• Accueil
  • Manaka-Agenda/Actualités
  • Mairie de Paris,9/03/2016,14H: 52 personnalités féminines de l’Europe et avocat Rety Hamuli lancent la campagne « création Tribunal Pénal International en RDCongo ».

Mairie de Paris,9/03/2016,14H: 52 personnalités féminines de l’Europe et avocat Rety Hamuli lancent la campagne « création Tribunal Pénal International en RDCongo ».

Mairie de Paris,9/03/2016,14H: 52 personnalités féminines de l'Europe et avocat Rety Hamuli lancent la campagne "création Tribunal Pénal International en RDCongo".

France. A la Mairie de Paris (Salon des Arcades 5 rue Lobau 75004 Paris), le mercredi 9 mars 2016 de 14H à 18H. Une expression en Lingala (une langue internationale fdu Congo)  proclame que «Likambo monene eluki banganga»(1). Ainsi pour  le « FEMICIDE* (GENOCIDE) » qui se déroule en République Démocratique du Congo, une initiative de la «Campagne des 52 Personnalités Féminines» de l’Europe, sera matérialisée par le lancement de l’opération pour la création du Tribunal Pénal International pour la République Démocratique du Congo.

 

A l’Hôtel de ville de Paris, des journalistes congolais de l’Europe y seront pour des reportages comme les autres médias étrangers. Depuis longtemps MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO dénonce ces crimes de guerre et crimes contre l’Humanité à l’image du cas symbolique de Jeannette Abidge. Et cela malgré des «pressions» d’une minuscule poignée des citoyens de trois pays européens, des tentatives d’enlèvements ou de prises d’otages ratées des membres de familles de ces journalistes congolais, y compris des passages à tabac (cas du défenseur des droits de l’homme, le Congolais Jacques Miango, à Washington par l’entourage direct de Joseph « Kabila »). Depuis 1996 jusqu’ aujourd’hui, des millions des filles et femmes congolaises sont victimes des viols programmés et massifs utilisés comme armes de guerre de destruction massive car elles sont des Congolaises de la République Démocratique du Congo.

Une explication sur la matérialisation de cet événement qui doit interpeller l’Humanité et qui aura lieu dans l’enceinte de l’Hôtel de ville de la Mairie de Paris dirigé par madame la maire de Paris Anne Hidalgo: « Initiative de la Campagne des 52 personnalités féminines, organisée par le Réseau Féministe «Ruptures», dans le cadre de la Journée internationale de solidarité avec les luttes des femmes dans le monde »(2).

 

Le programme de cet événement du 9 mars 2016.

Voici chronologiquement le programme tel que le MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO a reçu.

13 H. 30 : Accueil.
14 H. : Présentation et animation, Monique Dental, Réseau Féministe « Ruptures ».
14 H. 15 : Accueil par la Mairie de Paris.
14 H. 30 : Hamuli Réty, initiateur de la campagne des 52 marraines pour un TPI en RDC : Actions passées et à venir.
14 H. 45 : Bâtonnier Jean-Claude Bagayamukwe : La défense au quotidien des femmes violées. Rôle du Barreau de Bukavu.
15 H.  : Caddy Aszuba, journaliste, lauréate du Prix Princesses d’Asturie pour la Paix : Audition auprès du Roi et de la Reine d’Espagne pour la création d’un Tribunal Pénal International pour la RDC : quelles suites ?
15 H. 15 : Échanges avec la salle.
15 H. 45 : Dr Mukwege : Les différentes formes d’action sociales, juridiques et médicales de la Fondation Panzi de Bukavu.
16 H. : Échanges avec la salle.
16 H. 30 : « Rentrez chez vous et racontez » : création théâtrale à partir des témoignages de femmes aux corps meurtris, interprétée par Claudia Mongumu, auteure, metteure-en-scène et Charles Meunier.
17 H. 15 : Echanges avec les comédiens.
Exposition de photos d’archives sur les femmes violées au Congo, de Marie Ponchelet et Marie-Hélène Le Ny.

 

Non à l’impunité. Stop à l’impunité. Plus d’impunité en République Démocratique du Congo.

Ce combat judiciaire et juridique des justes et pour la Paix tout en rendant justice démocratiquement est un combat juridique d’un avocat congolais de la République Démocratique du Congo. Son nom est Rety Hamuli. C’est en été 2013 (au mois de juillet), les 52 personnalités féminines de l’Europe lancèrent une campagne pour la création d’un Tribunal Pénal International en République Démocratique du Congo (RDC).

Ces braves Européennes sont indignées par le grand et lourd silence de ce que certains appellent la «Communauté Internationale» qui n’est qu’un «machin» clandestin sans statuts (sans papier) et sans siège social (sans domicile fixe). Quelques journalistes congolais de l’Europe avaient déjà publié des comptes rendus sur ce point net, clair et précis sur le fait vécu que cette prétendue «communauté internationale» s’en était même pris contre des instances de l’ONU, lors de la publication du rapport Mapping (cfr.guerres d’agression en RDC)

Les 52 Marraines, c’est-à-dire les 52 Personnalités féminines  sont toujours très dynamiques dans la poursuite de leur action pour que «ces crimes, utilisés comme armes de guerre, puissent être jugés par un Tribunal Pénal International, seule instance permettant aux femmes victimes de ces atrocités d’être reconnues comme telles. Cette impunité dure depuis vingt ans, il est temps que l’ONU mette cette revendication à l’ordre du jour de ces débats avec et pour un État de droit»(2).

Lilo Miango/Rédaction de Paris.

* »Fémicide », mot lancé par le chercheur congolais Jean Jacques Ngangweshe du Bureau d’Étude du Congo(BEC), en France.
(2)Extrait du communiqué de presse (monique.dental@orange.fr/Réseau Féministe « Ruptures »)

Mots-clefs : ,