Première conférence de presse du nouvel ambassadeur de la Guinée Equatoriale en France, Mr. Miguel Oyono Mifumu.

L'ambassadeur Miguel Oyono Mifumu(centre),avocat Jean-Charles Tchikaya(g.) et journaliste james Ngumbu(dr.)

Paris, au Press Club de France. Hôtel Pullman-quartier de Montparnasse. « Kukutana ilikua ya muzuli sana » (1) est une phrase en langue Swahili (une des langues internationales africaines) qui montre la qualité sincère et authentique de la réussite de cette toute première conférence de presse du nouvel ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Guinée Équatoriale au près de l’État français, son excellence monsieur Miguel Oyono Mifumu.


Son exposé et ses réponses sur l’état des lieux entre son pays et la République française, sur la situation générale en Guinée Équatoriale et certains appétits aiguisés sur « des affaires judiciaires très particulières » entre des associations françaises, certaines personnalités de la Guinée Équatoriale et une entreprise française ; ont été des paroles dites avec une authenticité sincère et digne des valeurs africaines. Ces valeurs que la diaspora africaine en Europe soutient car des peuples africains de l’Europe n’ont plus de complexes d’infériorité vis-à-vis du colonialisme ou du néo-colonialisme. Maître Jean-Charles Tchikaya, avocat connu, était aussi à la tribune en sa qualité d’avocat de l’État de la Guinée Équatoriale. Il a aussi parlé en sa qualité d’avocat pour des éclairages demandés par la presse.

Médias africains en France présents massivement pour écouter l’ambassadeur de la Guinée Équatoriale Miguel Oyono.


L'ambassadeur Miguel Oyono Mifumu(centre),avocat Jean-Charles Tchikaya(g.) et journaliste james Ngumbu(dr.)

L’ambassadeur Miguel Oyono Mifumu(centre),avocat Jean-Charles Tchikaya(g.) et journaliste james Ngumbu(dr.)

Des médias et des journalistes africains étaient massivement présents dans toutes leurs visibilités et réponses professionnelles de traiter dignement l’information du jour. C’est le résultat, en 2015, du succès des travaux très compliqués et complexes démarrés dans les années 80 par des héroïques et visionnaires journalistes africains pionniers ici en France et en Suisse.

Le « Magazine Ngambo Na Ngambo » (1er média en Europe pour la dynamique de la création des États Unis d’Afrique sur des modèles des fédéralismes régionales démocratiques crées par la Femme Africaine-Patrimoine, inventrice de ce que le monde entier nomme « démocratie ») a salué la participation massive des consœurs et confrères journalistes africains de la diaspora.

Dans cette salle de conférence, on a vu donc la démonstration que la campagne « journalistes africains de l’Europe, créez vous-mêmes vos propres médias » est une dynamique qui doit être toujours menée, plus que jamais. Cette conférence de presse qui a aussi vu la participation de quelques journalistes européens, a été organisée par le collectif des journalistes africains en France.

Et c’est le journaliste congolais James Ngumbu(RDC) qui a initié cette conférence de presse dans la cadre la libre circulation démocratique des informations et des actualités à traiter par des journalistes dans le monde.

Et le journaliste camerounais Nicolas Abena a animé la partie questions-réponses. Une représentation du « Magazine Ngambo Na Ngambo » a assisté à cette première conférence de presse. La journaliste Faida Weregemere de la rédaction de France de notre média, présente au Press Club, écrit un récit de cette rencontre entre le représentant en France du pays dirigé par le président Teodoro Obiang Nguema et la presse.

Il y a plus de 23 ans, personne ne parlait ici en Europe de la Guinée Équatoriale. Des politiques concrètes du président Teodoro Obiang Nguema ont fait de cet État de l’Afrique Centrale un pays performant où un peuple africain vit mieux économiquement, socialement, culturellement… Et en moins de 50 jours, la Guinée Équatoriale a assumé la responsabilité d’organiser la CAN 2015 (finale 2015 du football de la Coupe d’Afrique des Nations). « C’est une indication de la Guinée Équatoriale d’aujourd’hui », avait indiqué l’ambassadeur Miguel Oyono Mifumu pendant cette conférence de presse.

Lilo Miango/Rédacteur en chef du Magazine Ngambo Na Ngambo. Photos, Press Club de France, Paris-Montparnasse, jeudi 5 mars 2015: copyright Magazine Ngambo Na Ngambo.

(1) Phrase en Swahili écrite par monsieur Maloka Jean-Bernard,président de l’association panafricaine RADESA. Il a assisté à cette conférence de presse: « Cette rencontre a été très bien ».

Mots-clefs : ,