L’artiste-chanteur-musicien congolais de l’année 2016: MAMPINGA RECORDS.

Europe, République Démocratique du Congo et reste du monde. En cette fin de l’année 2016, des journalistes congolais de l’Europe du MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO ont élu l’artiste-musicien-chanteur congolais de 2016. Ce lauréat est appelé, artistiquement, Mampinga Records. Notre choix a été décidé le samedi 3 décembre 2016 lors d’un conseil international de nos rédactions.

Pour nous égalemment, la chanson interprétée par Mampinga Records est désignée aussi la chanson de l’année de la Rumba congolaise par notre média (Clip en bas de cet article). Mampinga Recors a écrit lui-même les paroles du texte. «Na mobu moye ya 2016, bampanzi nsango ya MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO baponi nde Mampinga Records lokola alanga nzembo ya mbula 2016» (1).

 

Un temps record de deux mois pour être l’artiste de l’année.

Dès que cette chanson est sortie en public en novembre 2016 à partir de l’Europe, Mampinga Records qui est un artiste qui avait déjà un public qui vient dans ses productions scéniques ; a connu une autre dimension de sa carrière.
Via l’application WhatsApp des téléphones portables, cette chanson a démarré en trombe. La vitesse à laquelle, tout cela a eu lieu a battu des records. C’est formidable pour cet artiste très sympathique. Que vive ce monde interconnecté.

En Europe, des journalistes de la presse en ligne, des animateurs des émissions de radio et certains chroniqueurs dans des médias privés ont joué un rôle très important dans ce registre de la vitesse de propagation très rapide. C’est une gloire très méritée à la fois dans des médias et sur des réseaux sociaux qui a fait monter tellement vite l’artiste Mampinga Records. Au final, le Magazine Ngambo Na Ngambo le place sur le podium de l’année 2016.

 

Chanson de l’année «Mampinga Records Remix».

Cette chanson est à l’origine un classique de qualité d’un orchestre légendaire de Kinshasa. Le patriotisme citoyen et artistique de Mampinga Records a réalisé un sacré travail. Son intelligence a brillé en écrivant lui-même les paroles du texte. C’est une chanson qui arrive à point dans un cadre politique historique car le Congo, pays sous occupation et toujours en conflits d’agression armée vit en cette partie de l’année une situation politique qui a un autre virage très dangereux. C’est le temps du respect de la Constitution qui légalise la fin du règne d’un homme appelé Joseph « Kabila ».

C’est ainsi que cette chanson en additif avec son clip ont rendu HISTORIQUEMENT CÉLÈBRE l’artiste Mampinga Recors au Congo, dans toutes les diasporas congolaises dans le monde et dans des milieux des autres nationalités en Occident:

 

Rencontre à Paris avec Mampinga Records lors d’une grande manifestation politique des Congolaises et Congolais.

"Ye wana Mampinga Records. tango ayaki na Paris"("le voici Mampinga Records quand il était venu à Paris").

« Ye wana Mampinga Records. tango ayaki na Paris »(« le voici Mampinga Records
quand il était venu à Paris »).

C’était le jeudi 21 avril 2016. Le MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO l’avait rencontré à Paris, grâce aux résistants et leaders d’opinion Martin Sali Bongenge et Blandine Diafutua. C’était lors de la manifestation congolaise anti Hippolyte Kanambe Joseph « Kabila ». Il y avait un monde fou ce jour-là en face du ministère français des affaires étrangères (le Quai d’Orsay). Mampinga Records qui réside à Hambourg, en Allemagne, avait pris le haut-parleur et s’exprima en Lingala, allemand et anglais.

Et ce jour-là après assisté à cette manifestation parisienne contre le pouvoir des collabos de Kinshasa, sur facebook magazine ngambo na ngambo, notre rédaction avait publié sa photo et cette légende: « Le citoyen congolais Mampinga est venu de la ville allemande d’Hambourg pour ce sit-in contre Joseph « Kabila ». Photo copyright Magazine Ngambo Na Ngambo/Jeudi 21 avril 2016.»

 

 

Lilo Miango/Rédaction de Paris. Photo, archives Magazine Ngambo Na Ngambo.

(1) C’est en langue internationale Lingala.

Mots-clefs :