• Accueil
  • Miziki-Musiques
  • Matanga ya Papa Wemba na Tokyo* («Deuil en hommage pour Papa Wemba à Tokyo») : images exclusives et récit.

Matanga ya Papa Wemba na Tokyo* («Deuil en hommage pour Papa Wemba à Tokyo») : images exclusives et récit.

Japon. Des images de la veillée de deuil à Tokyo pour le feu chanteur-star de la Rumba congolaise Papa Wemba, décédé le dimanche 24 avril 2016 à Abidjan lors de son ultime spectacle, devenu désormais historique à travers le monde. Le MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO vous fait découvrir des photos prises à Tokyo lors de ce «Matanga», cette veillée organisée dans la nuit du samedi 30 avril 2016 au dimanche 1 mai 2016. C’est la formidable japonaise Mayumi, l’épouse du guitariste-bassiste japonais Daisuke Kamikawa de l’orchestre japonais Yoka Choc Nippon qui a envoyé ces photos à notre rédaction en chef à Paris.

Un message aux Japonais et Africains présents à cette veillée.

Un message aux Japonais et Africains présents à cette veillée.

Et ces mots en langue internationale Lingala sont écrits par la Japonaise Mayumi dont le mari Daisuke Kamikawa s’exprime bien en Lingala. Daisuke avait évolué aussi à Kinshasa dans les années 80 au sein de l’orchestre Viva la Musica grâce à la bénédiction de la star Papa Wemba. Le couple Mayumi&Daisuke laisse toujours une très bonne impression auprès des Africains, en particulier des Congolaises, des Congolais  et des Angolais qui ont déjà croisé, au Japon, la route de ces deux Japonais amateurs de la Rumba congolaise et de sa culture africaine.

 

Petit message de Mayumi mais un grand message.

Ce message est daté du dimanche 1 mai 2016. Il est écrit en Lingala par la Japonaise Mayumi. Ce petit mot a pris une dimension particulière dans des récits historiques liés aux retombées dues au décès brusque du chanteur-interprète Papa Wemba, l’unique star africaine devenue une icône musicale dans des environnements au Japon.

D’où, nos journalistes congolais de l’Europe qui oeuvrent au sein des rédactions du MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO ont décidé sa publication: « Lobi Matanga ya Papa Wemba ezalaki na Tokyo (African restaurant Calabash). Congolaises na Japonaises bayaki mingi, balingaka Papa. Jaga Jaga, Monfranc, Eagle’s Visions, Keiko (Viva la Musica), na Daisuke (Yoka Choc) babetaki kitoko. Biso nionso, bayembaki mpe babinaki na nzembo ya Papa Wemba»(1).

Au Japon, il y a eu une autre cérémonie pour le «Salut l’Artiste». Elle s’est tenue au «Bonobo», un autre endroit à Tokyo, en date du 3 mai 2016. C’est pour être «selon une vision des masses des Japonais» en synergie profonde  avec la terre congolaise de la RDC qui accueille pour l’éternité le corps de Papa Wemba, célèbre chanteur international congolais et ami des Japonais Papa Wemba.

De son vivant, Papa Wemba chanta «…mabele mokonzi …* », a dit un Japonais concerné par ce deuil à Tokyo. Ce jeune homme parle couramment cette langue internationale Lingala que Papa Wemba a utilisé dans ses compositions musicales au même titre que tous ces artistes congolais.

  

Lilo Miango/Rédaction de Paris et Albert Lupungu Ndjate/Rédaction centrale-Europe, Genève.

Photos prises au restaurant « Calabash », à Tokyo, lors de la veillée mortuaire en hommage au feu Papa Wemba: droits au Magazine Ngamba Na Ngambo/Japonaise Mayumi de Tokyo.

 (1)Traduction: «hier, la veillée en mémoire de Papa Wemba a eu lieu à Tokyo, dans le cadre du restaurant africain Calabash (Calebasse). Des Congolaises et Japonaises étaient venues nombreuses, elles aiment Papa (Wemba). Jaga Jaga, Monfranc, Eagle’s Visions (nom d’un orchestre de Tokyo), Keiko (une musicienne japonaise qui a joué dans l’orchestre Viva la Musica de Papa Wemba) et Daisuke (bassiste japonais de l’orchestre Yoka Choc  Nippon) avaient très bien joué. (Avec) Nous tous, ils ont interprété et dansé la musique de Papa Wemba».

*Expression Lingala  «mabele mokonzi» signifie « la terre -Reine- accueille tout humain », sur sa surface et dans ses entrailles…