Paris: un prêtre jésuite nommé Dondo Bena Benoît et son clip « Nkembo ».

Sous le ciel de Paris,le clip "Nkembo" est né.
FRANCE. Sur les toits de Paris, il y a un clip-vidéo nommé: « Nkembo », un mot en langue internationale Lingala à traduire par « gloire, honneur, grandeur, éclat ». Il s’agit d’une œuvre musicale d’un Congolais de la République Démocratique du Congo qui est un prêtre jésuite. Le Magazine Ngambo Na Ngambo avait fait sa connaissance pour la toute première fois en date du mardi 3 février 2015 à l’occasion d’une conférence organisée par la Conférence des Évêques de France. Et le Congo et la problématique de changement de la loi électorale était dans cet agenda français. Mais cette soirée-là, nos journalistes ignoraient que ce membre du clergé utilisait aussi la chanson dans son travail d’homme d’église. « Tokabola elongo bilili ya nzembo na ye, esalami o engumba tata mokonzi, Paris (1) ».

« Nkembo », son clip est au rendez-vous.


Sous le ciel de Paris,le clip "Nkembo" est né.

Sous le ciel de Paris,le clip « Nkembo » est né.

C’est pertinent de découvrir ce que fait le prêtre jésuite Dondo Bena Benoît car il a une personnalité ouverte au dialogue et aime beaucoup partager. Il chante « la grandeur » de Dieu. Dans ces images réalisées par un Français, on peut voir le religieux catholique congolais avec une « mamelo » (« sœur catholique », en Lingala), une Française et une Congolaise. Cette œuvre n’est pas dans un circuit de commerce. Mais nous la mettons sur la « toile » après que le prêtre Dondo l’a envoyée à une de nos rédactions dans le cadre de notre job de journaliste.

 

Des encouragements. Le Congo étant considéré comme une « terre de la chanson »,selon l’expression du populaire journaliste-chroniqueur de musique Manda Tchebwa (actuellement chercheur universitaire, en RDC), nous n’avons pas du tout été surpris depuis Paris de voir que la religieuse congolaise, présente dans le clip « Nkembo », est divinement dans le rythme et sait danser. Ce clip est une rencontre créative sur le plan artistique. Son inspiration vient du « KO » (continent) et du « NGO » (icône de Dieu: Léopard). Dans un mélange de l’urbanisme moderne et de la foi religieuse, le « sango » (« prêtre ») Dondo a actionné un éclat probablement en pensant à ce continent-berceau de l’Humanité dont la spiritualité africaine des peuples Mongo(RDC) et Zulu(Afrique du Sud) déclara « premier continent créée par Dieu ».

 

 

Lilo Miango/Rédaction de Paris et Nkumu/Rédaction centrale-Europe.

(1), en Lingala: « Partageons ensemble ces images tournées dans Paris la capitale ».

Mots-clefs : , , ,