• Accueil
  • Vidéos-Bilili
  • Arc de Triomphe, Paris: toute 1ère cérémonie de la diaspora africaine, 4 janvier 2018: « à tous nos martyrs ».

Arc de Triomphe, Paris: toute 1ère cérémonie de la diaspora africaine, 4 janvier 2018: « à tous nos martyrs ».

Paris, avenue des Champs Elysées. Arc de Triomphe, 1ère commémoration. Ces quelques images du reportage du jeudi 4 janvier 2018 ont réalisées par trois de nos membres des rédactions du MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO. Ces « bilili » (en langue internationale Lingala: »images ») montrent la solennité de cet événement très bien organisé et inédit qui fait aussi l’honneur du peuple français.

 

C’est sous l’Arc de Triomphe. D’où, c’est une avant-première dans la diaspora des peuples africains et panafricains résistants pour la liberté et la paix de l’Humanité entière dont fait partie la France. Et toute cette cérémonie de ce jeudi 4 janvier 2018 est dans le droit chemin des hommages rendus au corps du soldat inconnu, mort pour la liberté sur le champs d’honneur de la résistance pendant les combats et enterré sous l’Arc de Triomphe. Là où est allumée une flamme pour « toujours ». En tant que journaliste panafricain de la RDC en Europe, ce « toujours » nous fait penser à cet extrait de l’hymne national « Debout Kongolais* »:…serment de liberté que nous léguons à notre postérité pour TOUJOURS ».

 

Cette cérémonie du 4 janvier 2018 est une initiative historique de dignité humaine et inédite qui vient uniquement et seulement des populations africaines et pour leurs martyrs du passé et des temps actuels. Et la date du 4 janvier vient des mémoires des Justes suite à des massacres perpétrés le 4 janvier 1954 au Congo sous occupation belge. Ces massacres de la guerre politique sont l’oeuvre de la barbarie coloniale des élites criminelles colonialistes belges** (Ne pas confondre, ne pas faire des amalgames ou ne pas mélanger ces crimes de masses contre l’Humanité de ces élites minoritaires belges avec l’ensemble de la population belge allemande, wallonne et flamande).

 

Notre média salue donc ce sens de responsabilité et de la prise en charge de peuples africains et panafricains par eux-même dans les droits des peuples à disposer d’eux-mêmes. C’est pertinent aussi de signaler la présence d’une princesse d’une des familles royales du Cameroun et des représentations de certaines dynasties royales de la RDC qui avaient été fondées jadis par des femmes. Pourquoi cette pertinence ? Les traditions africaines à travers le patrimoine africain de la FEMME ROYALE sont des valeurs de la résistance, des libertés des peuples noirs et de la postérité et des fondatrices originelles de ce que un petit noyau des Grecs anciens appelleront plus tard « démocratie » après avoir été inspirés par ce patrimoine de la FEMME AFRICAINE.

Lilo Miango/rédaction de Paris.

Vidéo.

 

*Dans la version originelle et originale de cet hymne national, il est marqué, mentionné et écrit « Debout Kongolais » par les 2 auteurs de ce texte et cette musique. C’est l’égo du président Mobutu pour des raisons de politique politicienne (mauvaise politique) fera changer le K et C. Ainsi « Debout Kongolais » est devenu « Debout Congolais ».

** et aussi des Portugais et Grecs civils armés, extrémistes, racistes et affairistes très cupides.