• Accueil
  • Nsango-Etats Unis d'Afrique
  • Journée Mondiale de l’Afrique, 25 mai 2015, sous le mandat de la présidence de l’Union Africaine avec le président Robert Mugabe: notre regard depuis l’Europe.

Journée Mondiale de l’Afrique, 25 mai 2015, sous le mandat de la présidence de l’Union Africaine avec le président Robert Mugabe: notre regard depuis l’Europe.

Mme Calixthe Beyala devant des chefs d’États africains lors d'un sommet à Malabo

Europe et diaspora africaine. La Journée Mondiale de l’Afrique, ce 25 mai 2015, je la décline avec des convictions d’afro-optimiste et une vision de se réapproprier des éléments de souveraineté qui existaient dans notre Afrique des royaumes, des empires et des principautés de nos ancêtres africains, géniteurs de l’Humanité qui peuple toute la planète Terre.« Kosepela eyenga eye ndenge moto na moto alingi. »(1)

 

Chaque membre de la diaspora africaine devrait célébrer à sa manière.


A travers cette journée mondiale de l’Afrique, les peuples africains commémorent la création de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), en 1963. Et cet acte historique de création s’était passé à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne. Il faut le redire vu que la mémoire humaine peut être une faculté qui oublie. C’est ce que je viens de réitérer à mon confrère, le journaliste ivoirien Ahmed Touré qui produit, depuis la France, une émission de télévision pour la télévision d’État de Côte d’Ivoire (RTI). Et l’Union Africaine qui a succédé en 2002 à l’OUA, n’a pas donné pas une visibilité à cette journée mondiale au sein de la diaspora africaine en Occident ; depuis l’assassinat politique et planifié du Guide Mouammar Kaddhafi en 2011 vu que l’œuvre du Guide Kaddhafi pour cette visibilité est gravée avec dignité dans les mémoires de l’Africaine et l’Africain.

 

Célébrons ensemble cette journée mondiale de l’Afrique en 2015 et cela sous différentes formes de manifestations. En gros, c’est un résumé de ce que vient de déclarer le président Sud-Africain Jacob Zuma à ses compatriotes. C’est une déclaration positive car elle contient une vision de l’espoir victorieux du fait que l’apartheid avec ses complices européens dans le genre de la Britannique Margaret Thatcher et consorts avait privé les Sud-Africains la célébration annuelle de cet acte historique pendant plusieurs années.
On annonce à notre média qu’à Bruxelles, le leader Mitch Mitchinini Ngoyi de la structure CongoLobbying a apprécié cette déclaration et appelle les peuples africains à privilégier des conversations pour réfléchir et à se mettre à la disposition de cet événement annuel du 25 mai.

 

Comme la femme africaine, leader d’opinion.


Ceci m’amène, moi en tant qu’un Africain afro-optimiste qui s’exprime depuis Paris, à évacuer toute de suite ce débat concernant l’afro-pessimisme. Ma consœur, la journaliste camerounaise Marie-Roger Biloa, une figure connue dans le monde du journalisme africain de Paris, a dit à l’humanité lors d’une émission sur une télévision de l’État français que ce mot «Afro-pessimisme» ; elle l’avait entendu pour la toute première fois ici en France. Et cela était sorti de la bouche un intellectuel français influent, dans les années 80.

 

Ce mot «Afro-pessimisme» a été trop médiatisé à partir du territoire de la France pour le dire au monde. Mais pour nous, il existe ce créneau fort et populaire des masses africaines qui ont donné raison à la journaliste Marie-Roger Biloa. En effet, la majorité des gens de la diaspora africaine, appuyés par la mondialisation qui a cassé cet afro-pessimisme-là, disent que « nous sommes des Africains afro-optimistes ». La démonstration de l’émergence du Mouvement des Africain-Français (MAF) de la leader Calixthe Beyala est la meilleure réponse que j’ai constatée. Un président français «afro-pessimiste» a été battu aux élections présidentielles françaises.

 

Afro-optimiste en ce 25 mai 2015 : 3 raisons majeures.


D’où à l’occasion de cette journée mondiale de l’Afrique, nous étalons 3 raisons majeures. « Ya liboso* »(Primo), nous faisons confiance à la Femme Africaine qui en termes de patrimoine n’a jamais trahi l’Afrique et les peuples africains. La Femme Africaine est un immense symbole d’action de courage politique, de courage économique, et de courage en termes de vision du monde.

 

« Ya mibale* »(secundo), nous croyons à la Jeunesse Africaine. La jeunesse travaille énormément malgré les déceptions et trahisons d’une certaine couche énorme des classes politiques au pouvoir dans des régions d’Afrique. D’où, quand le président Robert Mugabe, dans sa mission d’assumer la présidence de l’Union Africaine(UA) dans les circonstances qui amènent des Africaines de la diaspora en Europe à appeler à célébrer ce 25 mai 2015, cela mérite de prêter une attention pour cogiter… Quand le président Mugabe lance cet appel pour mobiliser les jeunes africains à protéger l’Afrique, ses valeurs traditionnelles, ses matières premières, l’avenir africain… ; alors dans la diaspora africaine, on donne entièrement raison au leader Robert Mugabe car c’est toujours dans cet objectif de 1963 de rapprocher les peuples africains,raffermir leur foi à l’idéal d’union du continent africain et populariser cet idéal.

 

« Ya misato* »(Tertio), la troisième région majeure est qu’à l’occasion de cette journée mondiale de l’Afrique en mai 2015 ; nous réitérons notre afro-optimisme car les paysans africains qui nourrissent des peuples africains n’ont jamais trahi l’Afrique et les peuples africains. Célébrons cette journée pour honorer le travail économique des paysans africains vu leur apport à l’économie du continent. C’est ainsi que des associations africaines en Europe comme Congolobbying du leader Mitchinini Ngoyi (Belgique) se sont positionnées.

 

Ici Radio Sputnik, Moscou avec le populaire journaliste russe Igor Yazon.


Lors de notre interview par téléphone accordée à la première radio internationale du monde Radio Sputnik (ex : «Voix de la Russie») à l’occasion de la célébration de la Journée Mondiale de l’Afrique du 25 mai 2015, nous avions demandé au célèbre et populaire journaliste russe Igor Yazon(à Moscou), de nous accorder quelques secondes de plus pour évacuer encore cette problématique récurrente de l’afro-pessimisme toujours entretenue dans les mentalités des Africains et Européens par une Europe scientifique.

 

Pour illustrer cette situation terrible, nous avons fait référence à un travail du chercheur Mawete Makisosila du Laboratoire d’Anthropologie de la Renaissance Africaine (LARA). Mawete a grandi à Kinshasa et vit actuellement en France. Il a écrit: « l’article du professeur Catherine Coquery Vidrovitch de l’université Paris 7 Denis Diderot donne une illustration parfaite et concrète de la représentation afro-pessimiste définitive que la science européenne développe scientifiquement ».

 

Le titre de cet article est « L’afro-pessimisme au seuil du troisième millénaire » (publié dans Clio en Afrique N°3 automne-hiver 1997-1998). Le chercheur Mawete Makisosila dit à ce sujet que « cet article que tout Africain doit lire et méditer toute sa vie, démontre comment l’intelligentsia européenne planifie l’impossibilité d’accepter les Africains sur leur territoire. Célébrer ce 25 mai 2015, c’est aussi soulever ce genre de message à l’image de ce que fait l’Africain et chercheur en sciences sociales Mawete Makisosila.

 

« Kinzonzi », valeur de la journée mondiale de l’Afrique.


Dans les circonstances de cette journée mondiale de l’Afrique du 25 mai 2015, nous faisons aussi ce que des peuples africains qui parlent la langue internationale Kikongo, appellent « Kinzonzi ». Pour les non-initiés, il s’agit d’un débat démocratique ou d’une forme riche du système démocratique ancestral africain qui est également très moderne.
Pourquoi le « Kinzonzi »? Notre explication est le fait qu’étant donné que la seule leçon retenue par des foules massives des gens éparpillées à travers le monde, a été léguée par le professeur français René Dumont à travers son livre intitulé « L’Afrique noire est mal partie » et publié en 1962 par les Editions Seuil, à Paris. Nous interpellons. Est-ce qu’en deux ans ce professeur français Dumont avait parcouru le terrain de ces pays africains pour arriver à sa conclusion en matière de sa leçon de développement ? Étant donné que beaucoup de ces pays africains qu’il appelle « Afrique noire », sont devenus indépendants à partir de 1960.

 

Nous interpellons encore. Est-ce que le professeur René Dumont avait tenu compte de ce plan terroriste de l’État américain (USA) visant à éliminer physiquement tous les leaders progressistes (nationalistes au sens patriotique)? Le cas de l’assassinat politique du 1er premier ministre élu de la République du Congo Patrice Lumumba est tellement éloquent. Avait-il tenu compte aussi de  » l’œuvre terrible et criminelle estampillée le Français Jacques Foccart » soutenue par le président français Charles de Gaulle même si la contradiction française signifie à des journalistes africains de l’Europe que le général de Gaulle n’a jamais signé un papier pour ordonner ces coups d’état et ces foyers de guerre en cascades? A-t-il tenu compte du travail criminel de ces Belges-là contre des Noirs du Congo et le progrès de ce grand pays africain. Et le sale job sanguinaire de cette barbarie néo-colonialisme des Portugais concernés. Et l’OTAN dans tout cela ?
Il est dommage que le professeur René Dumont de son vivant n’a jamais donné une suite sur un débat filmé à Paris qui aurait dû l’opposer au chercheur Mawete Makisosila en présence de la presse africaine.

 

Internet dans la journée mondiale de l’Afrique 2015.


Cette journée mondiale de l’Afrique du 25 mai 2015 est dans l’ère de la numérisation avec l’internet.Dans cet univers de l’innovation, des personnalités des médias africains en Europe lancent un appel sur l’attractivité du message du leader d’opinion et visionnaire Simon Kimbangu prononcé le 10 septembre 1921. Il est plus que nécessaire de privilégier la visibilité mondiale et pérenne de ce message du 1921 à intégrer dans les célébrations de la journée mondiale de l’Afrique. Et cela au lieu que des générations des Africains s’éternisent à paraphraser René Dumont qui avait écrit en 1962 que « L’Afrique noire est mal partie ».

 

 

Lilo Miango/Rédaction de Paris. Photo, droits réservés/DR: archives madame Calixthe Beyala.

 

 

(1)Kosepela eyenga eye ndenge moto na moto alingi (Lingala: » célébrer cette fête,selon la forme que chacun a choisi »).


* En langue internationale Lingala.