Archive pour février, 2018

Machérie Ekwa, réalisatrice congolaise de 24 ans et son film « Maki’la »: rendez-vous réussi à la Berlinale 2018 (Allemagne).

Berlin et la Berlinale-Edition 2018: « bilili « MAKI’LA », ya mokeli muana mboka Machérie EKWA Bahango, etiki elembo ya lokumu » (en langue internationale Lingala: « le film congolais « MAKI’LA » de la réalisatrice congolaise de la République Démocratique du Congo Machérie EKWA laisse une trace des honneurs.») Dans ce Berlin qui est parmi les « Stadtstaaten » (cités-États) en Allemagne, la jeune scénariste-réalisatrice de 24 ans était venue de Kinshasa pour être présente à l’avant-première mondiale de son film qui est une fiction intitulée « Maki’la ».

Posted in Nkoma-Traces

Lire la suite

Conférence de Munich sur la sécurité (15-17 février 2018) : Brian T. Neubert, porte parole en français du Département d’Etat USA, disponible à tous les journalistes africains.

Le « Lander »* de Bavière verra encore cette année la Conférence de Munich sur la sécurité (Munich Security Conference). Ces deux jours pleins s’étendent du 15 au 17 février 2018 dans ce site grandiose situé dans la ville de Munich : Le directeur d’Africa Regional Media Hub et porte parole en français du Département d’Etat USA, l’Américain Brian T.Neubert, très disponible, accordera des entretiens aux journalistes africains ou des autres nationalités qui couvrent des informations ou actualités sur des pays africains situés dans les zones géographiques où les populations parlent la langue française.

Lire la suite

37 ans pour notre réponse professionnelle du journalisme congolais de l’Europe (7 février 1981-7 février 2018).

«Il y a beaucoup plus de trésor dans la presse que dans tous les coffres-forts du monde entier réunis» avait dit un Français, l’empereur dictateur Napoléon, ce Corse de petite taille qui a travaillé que pour des intérêts de son pays, la France. Ces mots de ce puissant battu militairement, emprisonné et envoyé en exil tragique en Afrique (dans l’Île Sainte Hélène), montrent à la face du monde l’importance que nous affichons pour la pertinence du contenu politique du journalisme congolais de (ou en) l’Europe. Et c’est pour démontrer la fin infernale comme Napoléon aussi à des «individus qui s’estiment puissants au pouvoir au Congo-Kinshasa» qui torturent, maltraitent et tuent des journalistes congolais ou panafricains. Et qui commettent aussi des violations des droits des gens, des crimes de guerre et crimes contre l’humanité contre la population de la RDC.

7 février 2018: un bilan du journalisme congolais en Europe toujours à ré-ajuster en ces temps de crises.

C’est en France, sous la neige à Paris et dans la région parisienne que nous avons tourné cette vidéo ce 7 février 2018. En effet cette date du 7 février est très importante car c’est ce jour-là du 7 février 1981 que nous avons lancé à Lausanne en Suisse (l’autre pays du froid et de la neige en cette saison hivernale) notre révolution des idées-forces pour la marche d’un mouvement des journalistes congolais en Europe. C’était un journalisme de combat engagé. Et dire que notre pays s’appelait Zaïre, à cette époque.

Et ce 7 février 1981 à Lausanne, notre révolution et évolution ont lancé surtout la valeur professionnelle d’avoir des médias appartenant à eux-mêmes, financés par eux-mêmes dans notre diaspora, ici dans des pays européens: « ya biso moko.Ya beto mosi… ».

Logo du Magazine Ngambo Na Ngambo: 37 ans de la marche pour notre journalisme congolais de l'Europe.

Logo du Magazine Ngambo Na Ngambo: 37 ans de la marche pour notre journalisme congolais de l’Europe.

7 février 1981: début de la longue marche de persévérance pour notre journalisme en Europe.

Et ce 7 février 1981 sonna comme notre réponse professionnelle au sujet des traitements des informations médiatisées sur l’actuelle RDC (jadis Zaïre en cette année de 1981). Et ce 7 février 1981 sonna notamment des traitements journalistiques des informations sur les autres peuples du monde à partir de nos sociologies KO…NGO et à partir de notre formation universitaire du journalisme acquise AU PAYS, à l’ISTI(Institut des Sciences et Techniques de l’Information) de notre université nationale (à l’époque cette université portait la dénomination UNAZA). Le niveau d’enseignement universitaire a été bon.

Ce 7 février 1981 a puisé aussi dans notre expérience au journal « Salongo » (quotidien national du matin de Kinshasa) de monsieur Bondo Nsama comme stagiaire, à l’AZAP (Agence Zaïre Presse) sous la responsabilité du chef Ramazani Baya (Raymond) où notre collègue stagiaire était Mobutu Niwa (fils ainé du président Mobutu Sese Seko) et à « Elima » (quotidien national du soir du patron Essolomwa Nkoy ea Linganga) où nous avons été journaliste dans l’édition spéciale « Elima-Dimanche » avec Nzita Mabila Monshengwo N’Shula (décédé),Ntondo a Ngoma Nene, Nila Mbungu, Fitila Modeko (photographe), Eale Ikabe, Malala Alar, et Nesba Babaka (photographe).

A Lausanne, nous avons été très soutenu par un compatriote Bolongo Napoléon (décédé) qui était un étudiant en journalisme à Perugia, une ville italienne située non loin de Rome.
Dans cette ville du Canton de Vaud, nous avions intégré dans notre traitement des informations ou des actualités à médiatiser nos sociologies des médias KO…NGO et un environnement panafricain.

Pour nous, une ou un journaliste du Congo-Kinshasa ne devrait pas écrire un article ou faire une émission de radio ou de télévision textuellement comme des journalistes suisses, allemands, belges, suédois, français… Dans ce créneau réaliste du travail à bâtir dans ce journalisme congolais en Europe, nous exprimons tout un immense merci au professeur des universités Buakasa Tulu Kia Mpansu qui nous (nous étudiants en journalisme, 1ère promotion Isti) donna des cours pour ces grandes valeurs de nos sociologies africaines des médias à l’ISTI** (Institut des Sciences et Techniques de l’Information).

Pour ce 7 février 2018, 37ans après, nous tenons à dire toute notre reconnaissance à nos collègues de la 1ère promotion de l’ISTI. «Matondi mingi mpe na baleki nionso balandi biso na nsima, batonda boboto*».

C’est cela le MOUVEMENT NGAMBO NA NGAMBO-JOURNALISTES CONGOLAIS EN EUROPE, cette valeur qui demeure une « idée-force » (une expression préférée de monsieur Gambembo Mfumu A Utadi, notre professeur à l’ISTI).

Vidéo du 7 février 2018:

 

Lilo Miango/Rédaction de Paris. Illustration: Logo copyright du MAGAZINE NGAMBO NA NGAMBO.
Vidéo: images copyright Magazine Ngambo Na Ngambo(Montage:remerciements à Mme B.D.Matondo).

*Expression adaptée par nous à partir d’une des chansons en langue internationale Lingala de ce très grand chanteur-star de tous les temps de la Rumba Congolaise, Tabu Ley Rochereau
** Actuellement nommé IFASIC.

Posted in Vidéos-Bilili

Lire la suite

Paris/Ambassade des USA: une soirée pour « Les soldats Noirs et la Grande Guerre » aura lieu le 12 février 2018.

Paris, quartier de la Place de la Concorde. Une exposition, des films-documentaires et une table ronde sont des choix engagés pour cette soirée qui se passe dans le cadre des événements qui célèbrent chaque année le «Mois de l’histoire et de la culture africaine-américaine».

Lire la suite

Le journaliste Robert Kongo/Le Potentiel et «RDC: la diaspora face à la faillite du pouvoir».

Campagne permanente pour la visibilité des médias et journalistes congolais de l’Europe(1): le journaliste Robert Kongo (doctorat en journalisme dans une université française, professeur d’université chez les étudiants congolais appelés à devenir des journaliste et producteur-présentateur-journaliste dans une radio propriétaire d’un Département français) a publié cet article dans Le Potentiel, un journal de la ville de Kinshasa: RDC : LA DIASPORA FACE A LA FAILLITE DU POUVOIR.

« Mosala ya koyebisa ba mpanzi nsango mpe ba etonga ya bampanzi nsango awa na poto ekelama na bana ya ekolo Kongo. Kotanga mpe koyebisa maye Robert Kongo awuti kokoma mikolo mileki »*.

Posted in Nkoma-Traces

Lire la suite