• Accueil
  • Bokanda-Lettre politique
  • Emile Kalema: PPRD « Fourre-tout », »le vice politique » d’Antoine Gizenga, Emery Kalwira « mission Joseph Kabila Europe »,Vital Kamerhe « le plus dangereux »,les Tshisekedi.

Emile Kalema: PPRD « Fourre-tout », »le vice politique » d’Antoine Gizenga, Emery Kalwira « mission Joseph Kabila Europe »,Vital Kamerhe « le plus dangereux »,les Tshisekedi.

Europe, diaspora congolaise, une politique au Congo : dans ce travail de mémoire afin que des pages d’histoires personnelles se transmettent aux enfants du Congo et aux amis du peuple congolais. Monsieur Emile Kalema, représentant du M17 (Laurent Désiré Kabila&Pierre Victor Mpoyo) fait graver dans des mémoires, quelques aveux que lui faisait l’homme politique et homme d’affaires Pierre Victor Mpoyo( à présent décédé). Il s’agit d’une historicité.

 

Bien que ce conflit armé imposé à la population au Congo (2.340.000 km2) se passe sur cet espace limité géographiquement, des Congolais nés ou grandis en Europe tiennent compte de l’échelle mondiale pour raisonner sur cette guerre de basse intensité. C’est dans cette démarche que le Congolais Emile Kalema place ces aveux qui ont des conséquences sur ces « acteurs politiques locaux nommés » et ces aveux entrent aussi dans des convulsions à répercussions non seulement régionales, mais aussi planétaires.

 

En guise d’introduction de ce sujet sensible politiquement: un témoignage d’un juriste congolais(1) cite est le « cas de l’homme d’affaires mobutiste Jean-Pierre Bemba qui a choisi d’être un rebelle avec des armes de l’extrémiste tutsi ougandais Museveni pour régler des affaires d’argent. Il a refusé de payer la totalité de 1 million de dollars à devoir à l’État congolais sous le règne du président Laurent Désiré Kabila »[*]. Aveux de Pierre Victor Mpoyo au représentant du M17 dans des pays de l’Union européenne, Mr. Emile Kalema Makopa. « Bomba bomba mabe. Sakola sakola(2). »

 

Ce que celui que Kalema Emile appelle toujours « M’zée » Mpoyo disait de l’homme politique Vital Kamerhe: « c’est le plus dangereux, très dangereux»


De g.à dr., Muana Wume,général Milamwe Bienvenu,Emile Kalema (débout) et Kabwe Séverin(fondateur ANR)

De g.à dr., Muana Wume,général Milamwe Bienvenu,Emile Kalema (débout) et Kabwe Séverin(fondateur ANR)

Assis dans ce cadre qui fait partie des monuments historiques de France à Paris, monsieur Emile Kalema me répète ce que son mentor réitérait: « Ce n’est pas un meilleur plan de continuer à pointer du doigt Vital Kamerhe en répétant que c’est un étranger. C’est un Rwandais. Kamerhe est très malin et intelligent. Mais le peuple congolais est très intelligent aussi si ce peuple, formé, est informé.

 

La meilleure façon dans ces circonstances politiques au Congo est de le faire battre par la voie électorale. Tout le monde saura que Vital Kamerhe a été battu aux élections. Kamerhe! C’est le plus dangereux, très dangereux dans ce système politique car il est très malin. Il est dans les mêmes mains qui tiennent autant Joseph Kabila. Sa rivalité avec Joseph Kabila n’a rien avoir avec un conflit politique. »

 

Mr.Mpoyo avait laché à Emile Kalema que « Kamerhe venait chaque jour à son bureau. Kamerhe dormait même dans sa voiture sur le parking pour l’attendre. Alors Mpoyo lui a facilité la tâche auprès de Joseph Kabila. »

 

« C’est pareil pour Boshab Evariste. Il venait chaque fois lui demander de plaider en sa faveur au près de Joseph pour qu’il soit nommé directeur de cabinet du chef d’Etat car Théophile Mbemba, son ancien patron, lui menait la vie dure. Mpoyo l’a aidé ».

 

Quand Mpoyo a confié à Paris (Hôtel) à Emile Kalema devant des témoins que « c’est Boshab qui a volé l’argent destiné pour ses soins en Europe »; Emile Kalema déclare au Magazine Ngambo Na Ngambo sur ce dossier de la santé de Mpoyo: « ce n’est pas normal. Si Mpoyo n’avait pas mis ses finances à la disposition de l’AFDL pour la conquête du pouvoir, personne n’allait voir au pouvoir ni Laurent-Désiré Kabila, ni Joseph Kabila et ni encore moins un nommé Evariste Boshab. »

 

« Mpoyo avait financé des frais pour des études de Joseph Kabila pour sa culture générale jusqu’à ce qu’on le mette président de la République. Laurent-Désiré Kabila venait chaque fois en vacances à la résidence de Mpoyo, en Europe. Il restait avec les enfants de Mpoyo car il arrivait parfois que Mpoyo n’était pas chez lui.»

 

« Que tout ce beau monde qui s’affiche au sommet de toutes les institutions actuelles, sache que le vrai détenteur du pouvoir, c’était Mpoyo. Si M’zee Pierre Victor Mpoyo n’avait pas mis ses moyens financiers et son gros carnet d’adresses pour un renversement de Mobutu ; peut-être ses généraux zaïrois allaient prendre le pouvoir à la mort du maréchal-président. Et partant personne n’allait connaître les Joseph Kabila dit « Rais », Aubin Minaku, Muzito Adolphe, l’officier Kanyama, Olivier Kamitatu, Jean-Pierre Bemba, parti politique PALU en termes de visibilité avec Antoine Gizenga… »

 

« Donc vu l’histoire telle que vécue par ce changement, M’Zee Mpoyo mérite un hommage comme un héros de notre nation. Et personne n’allait parler de la force de l’APARECO car monsieur Ngbanda allait être avec ses compagnons du maréchal Mobutu. Personne n’allait voir émerger la pertinence des Combattants en Europe. Des Combattants, riche grâce à leurs stratégies de multi-groupes, occupent le terrain et ont éjecté l’opposition en Europe ».

 

« Il a raté, Joseph Kabila. La seule chance, hélas ratée… qu’avait Joseph Kabila, c’est de continuer avec M’Zee Mpoyo. Hélas encore, Joseph n’a pas continué à côté de Mpoyo et avec Mpoyo ».

 

« Beaucoup de Congolais et étrangers ne le savent pas. A l’époque du président Laurent-Désiré Kabila, Mpoyo amenait Joseph Kabila dans presque tous ses déplacements. Et M’Zee Mpoyo le présentait à tous les décideurs africains, occidentaux… Voilà Joseph Kabila qui devient chef d’État et qui crée la rupture avec M’Zee Mpoyo. Même des personnalités et le commun des mortels qui venaient voir Mpoyo, personne n’a pas compris comment Joseph Kabila, qui doit beaucoup à Mpoyo ; n’a pas eu l’intelligence politique de profiter du carnet d’adresses du géant Mpoyo ou de ses conseils. La suite avec Joseph Kabila est là. Tout le monde connaît le bilan. »

 

Message et prise de position de Mr. Emile Kalema Makopa au sujet du nommé Emery Kalwira: quel opposant?


« En politique et dans le quotidien, il faut dire la vérité dans le cas de monsieur Kalwira Emery. A un certain moment, j’étais l’émissaire de Mzee Pierre Victor Mpoyo auprès de Joseph Kabila. Et j’étais aussi en contact avec Janet Kabila rien que dans le cadre de ces missions sur instruction de Mzee Mpoyo à propos de sa fortune que l’on doit rendre. C’est l’État qui doit restituer l’argent de Mpoyo. Et Mpoyo m’envoyait chez ces gens qui ont l’imperium,l’effectivité du pouvoir… »

 

« Monsieur Emery Kalwira, je ne le connaissait pas personnellement.Au cours d’une de mes missions à Kinshasa, auprès de Joseph Kabila au Palais de la Nation (note de la rédaction: Présidence de la République), un chef de la sécurité nationale agissant sur haute recommandation m’a dit que lors de mon escale à Brazzaville, le chef d’antenne des services secrets, l’ANR, à l’ambassade de la République Démocratique du Congo, là-bas à Brazzaville, m’a demandé de faciliter la tâche à un collaborateur du président Joseph Kabila qui travaille aussi dans l’ombre. C’est pour l’orienter et lui faciliter la tâche à faire des missions en Europe. C’est ainsi que l’on me donne le nom de Kalwira Emery ».

 

« J’arrive à Brazzaville. Ce chef de la sécurité appela monsieur Emery Kalwira au téléphone. C’est ainsi que Kalwira arriva à l’ambassade. Il m’a été présenté. Je l’ai alors vu; c’est un monsieur mince, petit de taille avec une veste ayant beaucoup de stylos accrochés à la poche ».

 

« L’ambassade me demanda de lui remettre mes coordonnées, notamment le numéro de mon téléphone portable… J’ai pris soin de prendre aussi ses coordonnées. Deux jours après mon retour à Paris, monsieur Kalwira m’appelle de Brazzaville pour annoncer son arrivée en France. A son arrivée sur le sol français, j’ai envoyé un de mes collaborateurs pour aller le chercher à l’aéroport. La première nuit de monsieur Kalwira sur le sol français, il l’a passée chez moi dans mon domicile ; dans une chambre que j’ai fait préparer pour lui. Sa première gorgée d’eau en France, il l’a bue chez moi. Ensuite, j’ai téléphoné plusieurs têtes pensantes de la diaspora congolaise en Europe. Je ne le cache pas. Monsieur Kalwira Emery qui ne les connaissait pas, les a tous reçus et réunis dans un hôtel Ibis, à Paris. En outre, j’avais amené Kalwira Emery pour dire bonjour à monsieur Mpoyo. »

 

« Kalwira commença à travailler avec ces gens ici en France et ailleurs en Europe. Je vois partout qu’il est opposant. Quel opposant? Je ne sais pas s’il est toujours comme chef d’antenne extérieure des services secrets de Joseph Kabila. Des gens créent des problèmes. Mais qui créent ces problèmes et contre qui ? Si Kalwira est intelligent ; donc s’il raconte des mensonges sur moi; qu’il sache que c’est moi qui lui avais donné en premier lieu des facilités, l’accueil…même si je ne me suis jamais mêlé de ses activités de chef ou d’indic pour les services secrets de Joseph Kabila. »

 

Au sujet de Jean-Pierre Bemba, MLC…


De g.à dr., Muana Wume,général Milamwe Bienvenu,Emile Kalema (débout) et Kabwe Séverin(fondateur ANR)

De g.à dr., Muana Wume,général Milamwe Bienvenu,Emile Kalema (débout) et Kabwe Séverin(fondateur ANR)

« J’ai été un collaborateur direct de Mr. Séverin Kabwe, le fondateur historique de l’ANR, les services des renseignements. L’ANR, c’était pour protéger le pays, la nation et la population. Comme, le pouvoir avait demandé à tous ces barons du régime de Mobutu de payer 1 million de dollars vu l’argent qu’ils devaient à l’Etat de notre pays à tous, monsieur Jeannot Bemba Saolona, le père de Jean-Pierre Bemba avait fait allégeance. Je me retiens de vous raconter la scène. »

 

« Quand à Jean-Pierre Bemba, il avait payé une avance de 500.000 dollars. Le conseiller juridique Jacques au Trésor Public a rapporté qu’ à la suite de sa colère pour cette affaire du reste de cet argent, que Jean-Pierre est parti devenir rebelle dans la dynamique du réseau de Mr. Baramoto, l’ancien général du régime de Mobutu avec un plan d’un fils de Mobutu, Kongolu. Mais le fondateur, le pourvoyeur des finances de la guerre et le maître du MLC est le président ougandais Yoweri Museveni, un Tutsi de l’Ouganda. »

 

« On voit à présent où en est le MLC. Cela montre la nature originelle des gens à la base pour ces histoires liées à l’argent que l’on connaît. Des extrémistes tutsi étrangers,étaient des vrais chefs dans la guerre du MLC. Quand ces gens du MLC passent d’un camp à l’autre, c’est le schéma des extrémistes tutsi qui facilite ce transfert d’un camp à l’autre. Sachant que dans l’autre camp, c’est toujours des extrémistes tutsi, des maîtres qui accueillent ces gens qui désertent le MLC de Jean-Pierre Bemba. Cependant dans le MLC transformé en parti politique, on doit reconnaître la sincérité et les convictions des vrais militants qui font de la politique au sens noble comme Papi Kibonge et les autres. »

 

A propos de l’UDPS: Etienne Tshisekedi, Félix Tshisekedi.


« Mzee Mpoyo me disait que monsieur Etienne Tshisekedi réagissait très durement quand il avait mis Joseph Kabila comme président de la République.» « Politiquement depuis 2001, Etienne Tshisekedi m’attaquait qu’aucune institution politique au Congo ne devait pas avoir une succession de père en fils ou fille. Or qu’est-ce que l’on voit dans l’UDPS? »,me confiat Mpoyo.

 

Emile Kalema estime qu’en mettant en lumière ces aveux de Mpoyo sur un leader très populaire comme Etienne Tshisekedi, il ne manque pas de respect à ce patriarche. Kalema estime que monsieur Tshisekedi Etienne n’a pas préparé au sein de l’UDPS un dauphin pour prendre le relais. S’il y a des élections aujourd’hui sans Etienne Tshisekedi comme candidat présidentiel, c’est déjà mal parti. Et qui fait exactement quoi entre les Tshisekedi car ce n’est pas du commerce avec la présidence de Joseph Kabila.

 

Le représentant du M17 dans les pays de l’Union Européenne Emile Kalema dit que « monsieur Etienne Tshisekedi en sa qualité du président national de l’UDPS devrait répondre aux militants de l’UDPS sur ces questionnements. »

 

Mpoyo disait que « l’homme politique Etienne Tshisekedi est MPR. Il a toujours été bien soigné dans le MPR avec des fonctions que Mobutu lui donnait. Et la séparation de Tshisekedi avec le MPR est dûe originellement au fait qu’il était en colère vu que Mobutu avait fait nommer monsieur Nzondomio à un poste de l’Etat qui devait normalement revenir à Etienne Tshisekedi, au parlement. L’histoire des parlementaires frondeurs contre une gestion politique de Mobutu, est venue jouer en sa faveur par la suite ».

 

PPRD: un fourre-tout.


Mpoyo m’apprenait qu’il a toujours regretté le fait que Joseph Kabila avait fait des jérémiades pour que Mpoyo abandonne le M17. La réponse de Mpoyo a été d’une très grande clarté. Le PPRD n’a pas de programme idéologique et ne possède jamais un honnête projet de société au vrai sens de valeurs politiques. Le PPRD est un fourre-tout où il y a des gens qui ont été des braqueurs des banques en Tanzanie, des extrémistes tutsi rwandais anti-peuple congolais ,des arrivistes corrompus venant de l’Europe, des gens qui ont fait des exécutions extrajudiciaires, des individus qui sont là pour uniquement s’enrichir sur le dos du peuple, des Mobutistes ayant trahi Mobutu qui sont à la fois des gens dépassés et des hommes du passé. On trouve dans ce fourre-tout du PPRD aussi des soldats officiers-hommes d’affaires ayant des terribles des conflits d’intérêt que la législation avait prévu depuis déjà en 1960, année de l’indépendance de sanctions pénales. Il y a aussi des extrémistes religieux qui ont des calculs.[Suite de l’article, prochainement].

 

 

Dossier fait par Lilo Miango/Rédaction de Paris avec une assistance de Nkumu/Rédaction centrale-Europe.
Photo faite au Palais de Marbre, Kinshasa, en 2000 (ou 2001): droits réservés Emile Kalema

 

(1),[*] Rapport du conseiller Jacques Tshionga au ministre Victor Mpoyo…et plus tard au chef d’Etat Laurent Désiré Kabila.

(2) Expression populaire en langue internationale Lingala.