de la Suisse.

Lire la suite

Ce que des Congolaises de France et de Scandinavie pensent de cette rencontre illustrée par cette photo prise à Kinshasa le vendredi 14 février 2020: Peter Pham des USA et Joseph “Kabila”.

FRANCE

Madame Musuamba : «Oui, l’envoyé spécial des USA dans la région de Grands Lacs, l’Américain Peter Pham, est parti parler avec le josephiste Joseph alias “Kabila”. Je l’ai appris grâce à un média public français et un média privé congolais de la diaspora en France. Ce type-là impliqué jusqu’au cou sur ses responsabilités politiques concernant les viols massifs de guerres utilisés comme armes de destruction massive des Congolaises car elles sont des Congolaise de la RDC, ce Joseph est en plus d’être responsable des crimes de sang se trouve être le plus grand fraudeur du fisc en République Démocratique du Congo. Ici en France, un politicien français Patrick Balkany a été mis en prison pour fraude fiscale. Et ce responsable français a été condamné à payer des amendes au trésor public français. Asengeli ye Joseph ata deal na ye na Félix Tshisekedi, mibeko tokosala nde akangama mpe asamba».

Voici cette photo qui a causé encore des réactions congolaises contre le barbu Joseph «Kabila» du Tutsi Power criminel.

SUEDE. NORVEGE. BAMAMA YA KONGO:

« Nous les mamans congolaises en Scandinavie, nous voyons que monsieur l’officiel américain Pham Peter n’a jamais serré la main à son compatriote de producteur de cinéma Harvey Weinstein, impliqué dans les viols des femmes américaines. Elles sont des victimes. Et ces Américaines ne sont pas plus de 4 millions comme des victimes congolaises, victimes de viols de guerres d’agressions pilotées aussi par des officiels rwandais. A-t-il serré la main de l’Américain Harvey Weinstein; la charité bien ordonnée commence par soi-même, chez soi. Batika kosakana na biso.Boni ko ooh ».

« Et ensuite, vous, journalistes congolais, vous nous dites que ces deux hommes avaient notamment mis notamment un accent particulier sur la lutte contre la corruption et la fin de l’impunité. Comment est-il devenu très riche ce Kanambe connu aux USA sous le nom de Joseph Kabila?. Nous avons cette volonté de puissance de juger Joseph Kabila à cause de tous ces crimes commis quand il était publiquement au pouvoir ».

Propos recueillis par Lilo Miango/Rédaction de Paris et Nkumu/Rédaction-Europe.

Lire la suite

Violences des forces de sécurité congolaises contre des journalistes congolais: ce qui s’est passé ce 23 novembre 2019 à Kinshasa est une violation de la résolution 68/163(ONU).

Baden-Baden et sa région (Allemagne). Paris et sa région (France). Genève et son environnement (Suisse). Nos journalistes Kamite panafricains congolais ont reçu des diverses réactions en provenance de ces cercles d’influence. Tous condamnent ces barbares planifiées de ces forces de sécurité congolaises (policiers de Kinshasa et des éléments armés prétendus “inconnus”) contre des journalistes congolais ciblés. Avec les finances du contribuable congolais et moyens de l’Etat, ces unités ont ciblé ces journalistes “fichés”. Ces actes ciblés de violences policières ont eu lieu dans une commune de la capitale Kinshasa. C’était le samedi 23 novembre 2019 lors d’une manifestation pacifique en soutien au journaliste, devenu député Mike Mukebayi, incarcéré dans le cadre d’un schéma de politique politicienne dans une prise de Kinshasa.

Ce qui s’est passé à Kinshasa, est interdit par l’ONU:

« Lorsque des journalistes sont pris pour cible, c’est la société tout entière qui en paie le prix. Si nous ne parvenons pas à les protéger, il nous sera extrêmement difficile de rester informés et de contribuer à la prise de décisions. Si les journalistes ne peuvent pas faire leur travail en toute sécurité, le monde de demain sera marqué par la confusion et la désinformation », un extrait de prise de position de l’ONU dite par monsieur António Guterres, Secrétaire général des Nations Unies, le 2 novembre 2019.

Un message pour stopper l’impunité qui crée des délits et crimes contre des journalistes en RDC.

Question de l’impunité et sécurité des journalistes congolais, en RDC.

L’Etat de la RDC,membre de l’ONU, s’était engagé pour le respect de cette résolution.L’impunité a déjà entraîné un plus grand nombre d’assassinats. Cette impunité représente souvent un facteur d’aggravation de conflit et d’effondrement de ces systèmes juridique et judiciaire au Congo.

Le Congo était présent en décembre 2013, lors de la 68ème session quand l’Assemblée générale de l’ONU adopta cette résolution intitulée “La sécurité des journalistes et la question de l’impunité ” (A/RES/68/163). Cette résolution avait proclamé à la date du 2 novembre 2013 la Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre des journalistes. Cette résolution a exhorté les États Membres à prendre des mesures précises pour combattre la culture actuelle d’impunité.

Cette résolution historique condamne toutes les attaques et violences perpétrées contre des journalistes et des travailleurs des médias. Elle exhorte également les États Membres dont fit partie la RDC à faire “tout leur possible pour prévenir cette violence, en faire rendre compte, traduire en justice les auteurs des crimes et délits commis contre des journalistes et des travailleurs des médias, et veiller à ce que les victimes disposent de recours appropriés. Elle demande, en outre, aux États de promouvoir un environnement sûr et propice dans lequel les journalistes puissent effectuer leur travail de manière indépendante et sans ingérence indue”.

Toute “l’Europe des officiels” en parle: des journalistes congolais victimes des violences barbares de ces policiers à Kinshasa, le 23 novembre 2019.

Tout est parti de la région de Baden-Baden, Allemagne avec un “Coup de fil du téléphone rouge qui a arrosé tout le monde officiel”.

Mais comment va Mr. Tshisekedi Félix qui “intéresse certaines capitales européennes vu ss services demandés”; avec ces barbaries de ces forces-là de ces institutions du Congo qui ciblent des membres de la presse car ces forces sont indignes dans un Etat de droit comme nous journalistes Kamite congolais, nous voyons ici dans des pays scandinaves ? Et cela malgré ce que le président français avait proclamé à l’Elysée, le 12 novembre 2019!

Des études, réunions,missions ou travaux à confier à l’Institut des Français “Themiis”( institut de haut niveau à la française de coaching des policiers et miliaires) sont-ils déjà en difficulté? “Matoyi minene ya bampanzi nsango ya biso ya MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO mayoki to mayoki malamu te? Kasi nsango epesami na nzela ya mosala tosalaka”.

Le général français Bernard Commins, immense boulot l’attend à Kinshasa dès janvier 2020.

En ce jour, nos journalistes Kamite panafricains congolais du MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO dénoncent ces violences de ces policiers “made aussi by des extrémistes occupants Tutsi suprématistes Rwandais de Joseph Kabila-Paul Kagame” de ces unités de police de Kinshasa.

Ces policiers ou forces de sécurité concernés ont osé attaqué des journalistes auparavant ciblés qui ne faisaient que leur job de noblesse lors de la marche pacifique de soutien au journaliste devenu député Mike Mukebayi, actuellement détenu politique dans un prison de la capitale Kinshasa. C’était le samedi 23 novembre 2019, dans des rues et avenues de la commune de Lingwala.

Lilo Miango/Rédaction de Paris et Nkumu/Rédaction Europe.

Lire la suite

Marissa Scott, la porte-parole de langue française du Département D’État des États-Unis: la position du State Departement pour “la création du Tribunal International pour le Congo”.

Pendant son séjour* à New York, pour la 74ème Sommet de l’Assemblée Générale de l’ONU, l’Américaine Marissa Scott, la porte-parole de la langue française du Département d’Etat américain (USA State Departement); a été très communicative en termes d’excellence de réactivité vu ses qualités organisationnelles de grande travailleuse politique par rapport à certains communicants officiels français de la France, berceau de la langue française. Elle a montré son ouverture d’esprit envers des médias des diasporas africains ou panafricains basés en Europe. C’est dans cette dynamique que la diplomate américaine Marissa Scott a répondu à une question du MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO.

Lire la suite

PROFANATION DU 30 JUIN DU 30 JUIN 2019.

Dans la diaspora congolaise installée en Europe, des Congolaises et Congolais ont eu des réactions légitimes sur la liberté de manifester face à ce qu’ils ont vu sur des sites d’infos des journalistes congolais de l’Europe et face aussi à des images télévisées notamment celles que certaines chaînes de télévisions en Belgique et France ont diffusées en boucle.”Awa o bikolo ya mpoto, bana ya ekolo Kongo, badasuki na bomoni o bilili ndenge bisalela ya mabe ya ba mbila na Kinshasa mpe na Goma. Bana mpoto bayoki nkanza o mokolo ya motuya ya 30 juin 2019.

Lire la suite

L’élu du parti belge CDH Pierre Kompany président du Parlement bruxellois le 11 juin 2019.

Région de Bruxelles-capitale, en Belgique. Le mardi 11 juin 2019 est une date particulière de notre point de vue de journaliste Kamite panafricain et congolais de la République Démocratique du Congo qui réside en Europe car dans cet emplacement de la démocratie bruxelloise, une loi belge veut que c’est le doyen d’âge des élus de la législature qui sera le président du Parlement bruxellois. Et c’est l’élu belge Pierre Kompany (71 ans) qui sera le président du Parlement bruxellois. La loi, c’est la loi dans cette démocratie des Belges.

Lire la suite

Président Félix Tshisekedi déjà en guerre contre la diaspora?

A travers la diaspora congolaise. Dans la foulée de sa rencontre officielle avec l’extrémiste et génocidaire du peuple congolais Paul Kagame à Addis-Abeba lors du 32 ème Sommet* des chefs d’État et du gouvernement, le président Félix Tshilombo Tshisekedi de la RDC a déclaré chez un haut représentant international de HCR (Haut Commissariat de l’ONU pour les Réfugiés) que la RDC est désormais un Etat de droit et qu’il n’y a plus de raison des demandeurs d’asile politique et réfugiés politiques congolais de la RDC dans la diaspora congolaise.

Lire la suite

Belgique: journaliste radio Pat Patoma et son invitée politique Justine Kasavubu.

En ce début de l’année 2019, notre MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO en activité en Suisse, France et Allemagne continue à relayer la campagne pour la VISIBILITE des médias et journalistes congolais de l’Europe. Cette campagne médiatique avait été lancée à partir de la ville suisse de Lausanne depuis le 7 février 1981 par le réseau “Mouvement Ngambo Na Ngambo Journalistes congolais en Europe” du journaliste Lilo Miango. Dans ces lignes, notre regard va à Bruxelles, vers le journaliste congolais Pat Patoma et le programme radio “Afrika Jamaa” de la RADIO AIR LIBRE 87.7 FM. Notre confrère Patoma avait eu comme invitée la femme politique congolaise très en vue dans la diaspora et au Congo, madame Justine Kasavubu, présidente du gouvernement de la diaspora congolaise des 5 continents. “Misala ya bampanzi nsango bana ya Kongo awa na bikolo ya mpoto: mopanzi nsango Pat Patoma na Radio Air Libre; avanda na engumba ya Bruxelles”.

Logo du MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO : continuons la campagne pour la visibilité des médias et journalistes congolais de l’Europe.

Une campagne africaine unique depuis février 1981.

Pour nos journalistes kamite et panafricains, il est toujours pertinent d’avoir cette ténacité pour prolonger cette campagne journalistique africain unique depuis 1981 dans l’espace géographique européen.

Vu que dans cette constance journalistique le nombre de personnes dans la diaspora congolaise a vraiment augmenté (estimation: 5,5 millions). Et ce peuple congolais en Europe “enfante ou intègre” dans ce bon microcosme, des journalistes femmes et hommes congolais nés en Europe et venus du Congo. Il est légal et légitime de bien distinguer ces journalistes congolais avec la libre expression légitime des Congolaises et Congolais RDC du web: réseaux sociaux des youtubeurs, Facebook, Instagram, WhatsApp…

En France, Belgique…

Ces femmes et hommes journalistes congolais (RDC) de l’Europe se positionnent comme une sorte de moteur de trains du journalisme “africain” en France, avec des Camerounais. C’est une observation d’un officiel américain Sim. Des journalistes congolais en France étaient en contact avec monsieur Sim. Mais Dans ce microcosme du journalisme “africain” en France, des Camerounais ont un avantage : les finances, des investisseurs camerounais…”mbongo, likonda, mosolo ; avantage Camerounais”.

Et en Belgique, ce pays où évolue le journaliste Pat Patoma; nous notons une ampleur des médias et journalistes congolais. Cela dépasse la production journalistique de l’époque des “Belgicaines et Belgicains” de l’époque où le système de Mobutu mettait à l’ouvrage, dans la capitale belge, des journalistes correspondants de l’agence de presse nationale du pays (années 70-80).

Journaliste Pat Patoma lors d’un séjour à Paris.
(Photo 3 septembre 2017, Magazine Ngambo Na Ngambo).

Journaliste congolais PAT PATOMA et programme -émission “AFRIKA JAMAA” (Radio AIR LIBRE 87.7FM), à Bruxelles: invitée politique Justine Kasavubu, présidente du gouvernement de la diaspora congolaise des 5 continents: lien de cette émission.

Lire la suite

Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed: sa 1ère visite officielle en Europe s’est passée à l’Elysée chez Macron.

Le Palais de l’Elysée à Paris, construit au 18ème siècle, a abrité le tout premier entretien officiel en tête à tête entre le président français Emmanuel Macron et son invité, le premier ministre de la République fédérale démocratique d’Ethiopie, Dr Abiy Ahmed. C’est à l’occasion de sa toute première visite officielle sur le continent européen depuis qu’il est devenu le premier ministre de l’Éthiopie, en avril 2018.

Lire la suite

Général major Bamwela Bujitu, paroles comme actes pour libérer le Congo,encore sous occupation.

Depuis l’Europe, le général major BAMWELA Bujitu est devenu une figure médiatique et médiatisée du soldat congolais.

Le général s’exprime pour la toute première fois dans les colonnes du MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO,1er média en Europe pour la dynamique de la création des Etats Unis d’Afrique selon des héritages ( d’avant les temps coloniaux européens) de la Femme Africaine, fondatrice originelle et originale du patrimoine d’origine africaine que certains Anciens Grecs avaient copié et appelleront plus tard “démocratie”. «Soda ya mpete makasi Bamwela Bujitu apesi biyano na mituna Magazine Ngambo Na Ngambo etunaki ye; oyo ezali mbala ya liboso botanga maloba ya généralBamwela na nzela ya nkoma y Magazine Ngambo Na Ngambo»(1).

Nos journalistes de France et Suisse observent des adresses canon pour des causes patriotiques congolaises de ce général major. Via l’émission populaire sur Youtube intitulée “Eveil patriotique” du présentateur Djino Will (USA),nous disons que ce champ communicationnel à cultiver par le Congolais Bamwela Bujitu est un acte de résistant qui s’est élargi à toutes les Congolaises et tous les Congolais de la diaspora et à leurs compatriotes en RDC,pays sous occupation des extrémistes Tutsi rwandais.

Au-delà de ce défilé militaire du 30 juin 2018 annulé à la dernière seconde.

MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO: un défilé militaire programmé le 30 juin 2018 dans la ville de Kinshasa, et “présenté comme un défilé militaire de dissuasion” ; a été annulé par ces responsables – là qui sont totalement rejetés dans la diaspora congolaise.
Bien qu’il n’existe pas d’armée nationale et républicaine en RDC, pays sous occupation; la raison de cette annulation est le fait dû à des mécontentements des militaires congolais par rapport à leur situation. Voilà ce qu’un journaliste congolais installé en Belgique a communiqué à notre média. Vu que vous êtes un général major, comment voyez-vous cet acte de ces soldats congolais?

GENERAL MAJOR BAMWELA BUJITU : Je crois lorsqu’on parle du mécontentement des miliaires congolais, dans le contexte actuel du pays, je dirai oui et non. Pourquoi! je suis toujours contre quand on relie une information sur le mécontentement des soldats congolais qui sont au sein des forces de l’occupation; cela n’aide pas nos frères qui parfois sont sur la voie de prendre une option de révolte, je veux pas être trop explicite pour raison de sécurité de nos vaillants combattants qui sont sur le terrain.

Pourquoi non, vous savez monsieur le journaliste, depuis un certain temps comme on veut nous montrer sur tout le plan que Moise Katumbi est un opposant qui est au contrôle de tout au pays, on l’implique de tout ce qui se passe au pays, cette insatisfaction qu’on fait allusion pour annuler le défilé du 30 juin, il s’agit d’un ennui des éléments de la Garde Républicaine issus des ethnies du Sud Katanga ou ce dernier serait ” ressortissant ” … Les soldats congolais n’agiront pas seul demain mais ils doivent accompagner le mouvement du soulèvement populaire inclusif que le peuple va déclencher.

MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO :vous intervenez souvent dans des réseaux sociaux que certains appellent médias citoyens.Et ainsi , votre voix a acquis une autre dimension. Que que pouvez-vous dire par rapport à des éliminations physiques des soldats et officiers congolais depuis l’entrée de l’AFDL jusqu’à cette année 2018? Ces disparus étaient dans l’armée à l’époque où notre pays s’appelait Zaïre. Et y-a t-il réellement une prise de conscience de ce dossier tellement tragique?

GENERAL MAJOR BAMWELA : c’est juste, depuis un certain temps, n’étant pas habitue de prendre la parole en public, mais suivant les interventions de nos compatriotes sur les réseaux sociaux, entendant parfois des choses dites concernant le domaine qui me concerne, j’étais obligé de sortir du mutisme qui était mien pour apporter la pierre à l’édifice, je vous remercie comme vous le dites que ma voix a acquis une autre dimension, mais pour moi, cela n’a pas été mon objectif car il était important que les compatriotes comprennent l’ampleur du message que de ma voix.

Pour parler des éliminations ciblées des officiers et soldats à l’époque du Zaïre, de l’Afdl jusqu’à nos jours, je dirai que le ” modus operandi ” étant parfois le même mais l’objectif diffère … Je crois c’est un long exercice mais j’essaierai de résumer par des faits saillants ou information factuelle, sachant que l’objectif était primo à l’époque du Zaïre de priver l’armée de ces meilleurs éléments qui n’étaient pas de la région du Chef ( le tribalisme est à la base de destruction de notre armée), secundo de l’objectif de l’Afdl, c’est pour mieux infiltrer l’armée congolaise héritée du Zaïre, il était “nécessaire” de procéder à l’élimination physique par tout le moyen des officiers composant son commandement.

Pour donner un peu de lumière a ma réponse, je peux citer quelques faits qui consistaient tout simplement d’écarter les vaillants fils du pays a un certain niveau de commandement pour laisser la place aux hommes du Chef:
A l’époque de Mobutu, il y avait le coup d’état monté et manqué qu’avait comme objectif : Ecarter les Officiers de l’Est, Opération enveloppe ( les victimes étaient officiers du Kasai, Bandundu, Bas Zaïre …) tandis que sous Afdl avec l’envoi des officiers et soldats ex FAZ à Kitona était une erreur pour Mzee Kabila qui devrait plutôt incorporer les ex Faz dans l’Armée Congolaise mais comme il était ignorant, les maîtres de la situation ayant la balkanisation comme objectif, ils avaient reçu sur un plateau d’or de Mzee les vaillants fils du pays, je crois la suite est connue de tous …, Pour la prise de conscience, il y a des effets positifs sur le terrain par l’éveil patriotique de la diaspora; mais dommage il n’existe pas un mécanisme de relais au pays pour matérialiser les faits évoqués à la première question.

Voila, comment je peux me résumer et j’ose croire avoir répondu si pas vrai mais juste à votre question. Nous allons lutter pour qu’en République Démocratique du Congo libre que le Président soit protégé par une force spécialisée de la sécurité rapprochée dépendant du ministère de l’intérieur, il faut bannir la Garde Présidentielle, elle est l’outil de la répression et de la pérennisation du pouvoir dictatorial en Afrique en général; au CONGO en particulier.

L’affaire de la Congolaise Jeannette Abidge, un appel à la diaspora et aux défenseurs des droits de l’Homme.

MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO: certains vous considèrent comme un Congolais très informé. L’affaire de la Congolaise Jeannette Abidge vous interpelle-t-elle? Si oui,comment? Est-ce que c’est un combat pour les femmes congolaises comme un legs pour la diaspora congolaise et partant pour un pays, le Congo, à libérer?

GENERAL MAJOR BAMWELA: effectivement, c’est un cas qui attire toute mon attention particulière, hélas, le Congo occupé étant un NO MAN’S LAND, je crois à la libération de notre pays, les concernés du dossier doivent répondre de leurs actes devant un Tribunal Populaire, ,je me rappelle que Jeannette Abidje a été poursuivie pour ” offense au Chef de l’Etat ” tout simplement pour avoir dit qu’elle avait fait un enfant avec alias KABILA.

Pour cette infraction la peine maximum est de 24 mois de prison, mais depuis le mois d’aout 2005 qu’elle est détenue dans différents lieux de détention à Kinshasa avec sa fille qui avait 8 ans au moment de l’arrestation qui aujourd’hui a 18 ans un record … elle est peut être la prisonnière la plus jeune du monde. Par là, je lance un appel à toute la diaspora, à nos “Mama” de la diaspora en général et en particulier à Mme Justine Mpoyo Kasa Vubu, la toute nouvelle Présidente élue de la diaspora de mener des actions concrètes pour dénoncer encore ce régime kleptomane, sanguinaire, d’occupation … au niveau des instances internationales des droits humains.

Pour la RDC. Si la jeunesse savait et la jeunesse congolaise doit savoir; et devoir des parents congolais en Europe.

MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO: que pouvez-vous dire à des diverses générations des jeunes congolais ou d’origine congolaise nés et grandis dans des pays européens vu votre profil d’un officier congolais qui aime le Congo comme vous vous aimez, vous-même ?

GENERAL MAJOR BAMWELA: à nos jeunes, je dirai qu’ils s’impliquent d’avantage à la situation de notre pays ; mais le plus grand travail est du côté de nous parents au lieu de montrer ou regarder les théâtres, musique … du Congo de montrer plutôt les images des atrocités de ce qui se passe au pays ; cela éveillera d’avantage la conscience de nos enfants nés en Occident ; encore un appel aux parents qui disent à leurs enfants qui sont Français, Belges, Anglais, Danois … avant d’être CONGOLAIS …

Je cite le maréchal Mobutu mais d’une autre façon: « Un leader d’opinion n’est pas un magicien, seul il ne peut rien mais avec l’appui de tous, on peut tout. » LA PATRIE OU LA MORT? NOUS VAINCRONS.

Propos recueillis par la rédaction centrale-Europe sous la direction de Lilo Miango, rédacteur en chef.

Photo: droits réservés archives général Bamwela Bujitu.

(1) Phrases écrites en langue internationale Lingala pour apporter notre contribution à la promotion des langues africaines dans des milieux ici en Europe via nos propres médias. Pour le cas qui nous concerne ici, le Lingala ; c’est le professeur, journaliste et universitaire KAWATA Ashem Tem qui est à l’origine de ce programme média dans nos milieux de la presse congolaise en Europe et l’avait matérialisé durant les années 2000-2002 (références conférences de presse, ateliers de presse, deux dictionnaires dont l’un avait été financé par le footballeur international Claude Makelele). Paix à son âme. Kulutu Kawata Ashem Tem, pema na boboto.

Lire la suite

France, 23-24 mai 2018: Macron reçoit Paul Kagame, un des plus grands menteurs du monde et génocidaire au Congo.

C’est une confirmation de la date de l’entretien officiel du mercredi 23 mai 2018 entre le Français Emmanuel Macron et l’extrémiste Tutsi rwandais Paul Kagame, “adepte de l’Allemand Nazi Adolf Hitler*” et un des plus grands génocidaires de tous les temps. Cette réception aura lieu au Palais présidentiel français de l’Elysée. Le président tutsi rwandais Paul Kagame présente son Rwanda comme un pays qui émerge et qui réussit. Mais pourquoi alors tant de Tutsi Rwandais fuient le Rwanda pour aller au Congo, en Suède, Norvège, aux USA et en Belgique?Un très grand menteur politique sera donc à l’Elysée. «Bokutani ya mobomi Paul Kagame na Emmanuel Macron na Paris, ebimi na mpwasa.Ezali lisusu ya kobomba te».

C’est le “DEAL DE LA MORT, à PARIS* “.

Et dans la diaspora panafricaine habitée par des convictions pacifiques, de l’Etat de droit à la manière de l’intégrité morale et du respect du droit sacré à la vie comme des Ancêtres Africains sont déjà en observation pour voir si et seulement si le président français Emmanuel Macron ne risque pas de finir dans les poubelles polluées de l’histoire du monde comme Nicolas Sarkozy, jadis autre président de la France.

Le jeudi 24 mai 2018 dans l’avant midi, le président français et Paul Kagame, génocidaire au Congo, seront dans les allées du salon Viva Technology. C’est au parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris. C’est un salon qui tourne autour des start-ups et des “alliances” avec des matières premières comme coltan, cobalt… notamment surtout ceux de la République Démocratique du Congo, pays sous occupation du Rwanda via les guerres d’agression et des pillages du système made in Paul Kagame.

Paul Kagame et son protégé Joseph “Kabila”: certains Français disent recevoir Paul Kagame en tant que président de l’Union Africaine. Moralité politique “ya
siatapata”? (Photo Archives: Agence La Congolaise Voice)

L’anglophone extrémiste Paul Kagame apporte à la fois le dossier de sa ministre anglophone des affaires étrangères Louise Mushikiwabo pour être à la tête de la Francophonie, le cas du josephiste Joseph Kabila (protégé du régime de Paul Kagame et des multinationales, y compris françaises).

Pour des membres de la diaspora de la RDC en France et dans le reste du monde et certains avocats français, le président français Emmanuel Macron s’est toujours “montré très réservé” pour condamner l’illégalité, l’illégitimité de Joseph “Kabila” avec ses crimes de guerre et crimes contre l’Humanité commis par l’extrémiste et criminel de guerre. Nos journalistes notent que des dignitaires et familles du josephisme de Joseph “Kabila” font trop de “voyages” en France.

Par rapport aux journalistes congolais de la RDC basés en Europe, un profil est éloquent pour la candidate Louise Mushikiwabo: “des membres de la délégation de Louise Mushikiwabo avaient été accusés d’avoir approché des journalistes congolais RDC via un autre journaliste congolais pour corruption, lors de leur venue pour une conférence de presse au CAPE, Centre d’Accueil de la Presse Étrangère”. Le MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO détient ce renseignement d’une source des USA.

Visite de Paul Kagame et la “zone” au Nord de la France.

Le Rwandais Paul Kagame et ses partisans (y compris la participation du chef de la police politique de la République Démocratique du Congo, le Congolais Kalev Mutond) ont “réussi” à faire installer “des bases” dans une zone du Nord de la France pour “infiltrer en profondeur” des Français et combattre à la fois des journalistes, des Combattants et Résistants de la République Démocratique du Congo, installés en Suisse, France, Belgique et Grande-Bretagne. C’est aussi la lecture des investigations du MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO.

Cette “visite” est une partie que l’on peut voir enfin de l’iceberg. C’est depuis ces “zones” que cette attaque devait partir contre le célèbre médecin congolais, Dr Mukwege Denis. C’était pendant le séjour du célèbre et populaire chirurgien congolais Mukwege dans une commune française située près de la ville française d’Anemasse vers la frontière France-Suisse. «Kamua vé, lota vé»(2).

 

Portrait officiel du président français Emmanuel Macron: «C’est officiel, il reçoit un des plus grands politiciens mythomanes qui accuse l’Etat français d’être aussi responsable du génocide au Rwanda».
(Photo service Présidence de la France).

 

Lilo Miango/Rédaction de Paris et Mfumu/Rédaction de Suisse.

*Source: renseignements aux USA.
(2)C’est en langue internationale Kikongo.

Lire la suite

Rassemblement à Paris des Congolais devant l’ambassade du Rwanda.

Encore et toujours dans notre campagne permanente pour la VISIBILITE des médias et journalistes congolais de l’Europe démarrée à Lausanne (Suisse) depuis le 7 février 1981, nous reproduisons cet article du journaliste congolais Robert Kongo (doctorat en journalisme). Il est une référence qui fait son travail journalistique très loin des “bling-bling” en mettant en évidence l’information ou des actualités à médiatiser qu’il couvre. Le journaliste Robert Kongo était en reportage devant l’ambassade du Rwanda, à Paris le samedi 3 mars 2018 lors de ce sit-in qu’il relate. « Na ntina ya kolakisa mosala to bampanzi nsango bana ya ekolo Kongo na mikili ya mpoto, ndenge tozuaka mokano banda Lausanne na Suisse o mokolo ya 7 février 1981: Robert Kongo akomi nsango eye na ndenge bana ya Kongo batelemi mpo na koloba Rwandais mobomi Paul Kagame asengeli kozala te ntoma ya Union Africaine mpo na bobe asalaka na RDC ».

Lire la suite

Le terrorisme d’Etat nommé Joseph “Kabila”, son message du 31 décembre 2017: des propos de déni de la réalité.

A travers des Congolaises et Congolais de la diaspora en Europe. En ce jour institutionnalisé dans tous les pays du monde pour la présentation des messages politiques de voeux*, quelles sont les retombées du message du pouvoir en RDC sur ces compatriotes de Panda Farnana, de Patrice-Emery Lumumba, de Marie-Thérèse Nlandu, de Kasavubu Joseph, du banquier Dokolo, de madame Nele Mariam (première femme écrivaine congolaise dès 1935. Ses oeuvres poètiques sont jusqu’à ce jour à la Bibliothèque Royale de Belgique, à Bruxelles), du cardinal Malula, des Combattants-Résistants congolais, du général Mbunza Mabe, de Wendo Kolosoy, du médecin Denis Mukwege, de mama Kimpa Vita (Ntsimba, de son vrai nom car elle était jumelle), de l’homme d’affaires Dombasi Dombascongo, de la religieuse Anuarite, de Justine Kasavubu…?

Lire la suite