• Accueil
  • Manaka-Agenda/Actualités
  • Paris*: film « L’Homme qui répare les femmes-La colère d’Hippocrate »,1er Octobre 2015, 20H30, en ouverture de la 24è « Quinzaine du Cinéma Francophone ».

Paris*: film « L’Homme qui répare les femmes-La colère d’Hippocrate »,1er Octobre 2015, 20H30, en ouverture de la 24è « Quinzaine du Cinéma Francophone ».

Le Centre Wallonie-Bruxelles, à Paris, a choisi le film-documentaire « L’Homme qui répare les femmes – La colère d’Hippocrate » du célèbre et populaire réalisateur belge Thierry Michel pour lancer la 24ème édition de sa « Quinzaine du Cinéma Francophone ». « Bilili ya L’Homme qui répare les femmes-La colère d’Hippocrate; mpo na bofungoli milulu o Centre Wallonie-Bruxelles/Paris »(1).

 

Ce documentaire consacré au célèbre médecin congolais Denis Mukwege de l’Hôpital congolais Panzi qui opère des Congolaises victimes des barbares viols massifs. Ces viols inacceptables et planifiés sont utilisés comme armes de guerre de destruction massive dans cette guerre imposée à la population du Congo par des lobbies occidentaux et africains de type raciste,néo-colonial et criminel de guerre pour piller des matières premières, massacrer des humains pour des accaparements des vastes terres et conquérir le pouvoir(**).

 

En France et attraction au Centre Wallonie-Bruxelles de Paris.


La censure au Congo de ce film-documentaire par des « BALOKI ya basoda mpe batu ya Congo » (expression en langue internationale Lingala: « des CRIMINELS ayant massacré ou ayant fait massacrer des soldats et des masses des civils de la République Démocratique du Congo »). Et cette décision de politique politicienne avec des postures arbitraires l’a fait mettre au cœur des conversations, y compris dans des cercles de l’ONU, chez des Congolaises de la diaspora en Occident et dans la presse internationale et congolaise de la diaspora.
D’où aussi, une certaine visibilité dans des milieux en France d’un intérêt vif de voir ce film le jeudi 1er octobre 2015, à 20H30. Cette projection au Centre Wallonie Bruxelles peut être considérée dans la série de le lot spécial des « avant-premières ». Et partant cela va appeler d’autres projections dans des salles françaises.(2)

 

Projection du 1er octobre 2015: le réalisateur Thierry Michel, présent. Mme Christine Pireaux (parmi les trois scénaristes de ce film) et le Dr Denis Mukwege… « annoncés présents » ?


Après la projection, il est prévu un débat. L’assistance a la possibilité de poser des questions au réalisateur Thierry Michel. C’est ainsi que fonctionne le mode opératoire du Belge Louis HELIOT, conseiller cinéma du Centre Wallonie-Bruxelles à Paris. Ce Belge-Wallon est un grand travailleur. Et avec notre liberté de journaliste congolais de l’Europe, on peur dire qu’il a beaucoup contribué pour labelliser en France de cette « Quinzaine du Cinéma Francophone du Centre Wallonie-Bruxelles » qui se passe dans le cadre du Festival Francophonie Métissé.

 

Parmi les gens qui ont fait la musique de ce film-documentaire, il y a monsieur Edo Bumba, un Congolais. Qu’il soit physiquement présent dans cette salle le 1er octobre 2015 ou absent, il sera intéressant de recueillir aussi les avis dans l’assistance concernant son travail musical dans ce documentaire réalisé par le réalisateur belge le plus connu sur le plan international, monsieur Thierry Michel. Pour la présence du Dr Denis Mukwege, une forte tendance de gens que le Magazine Ngambo Na Ngambo a abordé en Suisse et France montre que des personnes interrogées; souhaitent qu’il soit dans la salle.

 

 

Lilo Miango/Rédaction de Paris et Nkumu/Rédaction centrale-Europe.
Illustration: Les Films de la Passerelle.

 

(*)Centre Wallonie-Bruxelles – Salle de cinéma. N°46 rue Quincampoix 75004 Paris. Stations de métro Rambuteau et les Halles. (1) Écrit en langue internationale Lingala.

 

(2)Distribution France : JHR Films (sortie nationale : 1er trimestre 2016).

 

(**)Prix Sakharov 2014, le médecin congolais d la RDC, Dr Denis Mukwege a opéré des milliers de femmes violées à l’Est de la République démocratique du Congo depuis plus de vingt ans.

 

Mots-clefs : , ,