• Accueil
  • Miziki-Musiques
  • Nila Mbungu, journaliste de la presse écrite musicale congolaise, constate en 2014 : « D.V. Moanda oublié par Zaïko Langa-Langa, 30 ans après sa mort».

Nila Mbungu, journaliste de la presse écrite musicale congolaise, constate en 2014 : « D.V. Moanda oublié par Zaïko Langa-Langa, 30 ans après sa mort».

REGION PARISIENNE. L’année 2014 nous a quittés avec un constat fait par le célèbre et historique journaliste Nila Mbungu qui réside depuis des années sur le sol français. A Kinshasa, la ville qui a sacralisé et baptisé la musique congolaise, l’orchestre Zaiko Langa Langa qui incarne la 3ème école(*) n’a pas crée un événement musical pour la mémoire de monsieur DV Moanda.

Nila Mbungu est une référence car il est parmi les 9 journalistes congolais historiques de Kinshasa qui avaient fondé la presse écrite musicale dans l’histoire des médias du Congo. Ici pour montrer aux diverses générations en Europe et au Congo, le « travail et la visibilité pertinente sur le terrain musical et des relations publiques de DV Moanda », notre confrère Nila a pris sa liberté de parler de DV Moanda, ce brave Congolais de la commune de Kasa Vubu de la ville de Kinshasa comme « le fondateur normal » du groupe musical Zaiko Langa Langa dont le leader incontesté est actuellement le chanteur-star Jossart Nyoka Longo.

Il est nécessaire de fixer le non-initié dans des pays européens que l’histoire officielle et la vérité des faits montrent que c’est un « collège » qui fonda le Zaiko Langa Langa.Parmi ces fondateurs, il y a 3 artistes qui s’appellent Jossart N’yoka Longo, Pépé Felly Manuaku Waku et Shungu Wembadio. Ce dernier est très connu sous le nom de « Papa Wemba » que le journaliste Nila Mbungu inventa et donna au chanteur-interprète Shungu Wembadio. Mbula 2014,mobu eleki: Zaiko Langa Langa asalaki milulu te mpo na nkondo DV Moanda. Ekomeli ya mopanzi nsango Nila Mbungu « (1).

 

Le journaliste historique et célèbre Nila Mbungu … l’année 2014.

Comment peut-on oublier D. V. Moanda ? Le 11 octobre, ses amis avaient l’habitude de lui offrir des cadeaux d’anniversaire. Et Zaïko Langa-Langa célébrait cet événement au dancing-bar chez Ma’Elika à Kinshasa (capitale de la République Démocratique du Congo), sur la rue Kanda-Kanda, dans la commune de Kasa-Vubu.

Ses amis se souviennent que c’était le seul jour de l’année qu’il souriait vraiment et sortait ses meilleures anecdotes. D.V. était le fondateur normal de l’orchestre mythique et mystique Zaïko Langa- Langa. Né le 11 octobre 1948, il s’est éteint le 10 janvier 1984.Victime de la cirrhose du foie.

 

D.V: un grand charisme

Spécialiste en zinc, Fondao était diplômé de l’Ecole technique de Makala. Humanités à St Jean Berckmans. Il a eu 5 enfants avec quatre amours enflammés : Freddy Moanda (emporté par la fièvre typhoïde en 2002) et Danny Moanda (fils de Rosalie), Serge (fils de Marie Claire), Bibiche (fille d’Yvonne) et Mimi Micheline mariée à Bruxelles (fille de sa dernière épouse Brigitte Makanda).

D.V.Moanda possédait un grand charisme et gérait Zaïko Langa-Langa avec une froide autorité .Véritable iceberg, il restait calme en toute situation. Son rictus et son regard sombre troublaient. Pendant longtemps, on lui a attribué des pouvoirs mystérieux. Une autre rumeur assure qu’il a implanté une puce magique dans l’épaule du guitariste Pépé Felly Manuaku pour l’aider à produire des solos endiablés.

Il n’a rien démenti. De son vivant. Bien au contraire ! Cette réputation, amplifiant, l’aidait à gérer les stars du groupe. Lui, le simple batteur mâtait avec peu de mots des têtes brûlées comme Evoloko Jocker, Efonge Gina, Papa Wemba, Matima, Mavuela Somo, Teddy Sukami et Mbuta Mashakado !

Ce n’est par contre pas une rumeur si nous disons qu’il impressionnait le Seigneur Tabu Ley et le Grand maître Luambo Makiadi Franco. Qui le traitaient de « sorcier ». Et Zaiko en profitait pour s’aligner sur l’OK jazz et l’Afrisa International.

 

Ami de la presse

Ami de la presse, D.V. Moanda avait l’habitude de picoler sa bière  » Primus » devenue ou surnommée « Petite ya quartier » avec les journalistes Malanda Nsukula, Père Ngoie, Fifi Ngampuende, Kalonji Ngoy, Mosin Ntondo, Johnny Lukombo et N’Zita Mabiala Monshe M’Vula dans sa parcelle de la rue Djolu n° 34 de la commune de Kasa Vubu.

Zaïko Langa-Langa est le seul orchestre congolais qui a survécu à son fondateur. La date de péremption largement dépassée, Zaïko a l’air toujours frais. Trente ans après la disparition de D.V., la magie opère encore. Zaïko Langa Langa ravit en effet la RDC et l’Afrique avec son rythme « Mokongo ya koba »(NDLR:une appellation de la danse créée par le Zaiko Langa Langa).

La popularité de Nyoka Longo et son groupe surprend toutes les mauvaises langues qui traitaient jadis Jossart de « Kébèré ». Qui signifie « mou » en langue internationale Lingala.¨ Zaïko n’a rien prévu pour honorer la mémoire de son fondateur. Qu’a fait Nyoka Longo pour ressusciter Zaïko ? A-t-il hérité des pouvoirs de D.V. Moanda comme l’affirment les anciens? « Non », assure Jossart qui attribue sa renaissance à Jésus-Christ. Zaïko , de toute évidence, tiré de bons enseignements de l’épisode Familia Dei- Ngoss et de son exode en Belgique. Le public a retrouvé son orchestre et celui qui, désormais, l’incarne : Nyoka Longo. Et le manifeste bruyamment. Dommage que Zaïko Langa-Langa n’ait rien prévu pour honorer la mémoire de son fondateur cette année…

 

Nila Mbungu/Rédaction France.
Photo: extrait par Nila Mbungu d’une émission de la télévision nationale à Kinshasa.

 

(1) En Lingala: « L’An 2014 est parti:Zaiko Langa langa n’avait pas organisé un événement pour la mémoire du feu DV Moanda. Ecrit par le journaliste Nila Mbungu.

Mots-clefs : ,