La chanson « Nakomitunaka » de Verkys Kiamuangana ressurgit via des manifestations contre la vente des Noirs en Libye

Dans la dynamique des manifestations internationales des peuples noirs et amis des Noirs dans plusieurs villes en Europe, Afrique…contre la vente des Noirs comme esclaves par des réseaux au pouvoir en Libye, NAKOMITUNAKA la chanson à succès composée par le saxophoniste-chanteur-producteur Verkys Kiamuangana Mateta refait son impact d’éveil de conscience. Ce constat s’explique par des raisons de convictions de dignité humaine et d’action militante pour la cause noire. Ce buzz s’est matérialisé via téléphones portables, facebook, e-mails, site d’internet, youtube, tweet…

 

«Cosmogonie Kamite Tome 3 Le Mystère des Divinités négro-africaines transmuées en saint chrétiens» (Editions Anyjart/Site Anyjart.com)

«Cosmogonie Kamite Tome 3 Le Mystère des Divinités négro-africaines transmuées en saint chrétiens» (Editions Anyjart/Site Anyjart.com)

Notre rédaction en chef a tenu à ajouter, dans l’introduction de cet article de notre confrère LUTUMBA, ces deux faits révélés. Le premier fait est le contenu pertinent du livre sorti en juillet 2017, du chercheur de renommée internationale OMOTUNDE Niousséré Kalala(Guadeloupe) : «Cosmogonie Kamite Tome 3 Le Mystère des Divinités négro-africaines transmuées en saint chrétiens» (Editions Anyjart/Site Anyjart.com). ». Que s’est-il passé dans l’histoire humaine pour qu’un petit groupe des humains d’un certain type d’Occident transforme les Divinités négro-africaines qui ont une antériorité par rapport au catholicisme et protestantisme, en saints « chrétiens » de race blanche? Aujourd’hui, OMOTUNDE Kalala et son livre donnent la réponse à la problématique de « Nakomitunaka ».

Le deuxième fait est la vérité dévoilée sur le portrait du dessin sur la représentation du visage de Jésus Christ. Cette représentation était une commande décidée par la reine Theodora (pour des raisons de pouvoir impérial de Justinien). C’est l’imagination d’un peintre blanc de cet empire. C’est ce que révèle, le Français Michel ONFRAY, philosophe et essayiste très connu et médiatisé, dans son livre « Décadence. De Jésus à Ben Laden. Vie et mort de l’Occident » (Editions Flammarion). Le chercheur Michel Onfray s’était exprimé à la télévision française sur la base de ses recherches publiées dans ce livre. Pourquoi des colonisateurs belges ou conquérants belliqueux occidentaux qui ont-ils mis, dans des mentalités des Noirs, Africaines et Africains de différentes générations, à travers des siècles, ce visage fabriqué de toutes pièces et attribué à Jésus comme étant un « mundele », « mondele », « muzungu », « Blanc », « White Man »…? C’est pour un pouvoir politique, leur pouvoir de dominer. Le célèbre et populaire musicien-chanteur congolais Kiamuangana Mateta « Vévé », »Verckys » questionna un jour  » ah eh nakomitunaka…Yezu muana Nzambe ye nde mondele… »?

L'auteur-compositeur de «Nakomitunaka» : Kiamuangana Mateta (Archives famille Kiamuangana Verckys "Vévé").

L’auteur-compositeur de «Nakomitunaka» : Kiamuangana Mateta (Archives famille Kiamuangana Verckys « Vévé »).

Que dire des gens du Congo-Kinshasa, de la Zambie, du Togo, du Sud-Soudan, de l’Angola, du Congo-Brazzaville du Cameroun, de la Guinée Equatoriale, de RCA, du Burundi, du Rwanda, du Gabon, de Mozambique, de l’Afrique du Sud, du Sud-Soudan, de Zimbabwe, de Tanzanie, du Kenya, du Ghana, du Nigeria, de la Namibie, de Zambie, de l’Egypte…sans oublier la diaspora africaine en Europe où règnent déjà des zones dominées de certaines formes des fanatismes ou extrémistes religieux au nom de Jésus! Est-il possible d’en débattre sans ces passions extrémistes et ignorances que l’on voit? La chanson « Nakomitunaka » (traduction « Je m’interroge ») de Kiamuangana Mateta a vraiment la vérité de l’épaisseur de dignité pour des peuples noirs. Et dire que ces Noirs sont vendus comme esclaves par des croyants arabes, alliés stratégiques des forces de l’Otan.

 

Texte original en langue internationale Lingala.

*Ah eh nakomitunaka ah(2 fois)
Nzambe oh nakomitunaka oh(2 fois)
Mposo moyindo ewuta nde wapi oh?(2 fois)
Koko na biso ya kala ye nde nani eh?
Yezu muana Nzambe ye nde mondele eh
Adamu na Eva bango nde mindele eh
Basantu nionso bango mpe mindele
Mpo na nini…oh ?

*Ah eh nakomitunaka ah (2 fois)
Nzambe oh nakomitunaka ah(2 fois)
Babuku ya Nzambe tomonaka boye
Basantu nionso foto se mindele eh
Banzelu nionso bango se mindele eh
Soki zabulu foto moto moyindo… oh
Injustice ewuta wapi oh ah mama?

(musique…)

*Ah eh nakomitunaka ah(2 fois)
Nzambe oh nakomitunaka oh(2 fois)
Mposo moyindo ewuta nde wapi oh?(2 fois)
Banoko bakanga biso mayele boye eh
Bikeko ya bankoko bango baboyaka ah

Kisi ya bankoko bango bandimaka te
Kasi na ndako biso tomonaka
Tokosambela chapelet na maboko
Tokosambela bikeko bitondi ndako
Kasi bikeko yango se mindele
Mpo na nini Nzambe

*Ah nakomitunaka
Nzambe oh nakomitunaka
Ba prophètes ya mindele biso tondimaka
Kasi ya batu moindo bango bandimaka te
Mpo na nini Nzambe osala biso boye?
Afrika miso efungwani !
Afrika tozonga nsima te eh
Ah eh nakomitunaka ah…

(musique…)

*Ah eh nakomitunaka ah(2 fois)
Nzambe oh nakomitunaka oh(2 fois)
Mposo moyindo ewuta nde wapi oh?(2 fois)
Koko na biso ya kala ye nde nani eh?
Yezu muana Nzambe ye nde mondele eh
Adamu na Eva bango nde mindele eh
Basantu nionso bango mpe mindele
Mpo na nini… Nzambe eh ?

*Ah eh nakomitunaka ah(2 fois)
Nzambe oh nakomitunaka oh(2 fois)
Ba prophètes mindele biso tondimaka
Basi ya batu moindo bango bandimaka te eh
Mpo na nini Nzambe osala biso boye?
Koko na biso batu moindo azali wapi eh
Afrika miso efunguani
Afrika tozonga nsima te

Ah eh nakomitunaka ah (plusieurs fois)

 

Traduction en langue internationale française.

Je m’interroge(bis)
Mon Dieu, je m’interroge(Bis)
La peau noire, d’où vient-elle donc ?(Bis)
Notre ancêtre, qui était-il?
« Jésus, fils de Dieu, était un Blanc ».
Adam et Eve étaient aussi des Blancs
Tous les saints étaient des Blancs
Pourquoi donc, ô mon Dieu.

Je m’interroge (bis) Mon dieu, je m’interroge(bis)
Dans les Livres, nous voyons:
Tous les saints, leur image, ils ne sont que des Blancs
Tous les anges, leurs images, ce ne sont que des Blancs
Mais le diable, son image, elle est une personne noire
Cette injustice, d’où vient-elle, oh maman

Je m’interroge (Bis)
Mon Dieu, je m’interroge(Bis)
La peau noire d’où vient-elle donc (bis)
Les « Oncles » (colonisateurs) nous terrorisent pour que l’on ne comprenne pas.
Les statues de nos ancêtres, ils les rejettent( mépris)
Les médecines de nos ancêtres, ils les combattent avec rejet-mépris
Mais à l’église (chrétienne), nous observons ceci
Nous prions le chapelet à la main.
Nous prions ces statues qui remplissent en occupant l’église
Mais ces statues, ce ne sont que des représentations des Blancs
Mon Dieu, pourquoi cela?

Je m’interroge (bis) Mon Dieu, je m’interroge(bis) Les prophètes des Blancs, nous les acceptons Mais ceux des peuples noirs, ils (ces Blancs) les rejettent avec mépris Mon Dieu, pourquoi vous nous avez-vous fait cela? Notre Ancêtre à nous, Noirs, où est-il ? L’Afrique a ouvert les yeux Afrique, ne reculons jamais (ah Maman) Je m’interroge (bis…plusieurs fois)

 

Vente des Noirs en Libye (Archives Droits réservés)

Vente des Noirs en Libye (Archives Droits réservés)

« Nakomituna »: éveil de conscience au fil des actualités médiatisées, des réflexions, des actes…par rapport à l’esclavage en Libye, au 21ème siècle?

Cette chanson à succès de l’artiste-musicien congolais « Verkys » Kiamwangana Mateta revendique l’identité du peuple noir et les droits à la dignité humaine des peuples noirs. C’est un tube est né plus de dix ans après la « fin » de la colonisation belge au Congo. C’est une des réponses, ainsi à l’appel de la Négritude en rapportant dans la rue les débats intellectuels des clubs et des universités congolaises suite au célèbre livre du leader d’opinion, le Congolais Mabika Kalanda, intitulé « La Remise en Question »,! Confirmant ainsi la politique de recours à l’authenticité de Mobutu Sese Seko.
Près de 47 ans après, Ancy Kiamuangana, la fille de Verkys, s’empare légitimement de la chanson mythique de son père Verckys Kiamuangana pour lancer une phase de sa carrière artistique(2016).

Devant l'ambassade de la Libye à Paris, 18 novembre 2017 : plus de 30.000 personnes ont manifesté contre la vente des Noirs comme esclaves... «ah eh Nakomitunaka». (Photo Magazine Ngambo Na Ngambo)

Devant l’ambassade de la Libye à Paris, 18 novembre 2017 : plus de 30.000 personnes
ont manifesté contre la vente des Noirs comme esclaves… «ah eh Nakomitunaka».
(Photo Magazine Ngambo Na Ngambo)

En plein débat ou controverse sur la question d’une Libye où des groupes des Libyens esclavagistes venus au pouvoir dans les bagages de l’Otan en 2011, cette chanson classique « Nakomitunaka » prend des allures d’un hymne. Et c’est grâce à des réseaux sociaux, « Nakomitunaka » symbolisant les souffrances endurées par les Africains Noirs au Maroc, en Tunisie, en Algérie, au Liban, en Arabie Saoudite, au Koweit… et enfin en Libye où des Noirs sont vendus comme esclaves et objets sexuels car ils sont des Noirs, des Noirs Africains. C’est un crime contre l’humanité imprescriptible.

Comme autre fois lors de sa sortie sur le marché de disques, « Nakomitunaka » de Kiamuangana Mateta demeure une chanson de résistance et de la dignité des Humains noirs. Mais qu’un certain Occident et des Eglises chrétiennes considèrent comme une chanson subversive. Aujourd’hui, «Nakomituna» (« Je m’interroge ») célèbre de nouveau la fierté d’être Noir et la remise en question cette fois-ci, des instances politiques africaines actuelles ainsi que celles des pays de l’Union Européenne ayant financé et matérialisé une guerre fabriquée de toutes pièces contre la Libye, en soutenant la prétendue « rébellion », créant toutes les conditions pour la mort par assassinat du colonel Mouammar Kadhafi et de plus de 300.000 tués ; le tout sous la caution des Nations Unies dont la présence devient insupportable (Monusco en République Démocratique du Congo) et ses missions sur le continent africain deviennent douteuses aux yeux des peuples noirs d’Afrique.

 

Milau K. LUTUMBA/ Rédaction de France du MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO.