ODIACE en action depuis la France avec «Dignité».

ODIACE en action depuis la France avec "Dignité".

France, vie associative et un visuel culturel au service d’une bonne cause. Grâce à Anicet Mobe (membre de la rédaction du Magazine Ngambo Na Ngambo), notre média apporte une légitimité journalistique dans ses colonnes à cette oeuvre musicale. «Na ntina ya muasi ya Kongo aniokuami na bampasi ya bitumba biwuta libanda*» («pour soutenir la cause de la Femme congolaise victime des actes barbares de guerres d’agression»).

« Dignité » est le titre de cette oeuvre à la Rumba congolaise qui appartient à l’association de droit français ODIACE, Organisation de la Diaspora congolaise éthique. « Dignité » est le « fruit de la collaboration entre Congolais de la diaspora autour de son projet caritatif », écrit la brave Congolaise Mylène Bondjali, militante associative dans la région parisienne et une figure symbolique d’ODIACE.

 

Mylène Bondjali, une des composantes de la jeunesse du Congo en Europe: action concrète.

« Dignité » est une action concrète qui se situe sur un chemin des valeurs de la Femme congolaise au service du développement de l’art musical congolais. ODIACE s’est servi de ce matériau culturel pour son plan de travail de terrain. Et la Congolaise de la RDC Mylène Bondjali cite des références  comme ces « chanteuses dans les studios d’enregistrement comme Opika ( Lucie Eyenga ), Loningisa (Marie Kitoto), Radio Congo (Pauline Lisanga, célèbre speakerine ; des chanteuses comme Abeti, Mpongo Love, Mbilia Bel et Faya Tess ; sans oublier des danseuses ».

Bondjali Mylène explique les convictions citoyennes de leur structure associative et l’urgence de l’environnement au Congo: « Dignité » lance un appel d’encouragement et d’espoir pour inciter à s’impliquer davantage et ainsi persévérer dans le combat pour la dignité humaine. Plus de 6 millions de morts en 15 ans de conflits à l’Est de la RDC. On ne compte plus les victimes collatérales : les femmes et les enfants. Dans tout le pays, la pauvreté touche les populations les plus défavorisées, avec son lot de misères sociales, telles que les enfants de la rue ou les enfants dits avec méchanceté «enfants sorciers»… S’attaquer aux femmes et aux enfants, c’est détruire une société et son avenir. A travers « Dignité », ODIACE fait des violences faites aux femmes et aux enfants de la RDC son motif pour lutter en faveur de la dignité congolaise en soutenant des œuvres locales dédiées ».

 

Les images et les paroles du texte de la chanson DIGNITE: c’est important.

C’est avec l’autorisation écrite de l’association ODIACE que le MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO met en linge cette vidéo dont le contenu (images, musique, photos…) relève de la seule responsabilité de cette association des jeunes du Congo en France.

Vu leur acte citoyen, ODIACE qui possède des mérites, mérite l’attention méritée des journalistes congolaises de l’Europe et des gens qui croient aux mérites de la solidarité pour la dignité de la femme congolaise victime des viols massifs et autres violences utilisés comme armes de guerre.

   Lilo Miango/Rédaction de Paris et Anicet Mobe/Rédaction de France.
* En Lingala,une des plus belles langues du monde originaire des terres du Congo.