• Accueil
  • Nsango-Etats Unis d'Afrique
  • Mur de Berlin: qui causèrent la mort en 1976 de Zikondo, jeune de Kinshasa célèbre de son vivant grâce à Zaiko Langa Langa et au chanteur Nyboma ?

Mur de Berlin: qui causèrent la mort en 1976 de Zikondo, jeune de Kinshasa célèbre de son vivant grâce à Zaiko Langa Langa et au chanteur Nyboma ?

POUR BÂTIR LES ETATS UNIS D’AFRIQUE, il faut commencer par protéger surtout et toujours la vie de l’africaine et l’africrain, y compris leur existence en Europe. L’histoire du Mur de Berlin avait fait tuer un de nos compatriotes en 1976 à Berlin, jadis divisé en deux parties. Au moment où des médias dans des pays occidentaux s’étaient auto-proclamés pour dire en 2014 que les 25 ans de la « Chute » du Mur de Berlin sont célébrés dans le monde entier car cela avait changé le monde, ces genres de gros titres n’engagent que ces journalistes et autres leaders d’opinion qui le mentionnent dans ces tribunes médiatiques car il y a des blessures dans des coeurs et des mémoires collectives des Africaines et Africains liées à l’histoire de ce Mur de Berlin qui n’ont jamais fait massivement ou puissamment les  » Unes » de ces médias.

Le cas de la mort de Zikondo est dans ce créneau.

Pour des générations de gens de Kinshasa dont un nombre non négligeable vit actuellement en Allemagne et dans certains autres pays européens, le MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO ramène notre témoignage. Cela est constitué de nos interrogations sur cette mort de Zikondo en 1976.

 

En 2014, c’est encore un mystère qui doit interpeller les Droits de l’Homme. L’Africain Zikondo était le petit frère d’un des grands patrons d’entreprise dans notre pays, l’actuelle République Démocratique du Congo. De son vivant, Zikondo était connu grâce des chansons des chanteurs célèbres et populaires Jossart N’YOKA LONGO de l’orchestre mythique Zaïko Langa Langa et Kanta NYBOMA. « Tina nini liwa ezuaki muana mboka ZIKONDO tango azalaki na maboko ya bakonzi ya Allemagne de l’Est? Ata batu ya Allemagne bazali kosepela bokueyi ya EFELO YA BERLIN,bampanzi nsango ya biso nainu bamoni mikanda ya STASI* nainu te![1]

 

La mort de Zikondo et le Mur de Berlin: la nécessité d’en parler sans tomber dans des propagandes belliqueuses typiquement occidentales de leur  » guerre froide ».

 

La mort de Zikondo est cette blessure du passé qui n’est pas encore dans le passé car les autres, Américains et Européens, parlent encore, à travers leurs médias, de leurs morts survenus soit dans la partie Ouest soit dans la partie Est de cette configuration qui marqua la ville de Berlin de 1961 à 1989. Cette année, lors de notre séjour à Bonn, nous n’avons pas pu être bien guidé pour voir les archives des autorités allemandes.

 

Des démarches de certains de nos journalistes se bornent dans l’objectif de consulter des dossiers d’un éventuel jugement si un jugement avait été rendu dans cette affaires. Nous ne sommes pas là pour être embarqué dans des propagandes belliqueuses typiquement occidentales. En effet, aucun pouvoir africain n’est le créateur de leur « guerre froide ». Ce qui nous importe relève du domaine des Droits de l’Homme dont doit bénéficier aussi des prisonniers. Nous avons croisé des différentes sources d’informations. Et il s’est dégagé un point commun. Zikondo avait été mis en prison. Et il semble que c’est dans une prison que la mort l’avait emporté en 1976 alors qu’il était âgé seulement d’une vingtaine d’années.
C’est une prison qui se trouvait en Allemagne de l’Est. A-t-il été torturé? A-t-il été empoisonné? A-t-il été victime d’une exécution extra-judiciaire? A l’heure où ces 25 ans sont commémorés,il n’y a pas de réponses claires,justes et précises. Tout prisonnier est présumé innocent selon les conventions internationales qui concernaient aussi la RDA(République Démocratique Allemande), l’Allemagne de l’Est. Quelle a été la responsabilité des gens(des officiels ou madame ou monsieur tout le monde) dans l’Allemagne de l’Ouest, c’est-à-dire le pays que l’on a appelé autre fois la République Fédérale d’Allemagne car des méchants ou des malins se trouvaient dans les deux entités.
Pourquoi a-t-il été arrêté? Des témoignages auprès des Congolaises et Congolais que nous avions rencontré jadis à Kinshasa(en 1976 **(quand nous étions journaliste au quotidien du soir ELIMA), et en 2014 pour le compte du MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO; ne sont pas précis.

 

Des gens nous ont rapporté que des militaires ou des policiers de l’Allemagne de l’Est avaient arrêté Zikondo car il avait embarqué dans une voiture diplomatique des Européens, des gens de l’Allemagne de l’Est qui voulaient fuir en Allemagne de l’Ouest(République Fédérale d’Allemagne). Avait-il un passeport diplomatique? Un Congolais de l’Allemagne nous affirme que Zikondo possédait un passeport diplomatique. Et si c’était le cas, avait-t-il bénéficié de l’assistance juridique des autorités de son pays ou du pouvoir de Kinshasa? Nous savons en tant que journalistes congolais de l’Europe que des autorités des autres pays européens aidaient leurs compatriotes pris naïvement ou consciemment dans ce  » piège du Mur de Berlin ».

 

Au moment où, nous avions couché ces lignes lors des commémorations des 25 ans de la chute du Mur de Berlin, nous n’avons pas pu trouver des traces des membres de sa famille biologique pour avoir leur version. Au-delà de tout cela, un Noir Africain doit-il trouver la mort s’il était mis aux arrêts dans une contrée en Europe qui proclama s’être débarrassée des démons nazis d’Hitler?

Qui était Zikondo? Parti très tôt à cause de cette histoire du Mur de Berlin.

Il était de Kinshasa. Et sa famille est originaire de l’actuelle province du Bas-Congo. Son grand frère Sinda Dinzeyi, à l’époque du décès de Zikondo en 1976, était le Président Directeur Général (PDG) de la société multinationale Coca Cola à Kinshasa.
A Kinshasa, c’était un garçon de Matonge, un quartier rendu célèbre grâce à des célébrités du show-business, des gens des lettres, de la politique, du football et des médias. Il pratiquait la boxe comme le témoigne l’ancien champion de boxe, le magnifique Pierre Muzembo dit  » Hercule » qui vit actuellement dans la ville française de Meaux. Zikondo était un jeune homme qui s’habillait toujours bien et chic. Il n’était pas marié.

 

Zikondo faisait partie des habitués connus qui s’affichaient avec le célèbre orchestre mythique de la musique congolaise, le Zaïko Langa Langa, comme messieurs Edo Mbuta, Pierre Nkumu(décédé), Ngadiadia, Pecho wa Pecho… C’est dans ces réalités mondaines que le chanteur-star Jossart N’YOKA Longo avait mentionné son nom dans une chanson à succès qui porte le titre de « Ngadiadia ».

 

Une autre célébrité qui vit à présent dans la région parisienne, le chanteur Nyboma (Kanta Nyboma dit aussi Danos Canta) avait immortalisé son nom dans une phrase poétique en langue Swahili d’un beau texte de chanson : » Zikondo nakufa bure… » (Référence: la chanson à succès dont le titre est « Mombassa « ).

 

Quelques temps avant son décès qui demeure toujours un mystère, il avait quitté Kinshasa pour résider à Bruxelles. De là, Zikondo avait rejoint l’Allemagne de l’Est où était affecté l’ambassadeur Vincent Futu. Un témoignage donné au MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO explique que monsieur Sinda Dinzeyi, le PDG de Coca Cola à Kinshasa et grand frère de Zikondo; avait pour épouse une fille du peuple Basakata qui est l’enfant de l’ambassadeur Vincent Futu. Il nous a été signalé aussi que cet ambassadeur était auparavant en poste en Belgique.

 

Au-delà de ce mystère qui plane toujours sur les conditions de la mort de Zikondo, des Africaines et Africains de l’Europe ont le mérite et la légitimité de questionner leurs autorités sur leurs capacités de protéger leurs compatriotes vivant dans des divers pays européens comme le faisaient Houari Boumediene de l’Algérie, le Guide Mouammar Kadhafi, Patrice Lumumba et Nelson Mandela.

 

Document: Lilo Miango/Rédaction de Paris. Photo: archives Allemagne.

 

*Stasi: c’est le police politique de l’Allemagne de l’Est.

 

[1] En langue internationale Lingala: « pourquoi la mort avait-t-il emporté notre compatriote Zikondo quand il était entre les mains des autorités de l’Allemagne de l’Est? Malgré que des Allemands célèbrent la chute du Mur de Berlin, nos journalistes n’ont pas encore pu examiner des archives de la Stasi ».

 

**En 1976,nous étions partis au « matanga » (en Lingala: »veillée mortuaire ») du feu Zikondo avec le journaliste de référence Nzita Mabiala du journal Elima. C’était dans une résidence de la commune de Gombe,près de l’actuel ISC(Institut Supérieur de Commerce).Il y avait énormément du monde à ce deuil.

Mots-clefs : ,